La Nouvelle-Calédonie face à ses déchets

27 mai 2019. Lieu : Salle André Frossard, Maison des Sciences de l’Homme, 14 av Berthelot

10h-12h30       Les déchets en Nouvelle-Calédonie : des circulations heurtées. 

Restitution du travail de terrain mené dans le cadre du projet Déchets et territoires périphériques (MSH LSE, AAP 2017, fonds IDEXLYON) Romain Garcier (EVS), Nathalie Ortar (LAET), Gilles Pestana (Université de Nouvelle-Calédonie), Laurence Rocher (EVS)

Discutant : Vincent Geronimi (CEMOTEV)

14-17h               Insularité, déchets et enjeux socio-environnementaux : regards croisés

Evaluer l’impact minier : enjeux scientifiques, sociaux, paysagers. Restitution d’études hydro-géomorphologiques à Thio, Oldrich Navratil (EVS)

Metabolic Rift in Canada’s Arctic: Reflections on Waste Colonialism, Myra Hird (Queens University, Ontario)

Intérêts et limites de l’approche métabolique insulaire. Réflexion à partir des cas de Fidji, Anjouan, Nouvelle-Calédonie, Jean-Baptiste Bahers (ESO)

Contact : laurence.rocher@univ-lyon2.fr

Journée de Valorisation des tRavaux de Thèse de l’Atelier 2

Mercredi 15 mai, 10h – 17h15

Salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 LYON

Cette journée est consacrée à la présentation et à la discussion de travaux de thèse en lien avec les thématiques de l’atelier 2.

Matinée (10h -12h)

Yasser Wahyudin (EVS-RIVES) – Gouverner la ville intelligente : la contribution de la Métropole de Lyon à la politique climat-énergie durable d’EDF

Discussion : Laurence Rocher (EVS)

Stéphane Ogé (EVS) – L’évaluation des valeurs économiques, environnementales, sociales et territoriales dans les démarches d’écologie industrielle et territoriale

Discussion : Antoine Fontaine (EVS)

Après-midi (14h00-17h15)

Pauline Chavassieux (EVS-ISTHME) – Dé-construire la ville : de la démolition au projet de déconstruction

Discussion : Vincent Veschambre (Rize, EVS-LAURE)

Hélène Blaszkiewicz (EVS) – Analyser les circulations commerciales transfrontalières : les régimes de circulations

Discussion : Eric Verdeil (CERI, Sciences Po Paris)

Agnès Bastin (CERI, Sciences Po Paris) – Valoriser les matières de (dé)construction. Étude de deux initiatives franciliennes : Métabolisme Urbain à Plaine Commune et Cycle Terre à Sevran

Discussion : Romain Garcier (EVS)

Contact : emmanuel.martinais@entpe.fr

Séminaire doctoral : LES FRONTIERES DE LA FINANCIARISATION URBAINE

Lyon, 20 et 21 mai 2019

Notre collègue Lucia Shimbo, professeur à l’Institut d’architecture et d’urbanisme de l’Université de São Paulo (IAU / USP – Brésil) et actuellement à Lyon (et active au sein de l’atelier 2), dans le cadre du  Collegium de Lyon, grâce à la Chaire financée par la Métropole de Lyon et le programme d’Investissements d’avenir au titre du Laboratoire d’excellence RFIEA+ organise un séminaire doctoral. Ce Séminaire vise à alimenter la réflexion sur les recompositions de la financiarisation des espaces urbains et de leur gouvernance dans le cadre des recherches passées, en cours et à venir, conduites par des chercheurs de quatre pays différents (France, États-Unis, Brésil et Suisse). Organisé sous forme d’un atelier doctoral et d’une matinée de conférences d’invités internationaux, il est labellisé par l’ED 483.

Démolition d’une favela à São Paulo (Brésil). Marcelo Min / Revista Epoca

20 mai – lundi,
14h30 à 17h00

salle D010 – ENTPE (3 rue Maurice Audin, Vaulx-en-Velin)

L’atelier vise à discuter un ensemble de recherches doctorales menées dans le laboratoire de recherche interdisciplinaire Espace, ville, société (EVS-RIVES) et qui dialoguent avec les théories relatives à la financiarisation de la production urbaine.

Langue de travail : Français

Discutant : Ludovic Halbert (Université Paris-Est)

  1. Huana Carvalho : La « fonciarisation » d’un bailleur social en France 
  2. Bruno Loustalet : Le régime périurbain en face de la financiarisation des aménagements résidentiels et productifs
  3. Yasser Wahyuddin : « Smart City » : une production urbaine contemporaine contre la doxa urbanistique ?
  4. Victor Villain : L’espace social des professionnels de la construction en terre crue en France

21 mai – mardi,
9h à 12h00 ,
salle Marc Bloch – Maison des sciences de l’homme, MSH (14 Avenue Berthelot, Lyon)

La matinée de conférences vise à rendre accessible et discuter les travaux de chercheur.se.s internationalement reconnu.e.s sur le processus de financiarisation de la production urbaine.

Langue de travail : anglais

9h à 11h :

  1. Rachel Weber et Philip Ashton (University of Illinois in Chicago)

The Sell-Off City: Embedding Finance and Real Estate in Statecraft

  • Thierry Theurillat (HEG-Arc Neuchâtel) et Olivier Crevoisier (Université de Neuchâtel) 

The negotiated city and the financialized urban value

  • Lucia Shimbo (Collegium de Lyon, Universidade de São Paulo) et Fabrice Bardet (Université de Lyon)

How French developers resisted to the colonization of financialized numbers

11h à 12h : Débat animé par Antoine Guironnet (Université Paris-Est)

Soutenance de thèse sur mobilité et évaluation environnementale

Cyrille François soutiendra sa thèse sur le sujet de l’Évaluation Environnementale Stratégique de la mobilité quotidienne des personnes d’une aire urbaine : Couplage entre modèle Transport-Urbanisme et Analyse de Cycle de Vie, le 2 avril 2019, à 14h , à l’ENTPE à Vaulx-en-Velin.

RESUME :

                Cette thèse a pour objectif de développer une méthodologie d’évaluation environnementale de la mobilité quotidienne des personnes en prenant en compte ses dimensions sociales et spatiales mais également technologiques. La circulation des personnes, comme celle des marchandises, s’est énormément développée ces dernières décennies. L’automobile s’est imposée comme le mode de transport dominant, alimentant de nombreuses controverses du fait de son impact sur l’environnement ainsi que sur l’aménagement du territoire, les modes de vie, l’économie … L’évaluation environnementale de la mobilité quotidienne de personnes nécessite donc une approche intégrée représentant le système de transport, mais aussi le système urbain dans lequel elle s’insère.

            Pour ce faire, cette thèse propose une méthodologie reposant sur deux outils développés dans deux champs disciplinaires distincts, l’aménagement du territoire et les sciences de l’environnement, avec la modélisation des interactions transport-urbanisme et l’Analyse du Cycle de Vie. Couplés, ces outils permettent de représenter l’ensemble des processus technologiques impliqués pour la mobilité quotidienne ainsi que les différentes interactions entre les acteurs et les territoires.             Tout au long de cette thèse, le cadre d’évaluation adopté est stratégique, s’intéressant aux mobilités réalisées au sein d’un territoire étendu à travers des indicateurs environnementaux globaux et locaux ainsi qu’aux différentes alternatives envisageables à moyen et long termes. La deuxième partie de la thèse met en œuvre la méthode SIMBAD-ACV, reposant sur le couplage entre un modèle LUTI existant, SIMBAD, et une ACV pour évaluer les impacts environnementaux de la mobilité quotidienne des habitants de l’aire urbaine de Lyon. Cette application a pour but d’illustrer la capacité d’analyse de la méthodologie à travers, d’une part, une approche multicritère et désagrégée au niveau des ménages et des territoires et, d’autre part, en estimant les impacts de scénarios contrastés représentant des alternatives variées. Finalement, grâce à la méthode SIMBAD-ACV, les effets sur les impacts environnementaux associés à la mobilité des paramètres technologiques, de la forme urbaine et des caractéristiques socio-économiques ont pu être comparés et discutés

Les membres du jury seront :

Jean-Philippe ANTONI , professeur, Université de Bourgogne Franche-Comté

Adélaïde FERAILLE-FRESNET, chercheure, ENPC

Michel ANDRE, directeur de recherche, IFSTTAR

Florence PAULHIAC, professeure, Université du Québec à Montréal

Natacha GONDRAN, maître assistante, ENMSE, Co-Directrice de thèse

Jean-Pierre NICOLAS, chargé de recherche, CNRS, Université de Lyon, Co-directeur de thèse

Niveaux d’émissions de GES par habitant associés au scénario mobilité verte

Séminaire atelier 2 : 1er février 2019

Evaluations immobilières financières et qualités des territoires

Vendredi 1er février 2019, à 14h

En salle 604, dans les locaux de l’UMR 5600 EVS, 18 rue Chevreul, 69007 LYON

Séminaire de l’atelier 2 sur le thème “Evaluations immobilières financières et qualités des territoires”

14 à 15h: présentation de Lucia Shimbo (IAU / USP – Brésil)et de Fabrice Bardet (UMR 5600 EVS / ENTPE)sur le thème des évaluations immobilières et financières et le lien de ces évaluations avec la qualité des territoires.

15 à 16h: discussions autour du sujet présenté.

Nous accueillerons à cette occasion Lucia Shimbo, professeur à l’Institut d’architecture et d’urbanisme de l’Université de São Paulo (IAU / USP – Brésil).

Lucia Shimbo est diplômée d’un master et d’un doctorat en architecture et urbanisme de l’Université de São Paulo (USP – Brésil). Elle a publié 8 articles dans des revues à comité de lecture, 3 livres complets et 13 chapitres de livres sur des questions liées aux politiques du logement, à la production de l’espace urbain et au marché immobilier.

Elle effectue actuellement un séjour d’un an en France dans le cadre du  Collegium de Lyon, grâce à la Chaire financée par la Métropole de Lyon et le programme d’Investissements d’avenir au titre du Laboratoire d’excellence RFIEA+.

Droit, environnement, territoire : à propos de la Nouvelle-Calédonie

Le 19 décembre de 9h à 13h

Lieu : 18 rue Chevreul, salle 604

Programme :

Romain Garcier, Laurence Rocher

Introduction

Etudier les déchets en Nouvelle-Calédonie – retour de terrain

Victor David (IRD Nouméa)

A l’ombre de l’Accord de Nouméa, la décolonisation du droit de l’environnement. L’exemple du Code de l’Environnement de la Province des Iles Loyauté

Philippe Billet (IDE, Lyon 3)

La circulation des principes juridiques : l’exemple du droit de l’environnement en Nouvelle-Calédonie

Discussion

Soutenance de thèse : “Des gravats dans la ville. Pour une approche matérielle de la démolition”, 12 décembre 2018

Laetitia Mongeard soutiendra sa thèse de doctorat en géographie le 12 décembre 2018 à 14h à l’Université Lyon 2, au 16/18 quai Claude Bernard, en salle E132 devant un jury composé de:

Mme Sabine Barles,  Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Rapportrice

M. Pierre Bergel, Professeur des Universités, Université Caen Normandie, Rapporteur

Mme Lydia Coudroy de Lille, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2

Mme Sylwia Kaczmarek, Professeure des Universités, Université de Lodz, Pologne

M. Omar Merabet, Maître de Conférences, INSA de Lyon

M. Vincent Veschambre, 
Professeur des Universités détaché, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, Directeur

Résumé

Tandis que la ville se renouvelle sur elle-même, les opérations inhérentes à ce phénomène produisent des quantités de déchets au moins équivalentes à celles des déchets ménagers dans le cas français. Parmi ces déchets figurent les gravats, visibles tantôt sous forme de montagnes sur les chantiers emblématiques, tantôt en tas informes en dépôt sauvage. L’enjeu du devenir de ces pondéreux est pris en compte par un cadre réglementaire qui impose leur valorisation. Du côté de la construction urbaine, ces déchets sont de plus en plus appréhendés comme gisement potentiel constituant une alternative aux ressources naturelles, dans des approches en termes de métabolisme territorial et d’économie circulaire. À travers le cas de l’agglomération lyonnaise, cette thèse considère le processus de production de ces gravats constitués comme matières premières secondaires. La démolition – objet principalement des sciences de l’ingénieur et en creux des sciences humaines et sociales dont la géographie – est appréhendée par sa matérialité, par le biais du suivi des gravats à partir d’un échantillon de chantiers. Considérant tour à tour la production des gravats, leur circulation et l’organisation et le fonctionnement du système en jeu, la thèse interroge les modalités et conditions de la participation de ces matériaux à la construction urbaine. Loin de faire l’objet, comme d’autres déchets, de filières de traitement institutionnalisées pour répondre au cadre réglementaire, les gravats relèvent d’un statut de déchet faible parce que potentiel et leur valorisation dépend de pratiques,tant techniques que spatiales – essentiellement de proximité – dès le début du chantier de démolition. La démolition, garante du devenir de ses matériaux,apparaît alors comme déterminante, menée aujourd’hui par un secteur entier dédié à la « déconstruction » et soumis à de forts enjeux d’adaptation à un contexte économique global pour une activité ancienne très ancrée dans son territoire. La participation des gravats à la construction urbaine passe par ailleurs par des valorisations basées sur une forte logique de proximité spatiale mais relevant d’enjeux distincts et potentiellement concurrents rendant nécessaire une structuration et hiérarchisation des matériaux comme des usages qui peuvent en être faits. Enfin, le système de transformation des gravats en matières premières secondaires se constitue actuellement, présentant alors l’aspect d’une filière dont l’enjeu sera probablement de coordonner les acteurs et pratiques existantes.

Soutenance de thèse : « La prison chevillée au corps. Pour une approche géographique du placement sous surveillance électronique », 30 novembre 2018

Franck Ollivon (Université Lumière – Lyon 2) soutiendra sa thèse de doctorat de géographie le 30 novembre à 9h30 en salle de la Rotonde (6e étage) au 18 rue Chevreul à Lyon devant un jury composé de :

  • Marie-Sophie DEVRESSE, Professeur, Université Catholique de Louvain, rapporteure
  • Isabelle LEFORT, Professeur, Université Lumière Lyon 2, directrice
  • Michel LUSSAULT, Professeur, Ecole Normale Supérieure de Lyon
  • Olivier MILHAUD, Maître de conférences, Université Paris Sorbonne
  • Marie MORELLE, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteure

Résumé

Utilisé de façon croissante comme alternative à la détention, le placement sous surveillance électronique (PSE), plus connu sous l’appellation «bracelet électronique», repose sur l’assignation domiciliaire des condamnés, qui purgent leur peine en milieu ouvert. Ce dispositif pénal rompt ainsi avec l’enfermement carcéral, et pose alors la question des représentations et des usages punitifs de l’espace ordinaire. A partir d’une étude menée au sein de deux services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) et d’entretiens semi- directifs réalisés auprès de placés sous surveillance électronique ainsi que de magistrats et de fonctionnaires du Ministère de la justice, la présente thèse interroge les modalités du contrôle spatial que suppose l’externalisation de l’espace de détention. Parce qu’il assigne une fonction pénitentiaire à l’espace quotidien, le PSE implique une adaptation de l’espace de la peine à la diversité des situations individuelles, rompant avec la relative standardisation de l’espace carcéral. Toutefois, tant dans sa conception par l’institution que dans le vécu des placés, l’espace d’assignation reste largement pensé sur le modèle carcéral. Cette «prison à domicile » est même parfois rapprochée du Panoptique foucaldien, notamment du fait du pouvoir de surveillance ubiquitaire attribué à la technologie. Or le sentiment d’enfermement des placés ne découle pas tant de l’efficacité technique du dispositif pour le contrôle de leurs spatialités que du pouvoir contraignant du droit et de sa mise en discours par les agents de l’institution comme par les placés eux-mêmes.


Mots-clefs : Bracelet électronique, Aménagement de peine, Milieu ouvert, Territorialité, Discontinuité, Technologie, Enfermement, Discours, France

L’ATELIER 2 LAURÉAT DE LA CONSULTATION POPSU TERRITOIRES

Le programme POPSU Territoires soutient des projets de recherche-action en lien avec les petites villes françaises (moins de 20000 habitants). Il vise à comprendre les dynamiques de ces territoires, questionner leurs orientations d’aménagement, nourrir leurs stratégies de développement et renouveler leurs outils d’intervention.

L’atelier 2, par l’intermédiaire de cinq de ses chercheurs, a répondu à la première consultation de ce programme POPSU Territoires du Plan urbanisme construction architecture (PUCA) et proposé un projet intitulé Rive-de-Gier en prospective. Une démarche contributive pour une transition réussie.

Le projet, qui fait partie des six lauréats de la consultation, porte sur Rive-de-Gier, petite ville de la Loire (42) en situation transitoire entre un passé, marqué par un développement industriel précoce puis un processus de désindustrialisation, et un avenir souhaité plus engageant et déjà partiellement engagé, mais dont les contours restent encore à préciser. Le projet consiste, par le biais d’une démarche collaborative et participative, à mieux cerner ces transformations à l’œuvre, à mettre en évidence leurs cohérences et contradictions éventuelles pour enfin, esquisser les formes possibles d’une transition réussie du point de vue des acteurs locaux et des populations concernées.

Rive-de-Gier (photo Thierry Egger)

L’équipe lauréate : Christelle Morel Journel, Emmanuel Martinais, François Duchêne, Georges Gay et Laurence Rocher.

2èmes Rencontres Scientifiques Réhabilitation et valorisation des sites et sols pollués

29 & 30 Octobre 2018

 L’ENISE organise, en étroite collaboration avec les “Groupements d’Intérêt Scientifique” (GIS) “redéploiement Post-Industriel Loire Territoires Urbains” (PILoT) et “Évaluation Environnementale des Déchets, Effluents, Matériaux, sédiments et Sols pollués” (EEDEMS), auquel appartiennent certains membres de l’atelier 2 de l’UMR 5600 EVS, ses 2èmes rencontres scientifiques sous la forme d’un Workshop consacré à la “Réhabilitation et la Valorisation des Sites et Sols pollués” (RV2S) les 29 et 30 octobre 2018.

Les communications orales acceptées seront publiées dans un numéro spécial du journal: Déchets, Sciences & Techniques (DST).

certaines communications peuvent encore être soumises. Plus d’informations sur https://rvss.sciencesconf.org/

2ème journée d’étude à Rive-de-Gier : le 22 juin 2018

Rive-de-Gier entre passé industriel et projets urbains

Attention CHANGEMENT DE LIEU :Salle Jean Dasté, Place du général Valluy, Centre-ville de Rive-de-Gier

10h-11h30 Le passé industriel de Rive-de-Gier saisi au présent : regards de la Géographie, de la Sociologie, des Sciences des Procédés Industriels et Naturels

• Georges Gay et Christelle Morel-Journel (Univ. Jean Monnet Saint Etienne)
Les accommodements de l’héritage industriel (à Rive-de-Gier) entre dispersion de l’action publique et résilience individuelle.

• Mathilde Legret (Univ. Jean Monnet Saint Etienne)
Etude des représentations sociales du crassier des Etaings : un héritage invisibilisé et innomé.

• Olivier Faure (Ecole des Mines de Saint Etienne)
Hydrométallurgie et phytomanagement pour la gestion durable des laitiers sidérurgiques

11h45-13h Une ville en projet qui redécouvre sa rivière

• Georges Gay et Stéphanie Vukelic (Univ. Jean Monnet, Saint Etienne)
La ville et la rivière dans la commune de Rive-de-Gier: entre opposition et co-construction des espaces naturels et urbains dans un contexte de mutation socio-technique (XIXème-XXIème siècle)

• Hugues Chalet (Directeur Général des Services, Ville de Rive-de-Gier) et Pierre Malandrin (chef du projet PRIR, Ville de Rive-de-Gier)
Le Projet de rénovation urbaine du centre-ville de Rive-de-Gier : vers une découverture de la rivière ?

13h-15h Repas au restaurant le Croqu’In (55 rue Cl. Drivon)

15h Visite (sous réserve de la météo)
Une lecture historique et souterraine de la ville depuis la voûte du Gier, accompagnée par Catherine Morellon (archiviste municipale, Ville de Rive-de-Gier).

Organisation

Inscription auprès de laurence.rocher@univ-lyon2.fr avant le 15 juin

PREVOIR DES BOTTES et une LAMPE pour la visite

Vue sur l’aciérie visitée

SÉMINAIRE N° 6 – 26 AVRIL 2018. APPROCHES MÉTHODOLOGIQUES INTERDISCIPLINAIRES DU SITE DE CHÂTEAUNEUF : UN OBJET “COMMUN” ?

Jeudi 26 avril – 14h à 18h

Université Jean Monnet Saint-Etienne, site Tréfilerie, salle HR8

Le 19 juin 2017, l’atelier 2 réunissait des chercheurs d’origines diverses sur le site industriel de Châteauneuf, usine métallurgique Industeel à Rive-de-Gier. Ce lieu a déjà une longue histoire dans la recherche en tant que site atelier du GIS PILot depuis la fin de la décennie 2000. L’an passé, les responsables de l’atelier ont proposé d’ouvrir le champ disciplinaire, notamment en direction des sciences humaines. C’est dans ce contexte que nous avons décidé d’expérimenter le croisement de deux types de méthodologies qui ont habituellement des préoccupations divergentes. Il s’est agi de dépasser la traditionnelle opposition entre qualitatif et quantitatif. Comment cette démarche est-elle possible ? Sur quoi peut-elle déboucher ?

Le 04 avril 2018, l’atelier 2 a bien illustré comment les pollutions des sols avaient donné lieu à des représentations, à des remédiations et à des interrogations méthodologiques. Ce furent autant d’essais de dépassement des contradictions. Une partie de notre travail prolongera ces analyses et évaluera les possibilités de co-construction méthodologique. Notre conception du dévoilement progressif d’un objet « commun » doit être articulée avec les interrogations posées au sein de l’atelier 4 qui questionne les ambiguïtés de la ressource patrimoniale.

Arbyreed – flickr

 

14h-14h15 – Ouverture : le site Industeel et l’atelier 2

14h15-14h20 – Mode d’emploi : fonctionnement du séminaire et attendus provisoires

14h30-15h30 – Quatre éclairages sur le site : Jean Luc Bouchardon, Mathilde Legret, Cyrille Conord, Michel Depeyre

15h45-17h45 – Mise en commun

Remarques épistémologiques et ouverture par Bernard Guy

Ce temps d’échanges aura un double objectif : d’une part partager les approches et connaissances de divers types portant sur le crassier de Châteauneuf ; d’autre part et dans le même temps, parce que ces approches et connaissances apparaissent si hétérogènes (de la sociologie à la géochimie en passant par l’écophysiologie végétale et la recherche sur le patrimoine), réfléchir à la façon dont nous pouvons les mettre en contact, les confronter voire les agréger. Le fonctionnement même de cet après-midi en sera influencé, en particulier en insistant sur la mise en commun de tous les points de vue, plutôt que sur la menée de débats « libres » qui viseraient à trouver tout de suite un dernier mot ou une conclusion (sans les exclure).

JOURNÉE D’ÉCHANGE – 4 AVRIL 2018. LES POPULATIONS FACE AUX RISQUES ET CONTAMINATIONS

Hasan Ali – flickr

 

Mercredi 4 avril – 10h à 16h

Salle Caillemer –  Université Lyon 3 – 15 quai Claude Bernard (Lyon 7e)

Cette journée d’échange, qui met à contribution des chercheurs travaillant sur des terrains brésiliens et français, vise à jeter les bases d’une approche comparative sur les risques et pollutions liés à des environnements dégradés résultant de la présence passée et/ou actuelle d’activités industrielles et/ou minières. Son objectif est de confronter des expériences de recherche qui ont toutes en commun de s’intéresser à la question des habitants dans leur rapport aux risques et pollutions, mais en mobilisant des techniques d’investigation assez différentes dans leurs principes.

Les deux présentations du matin rendront ainsi compte de recherches participatives menées sur des terrains caractérisés par une forte concentration industrielle : une recherche pluridisciplinaire, inspirée des community-based participatory research américaines, qui vise à impliquer les populations locales dans l’évaluation des contaminations qu’elles subissent ; une recherche expérimentale recourant à diverses méthodes de gestion partenariale des risques et pollutions (théâtre-forum, atelier d’écriture, atelier de réactivation photographique, protocoles de communication hybridant expertise scientifique et profane). Poursuivant dans cette logique d’exploration méthodologique, les deux présentations de l’après-midi rendront compte de travaux qui s’intéressent aux sols légués par d’anciennes activités polluantes, en mobilisant des approches par les controverses et l’analyse de discours d’une part, des enquêtes par entretien selon une technique de photo-élicitation d’autre part.

Matin (10h – 12h30) – Impliquer les habitants pour dire et gérer les risques

Yolaine Ferrier (EHESS) – Répondre aux questions de santé environnementale des habitants du front industriel de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône : une approche fortement participative (FOS EPSEAL)

Jacques Lolive (PACTE) et Cintia Okamura (CETESB – Estado de São Paulo) – Quelques expérimentations pragmatiques et participatives pour impliquer les publics dans la gestion des situations de risque dans la métropole de São Paulo

Déjeuner libre (12h30 – 14h)

Après-midi (14h – 16h) – Élucider le problème des pollutions léguées par d’anciennes activités

Christelle Morel Journel (EVS) – Oubli ou accommodation ? La question de la pollution des sols héritée en région stéphanoise [télécharger la présentation en PDF]

Patrick Chardon (LPC – Subatech) et Romain Garcier (EVS) – Rythmes et motifs des controverses sur le réaménagement des mines d’uranium françaises

Contact et inscription : emmanuel.martinais@entpe.fr

SÉMINAIRE N° 5 – 30 MARS 2018. LA VILLE DES FLUX ET CIRCULATIONS

Vendredi 30 mars – 10h à 13h

Bâtiment recherche de l’Université Jean Moulin Lyon 3 – 18 rue Chevreul (Lyon 7e) – Salle 604 (6e étage)

Cette cinquième séance du séminaire 2017-2018 de l’atelier 2 vise à croiser différentes approches de la ville des flux et circulations dans le but de faire émerger des questionnements et des orientations problématiques intéressant les chercheurs d’EVS.

 

Morgan Pallier – flickr

 

Patricia Lejoux (LAET) – Appréhender l’urbain par les flux : récit d’une construction interdisciplinaire

Eric Verdeil (Sciences Po Paris) – Retour critique sur le numéro de Géocarrefour dédié à la mise en politique des flux et circulations

Emmanuel Martinais (EVS) – A propos du numéro de Flux consacré à la circulation des matières et aux économies de la circularité

Anouk Desouches (Métropole de Lyon) – Point de vue d’un grand témoin professionnel

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations