31 mai – cartographier l’énergie et l’environnement (outil Terristory, AURA-EE)

@AnnieSpratt@Unsplash

Le dernier séminaire avant l’été de l’Atelier Flux et Circulations se tiendra le vendredi 31 mai au 18 rue Chevreul à Lyon en salle 604 de 10h à 12h. Nous aurons le plaisir d’écouter et d’échanger avec Pierrick Yalamas, le directeur intelligence territoriale et observatoires au sein d’Auvergne Rhône-Alpes Energie Environnement (AURA-EE). Il viendra en particulier présenter l’outil en ligne (et gratuit) Terristory qui donne accès à de nombreuses données énergie-climat et permet de les cartographier de l’échelon communal à l’échelon régional. Si vous ne connaissez pas déjà cet outil, n’hésitez pas à en explorer les fonctionnalités avant la séance et à venir avec vos questions.

Nous vous attendons et espérons nombreux.ses.

Bien cordialement,

L’équipe d’animation de l’Atelier Flux et Circulations de l’UMR EVS

3 mai – séminaire doctoral annuel “Flux et circulations”

Centrale électrique de Martins Creek et Bangor (@martinadams @Unsplash)

L’Atelier organise le vendredi 3 mai une journée de présentation des travaux doctoraux en cours. La journée débutera à 9h30 pour s’achever à 16h30, et se déroulera à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne (Amphitheatre 104, Espace Fauriel, plan d’accès sur https://www.mines-stetienne.fr/plans-dacces/ ). Nous aurons le plaisir d’écouter et de discuter avec Enora Barrau (EMSE), Maïlys Genouel (ENS de Lyon), Romain Guillerm (EMSE), Mathilde Hermelin-Burnol (Lyon3) et Rachel Seillier (EMSE). Une visioconférence sera disponible pour celles et ceux qui ne pourront être présent.es sur place. Le lien sera communiqué par mail sur demande.

Programmes des interventions:

9h30-10h30: Enora Barrau (EMSE) – Trajectoires low-tech de filières de gestion des déchets : positionnement de l’évaluation environnementale par analyse du cycle de vie

10h30-11h30: Maïlys Genouel (ENS) – Quand un risque en cache un autre : les pollutions causées par les inondations urbaines représentent elles un problème pour les gestionnaires québécois et français ?

11h30-12h30: Romain Guillerm (EMSE) – Une méthodologie de construction de scénarios low-tech prospectifs à travers l’étude de filières pain

12h30-14h00: Pause déjeuner

14h-15h: Mathilde Hermelin-Burnol (Lyon 3) – Prévenir les riverains ou se prévenir des riverains ? Gestion locale du risque pesticides et inégalités environnementales

15h-16h: Rachel Seillier (EMSE) – Using bioavailability assessement to better diagnose the contamination potential of industrial territories

16h-16h30: conclusion du séminaire et point sur les actualités de l’Atelier Flux et Circulations

5 avril – Analyse des dynamiques de filières et de marché pour la valorisation des déchets-ressources en France

Le prochain séminaire d’atelier “Flux et Circulations”, qui aura lieu le 5 avril, aura pour thème “Analyse des dynamiques de filières et de marché pour la valorisation des déchets-ressources en France”. Il présentera les questions de recherche et premiers résultats d’un projet de 15 mois financé par le réseau RECORD (https://record-net.org/), porté par Mines Saint-Etienne (Audrey Tanguy), impliquant plusieurs membres de l’atelier dont Pierre Desvaux, Romain Garcier et Valérie Laforest.

Dans un contexte marqué par une intensification et une multiplication des exutoires cherchant à donner une valeur économique aux déchets, ce projet a pour but d’identifier les dynamiques de compétitions à l’œuvre dans le déploiement de filières de valorisation des déchets en France, et d’évaluer leurs conséquences économiques, environnementales et sociales. Plusieurs gisements sont à l’étude, dont les biodéchets, les déchets plastiques (PET/PE), les terres excavées, les déchets papiers-cartons, le bois B et les déchets textiles. Une fois terminée (en fin d’année 2024), l’analyse s’appuiera sur une trentaine d’entretiens menés auprès de différents acteurs (donneurs d’ordre, entreprises de collecte/traitement, représentants de fédérations professionnelles, éco-organismes, experts indépendants).

Lors du séminaire du 5 avril, Audrey Tanguy, Pierre Desvaux, Romain Garcier aborderont en particulier les dynamiques de compétitions déjà identifiées et le rôle plus spécifique des filières REP dans l’émergence de ces dynamiques.

Horaire et lieu: 10h à 12h, en salle 301 au 18 rue Chevreul à Lyon. Une visio est prévue pour celles et ceux qui ne peuvent pas se déplacer –> https://zoom.us/j/97390697471

Au plaisir de vous y voir nombreux/ses.

Soutenance de thèse de Mélissa Manglou le 14 mars – Plastiques, déchets et travail à La Réunion

Source: Journal de l’Ile, 08/09/2021

Mélissa Manglou vous invite à sa soutenance de thèse en géographie, intitulée “Plastiques, déchets et travail à La Réunion. Pour une écologie politique des métabolismes socio-environnementaux en post-colonie”. Cette thèse a été encadrée par Karine Bennafla (EVS, Lyon 3) et Nathalie Ortar (LAET, ENTPE).

La soutenance aura lieu le jeudi 14 mars à 13h45 à l’amphithéâtre de la MILC, 35 rue Raulin, à Lyon.

Le jury sera composé de : 

Mme Karine BENNAFLA, Professeure des universités, université Jean Moulin Lyon 3. Codirectrice de thèse

Mme Nathalie ORTAR, Directrice de recherche, École nationale des travaux publics de l’État, Vaulx en Velin. Codirectrice de thèse

Éric VERDEIL, Professeur des universités, Sciences Po, Paris. Rapporteur

Simon BATTERBURY, Professor, The University of Melbourne (Australie). Rapporteur

Mme Agnès JEANJEAN, Professeure des universités, université Côte d’Azur, Nice. Examinatrice

Mme Laurence ROCHER, Maîtresse de conférences HDR, université Lumière Lyon 2. Examinatrice

Mme Marie THIANN-BO MOREL, Maîtresse de conférences, université de La Réunion, Saint Denis. Examinatrice

Résumé de la thèse :

Cette thèse propose une étude matérialiste et post-coloniale des plastiques et de leurs déchets à La Réunion, territoire post-colonial français particulier. En partant d’une perspective d’écologie politique, elle déploie une analyse qualitative des circulations matérielles qui irriguent l’île. Nous parlerons de métabolismes socio-environnementaux, pour aborder comment le gouvernement des circulations organise de manière systémique la transformation des socio-écosystèmes. La proposition théorique de cette thèse, formulée à partir d’intuitions issues du terrain et de lectures, est qu’il y a un intérêt épistémique et politique à étudier les plastiques et leurs déchets en tant qu’ils sont produits par un travail, et en tant qu’ils sont permis par une certaine division internationale du travail. La première partie s’intéresse aux conditions de production des connaissances dans le contexte politique du Plantationocène. Elle inscrit notre étude dans le sillon des chercheur-euses qui se sont intéressé-es aux changements globaux à l’aune du legs de la colonisation moderne et des questions de justice sociale que pose l’économie mondialisée. La seconde partie s’attelle à décrire le processus de formulation du « problème déchet » par la sphère gestionnaire : dans cette ancienne colonie devenue département français, comment les déchets ont-ils été « mis en gestion » ? Quels sont les enjeux socio-politiques derrière le gouvernement des circulations ? La dernière partie propose des pistes d’exploration des points de contact entre travail, déchet et écologie en dehors de la sphère gestionnaire. Elle s’intéresse au travail en tant qu’il transforme et organise corps, environnements et structures sociales, à l’échelle internationale (par la division internationale du travail, par le positionnement géopolitique des territoires qui se joue dans ce partage inégal du travail), à l’échelle territoriale (par la « mise en valeur » et la structuration du territoire que permettent le travail des habitant-es et le travail externalisé en dehors du territoire) et à l’échelle sociale (par l’importance de l’emploi dans les manières de « faire société » en post-colonie). Il s’agira enfin d’ouvrir la réflexion sur d’autres manières de concevoir l’écologie en lien avec les questions de propriété et plus largement d’accès à la terre et aux ressources, en lien avec la capacité à se nourrir ou à déléguer le travail de subsistance aux pays des Suds, en lien enfin avec le pouvoir qu’exercent les cultures dominantes quant aux façons d’habiter et de travailler la terre.

 

Mots clé : métabolisme, post-colonialisme, plastiques, déchets, Réunion, insularité, circulations, écologie politique, travail

12 avril – séminaire sur la construction de l’action publique environnementale

Nous avons le plaisir de vous convier à un séminaire le vendredi 12 avril de 9h à 12h au cours duquel nous échangerons avec François-Mathieu Poupeau (CNRS, LATTS) et Emmanuel Martinais (ENTPE, EVS). Ils viendront nous présenter deux ouvrages récemment publiés qui rendent compte d’enquêtes menées au sein du ministère de l’environnement et dans lesquels ils décryptent chacun la fabrique des lois, des règlements et des stratégies politiques en matière de prévention des risques industriels pour l’un, et d’énergie-climat pour l’autre. Leurs travaux livrent une description très fine des processus de construction de l’action publique en matière d’environnement en France, depuis les services centralisés ou décentralisés de l’Etat, lors de la rédaction de grands documents cadres stratégiques ou dans la mise à l’épreuve territorialisée de mesures concrètes. Ils abordent des processus de construction de l’action publique conflictuels et décryptent les débats politiques et administratifs qui jalonnent ces conflits et les arbitrages qui sont opérés.

Après un temps de présentation par les auteurs et de discussion avec les participant.es de chacun des livres, la discussion portera sur les enseignements croisés et sur les perspectives de recherche ouvertes par les travaux présentés.

Le séminaire se déroulera au 18 rue Chevreul à Lyon, en salle 302. Une visioconférence pourra être mise en place à la demande des collègues qui ne pourront être présent.es en salle. Nous vous attendons et espérons nombreux.ses.  

  • Poupeau, François-Mathieu, L’Etat en quête d’une stratégie énergie-climat, Paris, Presses des Mines, 2023. L’énergie-climat est devenu un sujet de préoccupation majeur en France, qui interpelle l’État dans sa fonction de stratège. Comment celui-ci se saisit-il de ce nouveau rôle ? Comment construit-il sa vision du futur ? Comment fixe-t-il les grandes orientations censées répondre aux défis de la lutte contre le changement climatique et de la transition énergétique ? Ces interrogations sont au cœur de cet ouvrage, qui se penche sur la rédaction, de 2017 à 2020, de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). S’appuyant sur une enquête approfondie menée auprès des acteurs qui ont participé à leur élaboration, il offre une contribution inédite à la sociologie de l’administration et de la décision publiques, dans un domaine encore peu étudié. Il permet aussi d’identifier une facette méconnue de l’inaction de l’État en matière climatique : l’impuissance dans laquelle est placée, en France, l’administration en charge de cette question. Reléguée à un rang périphérique dans le champ bureaucratique, disposant d’effectifs et de moyens limités, dénuée de réels leviers d’action, peu soutenue par les politiques, celle-ci peine à insuffler les dynamiques de transformation nécessaires à l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone en 2050.
  • Martinais, Emmanuel, La fabrique administrative des lois et règlements, Lausanne, Peter Lang, 2024. De façon surprenante, la sociologie de l’État et de l’administration a tendance à ignorer les corps intermédiaires de fonctionnaires qui représentent pourtant le gros des effectifs ministériels et des rouages essentiels de l’action étatique. En France notamment, les analyses se limitent le plus souvent aux deux extrémités des structures bureaucratiques, laissant systématiquement dans l’ombre tous les acteurs administratifs du milieu, qui ne sont ni des hauts-fonctionnaires ni des street level bureaucrats. Qui sont ces fonctionnaires du milieu ? A quoi servent-ils exactement ? Que font-ils concrètement ? Dans quels espaces évoluent-ils ? Comment travaillent-ils ? De quoi décident-ils ? C’est à ces différentes questions que ce livre propose de répondre, en suivant pas à pas le processus de réforme de la politique publique de prévention des risques industriels engagé il y a presque vingt ans suite à la catastrophe d’AZF de septembre 2001.

Parution d’un ouvrage sur la fabrique administrative des lois et règlements

Fruit d’une enquête de plus de quinze ans, ce livre retrace tous les épisodes de la réforme de la prévention des risques industriels qui a fait suite à la catastrophe d’AZF de 2001. Il y est question de l’introduction des approches probabilistes en remplacement des démarches déterministes, de la révision du format des études de dangers, de l’émergence de la réglementation relative aux mesures de maîtrise des risques (MMR), de l’invention et de l’élaboration des plans de prévention des risques technologiques (PPRT)…  et plus encore !

Revenant en détail sur chacun de ces épisodes, le livre intéressera toutes celles et ceux, actrices et acteurs de la prévention des risques industriels, qui ont contribué à écrire la longue histoire des suites réglementaires et législatives de la catastrophe d’AZF, depuis le début des années 2000 jusqu’aujourd’hui. 

Suivant ces acteurs dans leurs activités concrètes, le livre intéressera également toutes celles et ceux, étudiantes et étudiants, qui s’orientent vers les métiers de la sécurité industrielle et plus largement de la prévention des risques et pollutions.

Donnant à voir la façon dont les lois et règlements s’élaborent, le livre intéressera enfin toutes celles et ceux, chercheur.es et expert.es, qui se posent des questions sur la conception des politiques de risques, la production administrative du droit, ou bien encore la territorialisation de l’action publique environnementale.

https://www.peterlang.com/document/1359023

Flux commerciaux en Afrique: une analyse par les régimes de circulation (12 janvier 2024)

L’atelier Flux et Circulations invite Hélène Blaszkiewicz dans le cadre de son séminaire à venir présenter ses recherches issues de ses terrains doctoraux et postdoctoraux le vendredi 12 janvier entre 10h et 12h30.

Sa présentation est intitulée: “Analyser la complexité et la variabilité des flux commerciaux: les régimes de circulation”. Elle nous présentera en particulier des résultats de recherche issus de terrains de recherche menés dans la Copperbelt, en particulier à la frontière entre la Zambie et la République Démocratique du Congo. Elle interroge en particulier la manière dont les marchandises, selon leur nature et leur statut, traversent les frontières et circulent en Afrique.

Sa présentation s’appuie notamment sur son ouvrage récemment publié “Toujours plus vite? Logistique et capitalisme dans l’Afrique minière” (2023) et un article publié dans Transactions of the Institute of British Geographers intitulé “Using the flox regimes framework to de-hierarchise the analysis of commercial movements: case studies from the central african copperbelt” (2021).

Journée d’études doctorants sur la territorialisation des limites planétaires.

L’atelier flux et circulations de l’UMR 5600 EVS organise, le 2 février 2024 (10h-16h30), un séminaire des doctorants qui travaillent autour des sujets liés à la territorialisation des limites planétaires.

Ce séminaire de recherche aura lieu en salle 120, Espace Fauriel, EMSE (Saint-Etienne) + et en visio (demander le lien par email à Natacha Gondran).

Voici le programme ci-dessous

10h- 10h30 : accueil et introduction rapide aux limites planétaires par Natacha Gondran et Antoine Giret

10h30 – 11h30 : Gonzalo Puig Samper (Thèse CIFRE ENGIE CRIGEN / EVS EMSE – DTU) : “Quelle place pour les activités économiques au regard des limites planétaires ? Une nouvelle approche pour leur opérationnalisation

13h30 – 14h30 : Quentin Dassibat (thèse Ecole Urbaine de Lyon / EVS EMSE – ENTPE) : “L’intégrité des cours d’eau en Sud-Loire : modéliser ou mesurer une limite planétaire sur un territoire ? Approche comparative des incertitudes.”

14h30 – 15h30 : Emile Balembois (thèse IMT futur et Ruptures / EVS EMSE / France Villes et Territoires Durables) – “Quelle articulation entre politique locales d’usages des sols, limites planétaires et justice sociale ?”

15h30 – 16h30 : échanges transversaux autour des trois thèses

JOURNÉE D’ÉTUDE “POLLUTIONS ENVIRONNEMENTALES : MESURE ET SCIENCES PARTICIPATIVES” – 12 DÉCEMBRE 2023

En collaboration avec le laboratoire Triangle, l’atelier Flux et circulations organise une journée d’étude intitulée Pollutions environnementales : mesure et sciences participatives.

Cette journée d’étude aura lieu le mardi 12 décembre 2023 à Sciences Po Lyon, Amphi Aubrac, 14 avenue Berthelot, Lyon 7. 

Plus d’informations et inscriptions sur : https://mesure-participation.sciencesconf.org/

Programme

09h30-10h : accueil des participants et du public

10h-10h30 : Introduction

10h30-12h30 : Actualité des sciences participatives en Europe

• Annibale Biggeri (Università di Padova),  « Étude de cohorte après un désastre toxique provoqué par l’activité humaine : le droit à la participation et le cas des contaminations de l’eau aux PFAS en Vénétie (Italie) »

• Séverine Trouilloud (Université de Lausanne), « Capt’Air – un projet de captographie citoyenne de la qualité de l’air dans le canton de Vaud (Suisse) »

• Julie Cozic (Atmo-Aura), « La Captothèque® au service d’une démarche de participation citoyenne : retour d’expérience sur l’intégration des citoyens dans l’observation de la qualité de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes (France) »

Discussion : Kyriane Petit (Sciences Po Lyon)

12h30-14h : Déjeuner

14h-16h : Savoirs participatifs et justice environnementale

 • Justyna Moizard-Lanvin (Université Paris-Cité), « Sciences citoyennes à l’âge de la crise environnementale globale. Vers une transformation des rapports entre les scientifiques et les collectifs de citoyens ? »

•  Gwenola Le Naour (Sciences Po Lyon), Emmanuel Martinais (ENTPE) Kyriane Petit (Sciences Po Lyon), Valentin Thomas (Sciences Po Lyon), « Les appropriations différenciées des données participatives, projet et hypothèses de recherche »

•   Gwen Ottinger (Drexel University – en visioconférence), “Science citoyenne, connaissance précautionneuse et justice environnementale” 

Discussion : Florian Charvolin (Université Jean-Monnet)

16h-16h30 : Mots de conclusion

16h30 : Collation

Comité d’organisation : Gwenola Le Naour (Triangle), Emmanuel Martinais (EVS), Kyriane Petit (Triangle), Valentin Thomas (Triangle)

1er décembre matin – Séminaire “Analyses de Flux de Matière et pensée des métabolismes territoriaux”

On va parler flux de bois… Crédits: @Unsplash @Alexandre Jaquetoni
Cher.es collègues,
Nous aurons le plaisir d’accueillir Jean-Yves Courtonne pour la prochaine séance de l’Atelier Flux et Circulations le vendredi 1er décembre de 10h à 12h30 en salle 411 au 18 rue Chevreul à Lyon.
Jean-Yves est chercheur dans l’équipe STEEP de l’Inria Grenoble (Soutenabilité, Transition, Environnement, Economie biophysique et Politique locales). Il y anime l’axe “Alternatives Socio-Techniques” qui se donne pour objectif d’aider différents types acteurs à produire des narratifs cohérents d’un point de vue biophysique et à identifier les compromis à trancher dans un monde de plus en plus contraint.
 
Titre : Analyses de Flux de Matière et applications à différentes échelles pour l’analyse de filières

Résumé : L’Analyse de Flux de Matière (AFM) est une famille de méthodes très utilisée dans les communautés de l’écologie industrielle et de l’économie écologique. Elle est en particulier au coeur des approches socio-métaboliques. La présentation fera tout d’abord le point sur les différents types d’AFM en termes de sources de données, de questions traitées et de limites de mise en oeuvre. Les AFM de filières de production (par exemple, les filières agricoles et la filière bois) seront abordées plus en détail, notamment à travers le logiciel OpenSankey développé par la coopérative TerriFlux issue de l’équipe STEEP. La seconde partie de l’exposé sera consacrée à un panorama de cas d’études réalisés à différentes échelles géographiques (nationale, régionale, locale) à la croisée de questions de modélisation quantitative, de lien avec les SHS, et d’approches participatives.
 
Pour celles et ceux qui ne pourront être présents physiquement avec nous, le lien de visioconférence sera communiqué sur la mailing list de l’Atelier Flux et Circulations, ou doit être demandée à antoine.fontaine@cnrs.fr
 
En espérant vous retrouver nombreux.

Programme des séminaires “Flux et circulations” 2023/2024

Matières de construction superposées @Unsplash @MaxVanDenOetelaar
Cher.es collègues,
Nous avons le plaisir de vous faire parvenir le programme du cycle de séminaire de l’Atelier Flux et Circulations de l’UMR Environnement Ville Société pour cette année et de vous inviter à l’ensemble de ces séances à venir. A noter que la moitié des séances se dérouleront à Lyon, l’autre moitié à Saint-Etienne mais qu’une participation en visioconférence sera également possible. Les liens de visioconférence ainsi que l’ensemble des informations spécifiques à chaque séance seront envoyés par cette liste une semaine avant chaque séance. N’hésitez pas à faire circuler ce programme auprès de toute personne susceptible d’être intéressée.
 
Vendredi 1er décembre 2023 – 10h-12h30 (Lyon, salle à préciser) : Jean-Yves Courtonne (INRIA) : « Analyses de Flux de Matière et applications à différentes échelles pour l’analyse de filières »
 
Vendredi 12 janvier 2024 – 10h-12h30 (Lyon, salle à préciser) : Hélène Blaszkiewicz – « Analyser la complexité et la variabilité des flux commerciaux : les régimes de circulation »
 
Vendredi 2 février 2024 – 10h-16h30 (Saint-Etienne, S. 120, Espace Fauriel, EMSE + visio) : Séminaire  sur le thème « Territorialisation des limites planétaires et évaluation absolue de la soutenabilité environnementale », autour des travaux de trois doctorants EVS / EMSE : Quentin Dassibat, Gonzalo Puig-Samper et Emile Balembois
 
Vendredi 1er mars 2024 – 10h-12h30 (Lyon, salle 604, 18 rue Chevreul) : Pierrick Yalamas (AURA-EE) « Observer, cartographier et analyser les questions énergétiques et climatiques : focale sur l’outil Terristory »
 
Vendredi 5 avril 2024 – 10h-12h30 (Lyon, salle 411, 18 rue Chevreul) : Audrey Tanguy , Romain Garcier, Pierre Desvaux, Valérie Laforest (EVS) « Analyse des dynamiques de filières et de marché pour la valorisation des déchets-ressources en France »
 
Vendredi 3 mai 2024 – 10h-16h30 (Saint-Etienne, Espace Fauriel, EMSE) : séminaire de présentation et de mise en discussion des travaux des doctorant.es de l’Atelier.
 
En espérant vous retrouver nombreux et au plaisir d’échanger avec vous autour de nos intervenant.es de l’année.
 

Séminaire de rentrée Atelier Flux et circulations

Le sable de nos plages d’été est également un de nos objets d’étude (@jimgade#Unsplash)

Cher.es collègues,

Nous avons le plaisir de vous inviter à notre séminaire de rentrée de l’Atelier Flux et Circulations le vendredi 29 septembre de 10h à 12h30 en salle 604 au siège de l’UMR au 18 Rue Chevreul, 69007 Lyon.

Cette séance sera l’occasion de présenter plusieurs projets de recherche portés par un.e ou des membres de l’Atelier sur le point de démarrer, dont de manière non exhaustive: une thèse sur les flux de sable par Grégoire Ramé (ENS Lyon), un projet de recherche sur les outils de planification territoriale pour accroître la résilience du territoire Sud-Loire par Antoine Giret (EMSE), et un projet ANR sur les flux thermiques par Antoine Fontaine (CNRS).

Cette séance de rentrée sera également l’occasion de partager avec vous le nouveau fil directeur thématique pour les séminaires de l’année, d’annoncer les prochaines séances et finir de co-construire le programme du reste de l’année.

Une visioconférence sera mise en place pour celles et ceux qui ne pourront se déplacer à Lyon. Pour obtenir le lien, merci d’en faire la demande à antoine.fontaine@cnrs.fr

Nous espérons vous retrouver nombreux.ses.

Soutenance de thèse d’Abir Fekih : la face cachée du Green IT

Abir Fekih, dotorante au sein de la composante Mines Saint-Etienne de l’UMR 5600 EVS, a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse intitulée : ” La face cachée du Green IT : comprendre l’émergence des paradoxes lors de la mise en place de la transformation numérique ».

La soutenance se déroulera en présentiel le mardi 4 juillet à 14h, en amphi A022, à l’Ecole des mines, Espace Fauriel, 29 Rue Pierre et Dominique Ponchardier, 42100 Saint-Étienne.

Une visioconférence est également prévue pour les personnes souhaitant participer à distance.

La thèse sera présentée en français devant le jury suivant :

 Jean-Luc MoriceauProfesseur, Institut Mines-Télécom Business SchoolExaminateur
Céline BérardProfesseure, Université Lumière Lyon 2Rapporteur
Elise MarcandellaMaître de Conférences HDR, Université de LorraineRapporteur
Sandrine Berger-DouceProfesseure, Mines Saint-EtienneDirectrice de thèse
Natacha GondranProfesseure, Mines Saint-EtienneDirectrice de thèse
Julien De BenedittisMaître-assistant, Mines Saint-EtienneCo-encadrant de thèse

 Mots-clés

Green IT, Paradoxes, cadre TOE, Transformation numérique. 

Résumé

Une démarche de transformation numérique dans les organisations ne peut plus échapper à la prise en considération des conséquences environnementales que les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) engendrent. Néanmoins, cet enjeu de transformation numérique conduit à interroger les paradoxes pouvant émerger et freiner la mise en oeuvre du Green IT au niveau organisationnel. A travers l’articulation du cadre théorique des paradoxes (Lewis, 2000 ; Poole & Van de Ven, 1989 ; Smith & Lewis, 2011) et du cadre « Technologie, Organisation, Environnement » (TOE) (Depietro et al., 1990), notre recherche, à travers une étude de cas encastrée, contribue à une meilleure compréhension des paradoxes liés au Green IT. Ces derniers sont liés à la fois à la prise de décision ainsi qu’à l’utilisation des outils numériques qui peuvent émerger au cours du processus de transformation numérique. Les stratégies mises en oeuvre pour y faire face et répondre aux enjeux de durabilité du système d’information (SI) de l’organisation sont considérées et présentées.

Soutenance de thèse de Nada Bendahmane

Nada Bendahmane a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse intitulée: “Développement d’indicateurs d’approvisionnement en matériaux minéraux et métalliques issus de l’économie circulaire dans une approche d’évaluation absolue de la soutenabilité dans le secteur du bâtiment“.

La thèse a été réalisée au sein du CSTB Grenoble et de la composante EVS/EMSE de Mines Saint-Etienne, grâce a un financement de l’ANRT (thèse CIFRE).

La soutenance se déroulera en présentiel le lundi 12 juin à 14h au CSTB Grenoble,  24 Rue Joseph Fourier, 38400 Saint-Martin-d’Hères

Une visioconférence est également prévue pour les personnes souhaitant participer à distance (si vous êtes intéressé/e, vous pouvez demander le lien à Nada Bendahmane : Nada.BENDAHMANE@cstb.fr

La thèse sera présentée en français devant le jury suivant :

  • Anne VENTURA, Directrice de recherche, Université Gustave Eiffel (Rapportrice)
  • Adélaïde FERRAILLE,  IDTPE HDR, Ecole des Ponts ParisTech (Rapportrice)
  • Cécile BULLE, Professeure, Université du Québec à Montréal (Examinatrice)
  • Nicolas PERRY, Professeur, Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers (Examinateur)
  • Audrey TANGUY, Maître-assistante, École des Mines de Saint-Étienne (Examinatrice)
  • Alexandra LEBERT, Directrice du domaine d’Action Stratégique Changement Climatique & Economie Circulaire, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (Invitée)
  • Jacques CHEVALIER, Docteur ingénieur, Alliance HQE-GBC (Co-encadrant de thèse)
  • Natacha GONDRAN, Professeure, École des Mines de Saint-Étienne (Directrice de thèse)

Mots-clés

Secteur du bâtiment, Ressources minérales et métalliques, ACV, AESA, Économie circulaire, Bâtiment soutenable.

Résumé

Les ressources minérales et métalliques représentent d’importants enjeux environnementaux et socio-économiques. Dans le secteur du bâtiment, ce sont les ressources les plus consommées avec, par exemple, un pourcentage de 96% de la masse totale de matière consommée par ce secteur en France. Par conséquent, l’identification, puis, l’optimisation de l’utilisation des ressources minérales et métalliques dans le secteur du bâtiment est une réelle nécessité.

Actuellement, plusieurs auteur·e·s développent des méthodes d’évaluation de la durabilité environnementale absolue (AESA), combinées à l’Analyse de Cycle de Vie (ACV), afin d’évaluer la soutenabilité absolue des systèmes étudiés. Cependant, la plupart des approches AESA n’incluent pas les ressources non renouvelables, et en particulier les ressources minérales et métalliques. En outre, les méthodes de caractérisation des impacts des ressources minérales et métalliques, utilisées dans l’ACV, présentent plusieurs limites lorsqu’elles sont appliquées à des projets dans le secteur du bâtiment.

Ce projet de thèse a pour objectif de développer une méthode qui permet d’évaluer la soutenabilité d’un projet de construction donné vis-à-vis de sa consommation en ressources minérales et métalliques.

Afin de répondre à cet objectif, la méthode MiMOSA (Mineral and Metal absOlute Sustainability Assessment), s’inspire de l’approche développée par Ryberg et al. (2018) et définit un budget matériau soutenable équivalent à une limite planétaire relative aux ressources minérales et métalliques.

Ce budget intègre les flux anthropiques issus du recyclage et du réemploi et considère une échelle spatiale appropriée pour chaque matériau. Dans ce sens, la pression des ressources minérales et métalliques est approchée comme un problématique socio-économique plutôt qu’environnementale.

La méthodologie suit quatre étapes principales :

1.        Identification des besoins du projet de construction étudié.

2.        Estimation des flux issus du réemploi et du recyclage.

3.        Calcul des budgets matériaux assignés au projet.

4.        Calcul des indicateurs de soutenabilité après la comparaison des besoins du projet étudié avec les budgets matériaux qui lui sont assignés.

Cette méthode est testée et opérationnalisée à travers une étude de cas relative à la construction d’une maison individuelle en Seine-Saint-Denis.

Journée d’étude “Seconde-main, contrefaçon, déchet” 5 mai 2023 9h-17h

Ivorien Workers Loading a car in a container, Gayatri Rathore Mars 2023

Journée d’étude “Seconde-main, contrefaçon, déchet : qualifications des objets et mises en circulations transnationales
ANR Global Car (UMR Prodig, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Avec le soutien de l’Atelier « Flux et circulations » de l’UMR EVS
9h-17h
Lieu : Maison des Sciences de L’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon
Accès libre sur inscription avant le 29 avril, dans la limite des places disponibles, auprès de  Marie Morelle (marie.morelle@univ-lyon2.fr)  et Sébastien Jacquot (Sebastien.Jacquot@univ-paris1.fr)

Cette journée vise l’étude des filières et des chaînes d’approvisionnement des marchandises de seconde main, à des échelles internationales et transnationales. Ces marchandises revêtent des statuts ambigus entre bien manufacturé et rebut, et se situent parfois à l’intersection de la légalité et de l’illégalité. Ces multiples chevauchements sont souvent révélés à l’observation des procédures de leur qualification et plus largement des étapes de leurs circulations. Ces dernières font se rencontrer une diversité d’acteurs, des firmes multinationales à des collecteurs informels en passant par les acteurs de la logistique, sans compter les institutions publiques en charge de la régulation de ces chaînes, à l’articulation d’enjeux techniques, industriels, financiers, sociaux et environnementaux.

Plus précisément, cette journée met l’accent sur :
• les qualifications des objets (marchandise, matière, déchet, etc.) comme enjeu de leur mise en circulation,
• la dimension informelle et illégale de ces circulations et les conversions entre formel et informel aux différents points d’étape de ces circulations,
• l’analyse de ces points d’étape, plus largement des lieux clefs de la circulation (sas, hubs, seuils, places marchandes), dans lesquels se jouent le contrôle ou son détournement, le passage d’un espace à un autre, la (re)qualification des objets en circulation et leur transformation concrètes, la négociation de leurs valeurs.

De manière transversale, cette journée s’intéresse aux démarches méthodologiques visant à saisir les circulations mondialisées et à construire des ethnographies multi-situées. Elle est ouverte aux géographes, sociologues, anthropologues, économistes, juristes.

PROGRAMME

Matinée, salle Élise Rivet – MSH Lyon

Accueil : 9h00

Début des interventions : 9h30

9h30 : Introduction

Sébastien Jacquot – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EIREST et associé PRODIG.

Marie Morelle – Université Lyon 2, EVS.

9h45- 10h15 : Informalités douanières. L’agencement de savoir-faire mécaniques, marchands et (para)administratifs dans l’importation des véhicules d’occasion au Sénégal

Renaud Hourcade – CNRS – Centre Emile Durkheim / Sciences Po Bordeaux.

Khadim MBow – CERMES3 – Université Paris Cité.

10h15- 10h45 : Automobiles à la casse. Anthropologie des pratiques de récupération mécaniques en Afrique de l’Ouest

Yann-Philippe Tastevin, IRL 3189 Environnement, Santé, Sociétés (CNRS/UCAD/UGB/USTTB/CNRST), Dakar, Sénégal.

10h45-11h15 : pause

11h15-11h45 : Global Car : appréhender les statuts, les formes et les valeurs de la voiture d’occasion sur les routes transnationales

Sébastien Jacquot, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EIREST, associé à l’UMR PRODIG.

Marie Morelle, Université Lumière Lyon 2, UMR EVS.

Gayatri Rathore, UMR PRODIG.

11h45-12h30 : Discussion

Romain Garcier ENS-Lyon, UMR EVS.

Pierre Desvaux, IMU.

 

Pause déjeuner : 12h30-14h00

 

Après-midi, salle André Bollier – MSH Lyon

14h00-14h30 : Nature illicite. Légalité et illégalité des produits ophidiens en Inde

Mathieu Quet, Ceped (Université de Paris / IRD).

14h30-15h00: Contourner les barrières pour approvisionner les marchés mondialisés en Tunisie : itinéraires et légitimation différenciée des circulations marchandes.

Adrien Doron, Université Paris-Cité, UMR 8504 Géographie-cités.

15h00-15h30: Vos papiers, s’il-vous-plaît ! Identification et classement des marchandises dans l’industrie minière en Afrique australe.

Hélène Blaszkiewicz, Université de Genève.

15h30-16h00 : Qualifications des objets et mises en circulations transnationales : pour une approche a priori du droit

Jean-Sylvestre Bergé, Université Côte d’Azur, CNRS GREDEG.

16h00- 17H00 : discussion

Romain Garcier ENS-Lyon, UMR EVS.

Pierre Desvaux, IMU.

17h00 : clôture de la journée

Programme A4 Livret

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search