Soutenance de thèse : methodologie d’evaluation des performances environnementales des installations industrielles au regard des meilleures techniques disponibles (mtd) a l’echelle locale : cas de l’absence de referentiel europeen

Marie Dellise, inscrite en doctorat au sein de l’Ecole Doctorale sciences Ingénierie santé, à Mines Saint-Etienne, soutiendra sa thèse le 3 décembre à 14h00, sur le sujet « Méthodologie d’evaluation des performances environnementales des installations industrielles au regard des meilleures techniques disponibles (mtd) a l’echelle locale : cas de l’absence de referentiel Europeen »

Cette soutenance se fera en visioconférence sur https://webconf.emse.fr/val-mjb-ycq-6jv

Spécialité : Sciences et Génie de l’Environnement

Mots clefs : Meilleures techniques disponibles, performances environnementales, enjeux environnementaux clés (KEI), niveaux d’émissions associés aux MTD

Résumé :

La Directive IED réglemente les impacts environnementaux d’un large éventail d’activités industrielles et agricoles via une approche intégrée de leurs pollutions et consommations. En pratique, cette approche se traduit par l’obligation de mettre en oeuvre les « Meilleures Techniques Disponibles » (MTD) décrites dans des documents de référence européens : les BREF. Cependant, lors de l’élaboration ou de la révision d’un BREF, il n’est pas possible de couvrir chaque activité pour tout ou partie des enjeux environnementaux qu’elle est susceptible de causer. Les exploitations concernées par ces activités sans référence ne sont pas exemptes de mettre en oeuvre les MTD. Pourtant, les enquêtes menées sur l’application des MTD en France montrent que le manque MTD de référence conduit souvent à ce que la mise en oeuvre des MTD ne soit pas effective sur site, et / ou vérifiée par l’autorité compétente. Face à ce constat, une méthodologie permettant aux exploitants d’installations soumises à l’obligation de mise en oeuvre des MTD de démontrer leur conformité aux autorités compétentes en l’absence de référence officielle est proposée. Elle se compose de deux phases visant respectivement à l’identification des enjeux environnementaux majeurs d’une installation et à comparer les performances de celle-ci à celles des MTD pour chacun de ces enjeux. Elle est testée sur deux études de cas issues de secteurs d’activité différents, puis ses avantages et ses limites sont discutés à la lumière du retour d’expérience des exploitants. Enfin des perspectives de travail et de recherche sont proposées.

Cette thèse a été encadrée par Valérie Laforest (Mines Saint-Etienne / UMR 56OO EVS), Jonathan Villot (Mines Saint-Etienne / UMR 56OO EVS), Rodolphe gaucher (INERIS) et Anne AMARDEIL (EDF). Elle a été effectuée en partenariat avec l’INERIS et EDF.

Webinaire « eau et nucléaire » – 26 novembre 2020

Le prochain séminaire de l’Atelier 2 aura lieu le 26 novembre de 13h30 à 16h30 en ligne (lien de connexion ci-dessous) sur la thématique « eau et nucléaire ». Les travaux présentés à cette occasion viendront questionner des évolutions passées, présentes et futures de la filière nucléaire en France à la lumière de ses relations à l’eau, respectivement avec des entrées sur les risques, l’environnement et les usages associés à la production énergétique nucléaire. 

Nuclear power plant after sunset. Dusk landscape with big chimneys.

Quand la sûreté nucléaire sort de son « lit » : Gouverner le risque d’inondation sur le territoire nucléaire du Tricastin (1945-2019)

Michaël Mangeon (Mines ParisTech)

L’inondation est un scénario essentiel à prendre en compte dans le cadre de la sûreté des installations nucléaires. Nous montrerons dans cette communication quels sont, entre 1945 et 2019, les mécanismes de « nucléarisation » et « dénucléarisation » (Pritchard, 2011) à l’œuvre sur le territoire du Tricastin et ses conséquences sur la construction de scénarios d’inondation pour la centrale nucléaire du Tricastin.

Le contrôle des rejets d’effluents liquides radioactifs dans le Rhône : le cas de Marcoule (1953-1980)

Louis Fagon (EHESS)

Les installations nucléaires produisent sans cesse des rejets liquides radioactifs dans le cadre de leur fonctionnement : l’eau pompée dans le Rhône est partie intégrante du « métabolisme » nucléaire. Nous présenterons dans cette communication l’évolution des solutions techniques utilisées pour limiter les effets de la radioactivité, tout d’abord en considérant le fleuve comme une protection naturelle pour les populations, puis comme un environnement à protéger.

Chauffer la France à l’énergie nucléaire. Politiques de la chaleur et reconfiguration d’un système énergétique dans les années 1970

Antoine Fontaine (EVS, Lyon 2)

La décennie 1970 a été marquée par un important débat institutionnel sur les moyens d’utiliser l’énergie générée par les centrales nucléaires en France et sur les modèles techniques, économiques, politiques et spatiaux associés. A partir d’une analyse de plusieurs fonds d’archives, notre travail met en lumière une chronologie originale du développement nucléaire français autour d’une compétition entre trois régimes sociotechniques nucléaires.

Lien de connexion:  https://zoom.us/j/96473038558?pwd=UkN0SmJPMDhtMk5MeENlVG1wVFgvZz09 

ID de réunion : 964 7303 8558
Code secret : 8nkZjV