Parution d’un ouvrage collectif sur Rive de Gier

L’ancienne friche de la verrerie Duralex, aujourd’hui démolie et en cours de reconversion

Cet ouvrage, rédigé par plusieurs membres de l’atelier, présente une partie des résultats d’une recherche-action réalisée dans le cadre du programme POPSU Territoires du ministère de la Transition écologique.  Sur ce projet, voir : https://popsu.archi.fr/projet/rive-de-gier 

Résumé de l’ouvrage. La régénération de Rive de Gier soulève des enjeux cruciaux quant à la manière de (re)développer les centralités secondaires, abîmées par la désindustrialisation et le déclassement socio-économique, souvent réduites à la fonction de territoires subalternes des métropoles voisines. Le projet de rénovation du centre-ville montre notamment que le caractère populaire de Rive de Gier représente une ressource essentielle qui permettra à la ville de prendre sa place dans les systèmes métropolitains de Lyon et Saint-Étienne.

Contact : emmanuel.martinais@entpe.fr

Séminaire d’atelier – Initier la symbiose territoriale bioéconomique – 20 janvier

Le premier séminaire 2023 de l’Atelier Flux et Circulations sera organisé autour d’une présentation des travaux de Nicolas Bijon. Nicolas nous présentera les résultats de sa thèse récemment soutenu au sein des Mines d’Alès et du CIRAD et ses nouvelles perspectives.

Le séminaire se déroulera le vendredi 20 janvier de 10h à 12h à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne au sein de l’amphi 104 à l’Espace Fauriel, 29 rue Ponchardier,  GPS  45° 25’ 40″ N / 04° 24’ 14″ E ,  Bus n° 6, arrêt “Centre de congrès”  (plan d’accès sur https://www.mines-stetienne.fr/plans-dacces/ ). Pour celles et ceux qui ne pourront se déplacer, une visioconférence sera organisée (lien envoyé via la mailing list de l’Atelier et sur demande).

Titre de l’intervention: Initier la symbiose territoriale bioéconomique

Résumé: La gestion des produits résiduaires organiques est une problématique centrale car ceux-ci sont à l’interface de nombreux enjeux environnementaux et sociétaux. Riches en nutriments, ils peuvent contribuer à réduire la dépendance envers les intrants agricoles issues de ressources non renouvelables. Riches en carbone, ils peuvent contribuer à la production d’énergie renouvelable, ou au stockage de carbone dans les sols. Afin de résorber la rupture métabolique caractéristique du régime industriel, il est nécessaire de repenser la gestion de ces matières à l’échelle territoriale de manière à créer de nouvelles synergies entre les activités humaines. Cela implique également de favoriser la coopération entre des acteurs opérant généralement de manière indépendante – en silo – dans des mondes très contrastés. Je propose dans ma thèse une réflexion interdisciplinaire visant à comprendre les leviers d’initiation de nouvelles démarches de gestion concertées de la matière organique. Je me base pour cela à la fois sur l’analyse de cas d’études, et sur une démarche expérimentale sur le territoire de la plaine de Versailles.

Au plaisir de vous retrouver nombreux!

Séminaire d’équipe: bilan 2022 et programmation 2023 – Vendredi 16 décembre après-midi

La plateforme chimique de Pont-de-Claix (France)
Notre prochain séminaire aura lieu le 16 décembre prochain, en salle 604 au 18 rue de Chevreul et par visioconférence (le lien sera partagé une semaine avant). Il sera consacré à une présentation des projets de recherche menés au sein de l’atelier et achevés cette année, ainsi qu’à une discussion prospective sur la programmation de l’atelier pour l’année à venir. Le programme est le suivant :
 
12h30-14h : déjeuner 
14h-16h : Présentation et discussion de projets qui viennent de s’achever (programme non définitif):
  • METROPOLITIN – MÉTROlogie POLITique des déchets industriels en Europe : produire et utiliser de l’INformation sur les déchets (Romain Garcier)
  • RECUPERTE – Les énergies de récupération, une ressource territoriale. Optimiser la valorisation urbaine de la chaleur fatale (Laurence Rocher, Antoine Fontaine)
  • Colloque “Metabolism Studies: materiality and relationality in the Anthropocene” – Juin 2022 à Lyon (Pierre Desvaux, Laëtitia Mongeard)
  • ” La coopération territoriale et industrielle, une réponse adaptée pour la construction d’un paradigme alternatif plus soutenable.” (Charlène Bouchot)
16h-17h: présentation et discussion du programme de l’année 2023
17h-23h30: POT pour fêter l’HDR d’Emmanuel Martinais 😉
 
Pour nous aider à gérer la logistique, merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur https://evento.renater.fr/survey/participation-au-sem…-gnv8th5h

Habilitation à diriger des recherches d’Emmanuel Martinais – 29 septembre 2022

A complex oil refinery for making gasoline

La soutenance est prévue le jeudi 29 septembre 2022 à 14h30 en salle A301 de l’École d’Urbanisme de Paris (Bâtiment Bienvenüe, 14-20 boulevard Newton, Marne-la-Vallée).

Composition du jury : Rémi Barbier, Professeur de sociologie, ENGEES (rapporteur); Gabrielle Bouleau, Chercheure en science politique, INRAE (rapporteure) ; Christine Dourlens, Maîtresse de conférence émérite en sociologie, Université Jean Monnet Saint-Etienne; Corinne Larrue, Professeure en urbanisme, aménagement de l’espace, Université Paris-Est (garante) ; Patrice Melé, Professeur de géographie, Université de Tours (rapporteur).

Titre du mémoire original : « Le suivi longitudinal d’une réforme de politique publique. Double réflexion sur la production administrative du droit et la territorialisation de la politique de prévention des risques industriels »

Résumé. Ce mémoire d’habilitation à diriger des recherches s’intéresse au travail des moyens-fonctionnaires du ministère de l’environnement chargés des suites législatives et réglementaires de la catastrophe d’AZF de septembre 2001. Organisée en deux grandes parties, l’analyse porte successivement 1) sur la conversion probabiliste de l’étude de dangers puis 2) l’exécution du programme PPRT. Ce découpage, qui correspond à deux moments consécutifs de la réforme, permet de suivre les agents étudiés d’un bout à l’autre du processus, depuis le début des années 2000 jusqu’à l’élaboration et l’application de l’ordonnance de 2015 qui clôt cette longue séquence des suites d’AZF. Cette structuration du propos en deux temps permet également d’observer plusieurs facettes de la production normative et, plus largement, de caractériser dans la durée ce gouvernement des ingénieurs qui, depuis la catastrophe d’AZF, préside aux principales transformations de la prévention des risques industriels en France. Au final, ce récit chronologique des suites législatives et réglementaires d’AZF fait ressortir deux arguments principaux. Le premier est que le sens de cette réforme se joue nettement moins dans le cadrage général de la loi que dans le détail de la réglementation et des textes de rangs inférieurs (les circulaires, les guides méthodologiques, les notes et instructions techniques, etc.) qui s’élaborent jusqu’au bout du processus. Le second, lié au précédent, est que la réforme ne suit pas vraiment le schéma classique de conception et de mise en œuvre des politiques publiques. Elle ne se conçoit pas au centre pour se décliner ensuite au local. Elle s’élabore en réalité dans d’innombrables interactions entre ces deux niveaux. Chapitre après chapitre, on découvre ainsi que les représentants sectoriels ne se cantonnent pas aux activités d’écriture du droit et à la mise en place des programmes d’action publique correspondants, qu’ils s’associent systématiquement aux actions et décisions locales. Inversement, on constate que les acteurs de terrain ne sont pas limités aux opérations de mise en œuvre, qu’ils s’invitent en permanence dans les lieux où se discutent et se décident les orientations de la politique publique. Ce constat d’interpénétration constante des échelles de l’action publique est d’ailleurs l’occasion, en conclusion de ce mémoire, d’une discussion sur la dimension territoriale de cette réforme de politique publique.

 

Offre d’emploi de Maitre assistant Associé (CDD 12 mois en enseignement et en recherche) sur le thème de la Résilience des Territoires et la gestion des risques.

La composante Mines Saint-Etienne d’EVS propose une offre d’emploi pour un maître assistant associé (CDD 12 mois en enseignement et en recherche) sur la thématique de la Résilience des Territoires et la gestion des risques.
Ce poste est basé à Mines Saint-Etienne, Institut Fayol, Département GEO/ UMR 5600 EVS et il contribuera à cet atelir “Flux et circulations”.
 
Démarrage du poste au 1er octobre 2022.
 
Les infos sur le poste et le dépôt des candidatures sont ici :
ESPACE FAURIEL A ST ETIENNE

Remue-méninges transition écologique d’EVS – 12 juillet 16h-18h

Remue-méninges transition écologique – 12 juillet 16h-18h suivi d’un moment convivial , jardin de l’ENS!

Le 12 juillet de 16 à 18h, retrouvons nous dans le cadre d’un moment convivial pour échanger autour des actions possibles dans le cadre de la transition écologique d’EVS !

Beaucoup de labos, d’établissements sont déjà à pied d’oeuvre ! Nous vous proposons de vous faire quelques retours  du bilan des émissions de gaz à effet de serre que le groupe TREEVS (Transition Ecologique pour EVS) a réalisé, en utilisant l’outil GES1pont5 du Labos1point5.

Puis nous réfléchirons ensemble à des pistes d’actions, et des propositions pratiques.

Nous avons besoin de vous!!

L’équipe TREEVS

Séminaire de Cosmin Popan, mardi 28 juin

Cosmin Popan (Manchester Metropolitan University) est accueilli au sein de la composante EVS/ENS (biogéophile), d’avril à décembre 2022

Cosmin Popan mène une recherche postdoctorale en Sociologie sur les conditions de travail des livreurs de repas à domicile. Son travail porte, d’une part, sur l’étude des plateformes telles Deliveroo et Uber Eats et la manière dont elles reconfigurent les espaces urbains et, d’autre, part sur l’investigation des enjeux de management, de solidarité et de résistance des livreurs. Cette enquête se déploie sur trois villes européennes : Manchester (Royaume-Uni), Cluj (Roumanie) et Lyon.

 

Son projet de recherche, Doing gig work: Social implications of platform-based food deliveries, inclut un travail ethnographique auprès des livreurs, des questionnaires auprès sur les clients des plateformes, ainsi que des collaborations avec des artistes et des développeurs web pour illustrer des histoires de vie et de travail de ceux qui font des livraisons.

 

Cosmin est accueilli pour 9 mois (d’avril à décembre 2022) au sein de la composante biogéophile de l’UMR. Il présente notamment son travail le mardi 28 juin dans le cadre du séminaire Mobilités quotidiennes et études urbaines. Les informations sur le séminaire sont sur https://mc.hypotheses.org/99

 

Pour plus des détails, vous pouvez consulter son projet interactif multimédia GigWork.City.

Crédit illustration : Alin Tămășan

école d’été « Green Futures»

Le Projet de recherche internationale (IRP) du CNRS « Anthropocène Métropolisation Sociétés » VALUATERRA, lancé par notre laboratoire et coordonné par Fabrice Bardet, organise cette année son école d’été “Green Futures” du 27 au 29 juin prochains.

Ces trois jours de conférences et débats seront consacrés aux thématiques de l’IRP : les processus sociaux de valorisation des territoires dans un contexte de financiarisation et d’urgence écologique planétaire.

L’IRP Valua Terra est en effet dédié à la compréhension des transformations de l’habitation humaine de la planète à l’heure de l’entrée dans l’ère “anthropocène” dans laquelle les activités humaines engagent un bouleversement de l’écosystème planétaire.

La “valeur” des territoires et ses recompositions constituent le fil conducteur thématique et problématique de ce projet international. Elle est saisie de manière très différente par les deux grands champs disciplinaires qui structurent le projet : les sciences de l’environnement et les sciences sociales.

Du côté des sciences de l’environnement, la notion de valeur renvoie à des activités d’évaluation environnementale qui sont centrales dans ces disciplines académiques.

Du côté des sciences sociales, la question de la valeur fait l’objet de critiques et de débats qui alimentent justement les dynamiques de l’IRP. De ce côté du champ scientifique, la notion de “valeur” a longtemps souffert d’une image associée à une science économique arrogante et normative. L’IRP aborde cette question de front, en profitant du regain que les approches matérialistes des sociétés urbaines connaissent depuis quelques années, qui remettent au cœur des enjeux la question des “valeurs d’usage” des territoires, pour discuter précisément les processus marchands qui imposent des valeurs d’échange parfois sans lien avec l’habitation des populations.

Le programme de l’école d’été « Green Futures » est le fruit du rassemblement d’une somme de communications proposées par des chercheurs brésiliens, étasuniens, suisses, anglais et français spécialistes de ces questions qui donneront lieu à des débats qui favoriseront le croisement entre ces deux communautés académiques et l’ouverture vers les étudiants ainsi que vers les professionnels de l’immobilier et de l’aménagement.

L’école d’été « Green Futures » a été labélisée par l’ED 483.

L’inscription à ces trois journées est libre mais nécessaire : https://www.valuaterra.org/actualites/ecole-ete-green-futures

Présentation des travaux de thèse d’Enora Barrau, doctorante invitée de l’ETS Montréal

Enora Barrau, doctorante au sein de l’Ecole de Technologie Supérieure (ETS) de Montréal, invitée au sein d’EVS présentera ses travaux de thèse le 20 juin 2022, de 11h à 12h, en amphi 104, à l’Espace Fauriel / Mines Saint-Etienne. (une rediffusion visio pourra être possible, vérifier vos emails de la liste “atelier2”)

Le projet de recherche d’Enora porte sur l’identification et l’analyse des caractéristiques structurelles des symbioses industrielles, afin de les mettre en regard de leurs performances environnementales. Pour ce faire, une démarche biomimétique est adoptée, en utilisant des outils d’analyse de réseaux écologiques pour évaluer l’organisation des réseaux industriels. L’aspect environnemental est quant à lui évalué à l’aide d’outils plus classiques, comme l’approche « cycle de vie ». Le croisement de ces deux dimensions permet une analyse multidimensionnelle des symbioses et enrichit le regard porté sur la capacité de ces réseaux à répondre aux enjeux liés aux changements environnementaux. Plus spécifiquement, le projet s’attache à l’implantation territoriale des symbioses industrielles et à la manière dont celles-ci peuvent supporter une forme de circularité locale.

Séminaire d’atelier : Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?

 

 

Jeudi 5 mai matin, aura lieu en amphi 104 , un séminaire sur “Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?”. Une rediffusion en visio sera prévue et sera partagée avec la liste interne de l’atelier “Flux-circulation”.

Ce séminaire permettra de croiser les recherches menées par 3 chercheuses travaillant, dans des disciplines différentes, sur ce thème.

Muriel Maillefert est professeure à l’Université Lyon 3 et chercheure à EVS UMR 5600. Après avoir travaillé sur la question des institutions et des politiques publiques dans le domaine du travail et de l’emploi, elle s’intéresse depuis une quinzaine d’années aux thématiques autour du développement durable territorial. Elle travaille plus spécifiquement sur la question des jeux d’acteurs, de l’action collective territoriale et des enjeux autour de la construction par les acteurs de projets territoriaux.
L’idée est d’identifier les formes de légitimité auxquelles se réfèrent les acteurs, ce qui permet de qualifier l’action et les univers d’action collective ainsi que leurs formes de gouvernance. Différents terrains ont été explorés, allant du terrain organisationnel (RSE), territorial (écologie industrielle et territoriale, nouveaux modèles économiques), aux politiques publiques (autour des services écosystémiques, ou des politiques de durabilité).


Lise Serra est maître de conférences à l’université de la Réunion, au département Génie-civil où elle enseigne l’urbanisme. Architecte de formation, elle s’intéresse à la fabrique concrète de la ville avec le chantier comme terrain d’étude privilégié. Son approche, orientée acteurs, prend ses racines dans une première expérience d’architecte salariée puis une thèse CIFRE, où elle construit une posture de
recherche en collaboration étroite avec les acteurs de la fabrique urbaine. Par ses enseignements et ses recherches, elle ouvre plusieurs territoires de recherche, sur la concertation et les relations
habitants/projet urbain/acteurs à La Réunion et sur la circulation des matériaux de construction.


Audrey Tanguy est maître-assistante à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne au sein du département Génie de l’Environnement et des Organisations, rattaché au laboratoire EVS (Environnement ville société) (UMR 5600). Sa thèse, terminée en 2017, portait sur le développement d’une approche
territoriale pour la planification de filières de valorisation des déchets urbains. Sa recherche concerne la régionalisation de méthodes dédiées à la planification et à l’évaluation environnementale (notamment par Analyse de Cycle de Vie) de stratégies d’écologie industrielle et territoriale (en France et au Québec). Ses travaux multidisciplinaires l’ont aussi menée à s’intéresser à la dimension multiscalaire du métabolisme territorial sur les filières déchets et énergie.


Proposition :
Le métabolisme des territoires est dominé depuis le XIXième siècle par les grands réseaux (matières, énergie et, dans une moindre mesure, déchets) qui, en permettant l’essor économique de la société
industrielle, ont également contribué à sa linéarisation et à une consommation toujours plus accrue et externalisée des ressources (Coutard & Rutherford, 2015; Kim & Barles, 2012). La nécessaire
dématérialisation de l’économie invite à questionner l’empreinte spatiale de ce métabolisme et d’envisager une relocalisation, au moins partielle, des flux et activités.
Néanmoins, les modalités, l’étendue et les impacts de cette relocalisation souhaitée pour les territoires ne sont pas encore bien définis et plusieurs interrogations demeurent. Par exemple, comment cette
relocalisation se fait-elle actuellement et à quelle(s) échelle(s) ? Comment les défenseurs d’une relocalisation des flux (collectifs, associations, acteurs économiques) prennent-ils en compte la
dimension mondiale encore actuelle de l’économie ? Comment aiguiller les décideurs et identifier les échelles appropriées d’approvisionnement et d’exutoires des activités en fonction des territoires, qui
sont caractérisés par un contexte géographique, socio-démographique, des infrastructures, des normes, des lois, des usages? En particulier, quelles sont ces échelles en tenant compte de plusieurs critères (impacts environnementaux, sociaux, économiques) ?
Adoptant une approche multidisciplinaire, ce séminaire souhaite donc aborder ces questionnements pour le secteur de la construction, secteur consommateur important de matière première (Augiseau & Barles, 2017) et pour lequel les solutions exclusivement locales restent encore marginales. Les solutions de relocalisation sont multiples. Elles peuvent concerner aussi bien la filière amont (l’approvisionnement en matières) que la filière aval (traitement, valorisation et utilisation des déchets
comme ressources). Au total, il s’agira de comprendre et d’analyser les enjeux de non circularité du secteur, notamment en milieu urbain, et de réfléchir à des formes innovantes de relocalisation et de circularisation des flux.


Ce séminaire aura comme objectif de présenter certains enjeux et de construire collectivement un ensemble de problématiques transversale qui seront abordées dans des séminaires suivants.


Organisation du séminaire

  • Présentation Lise Serra : utilisation de matériaux locaux et circulation mondiale des matières premières, les impensés de la conception architecturale
  • Présentation Audrey Tanguy : Des filières de valorisation des déchets multi-échelle : quels enjeux pour les outils d’aide à la décision
  • discussion
  •  Présentation Muriel Maillefert : les enjeux d’usage dans la filière de la construction
  •  Présentation Sylvain Bissonnier : cas d’illustration : portage d’un projet de logement en autopromotion)
  •  discussion
  •  Table ronde / discussion et synthèse (animation Laetitia Mongeard). Ecriture collective d’un projet de séminaires

Séminaire doctoral. Tamara Gouel : Mesurer la part verte des portefeuilles. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Le 29 mars 2022, de 16h à 18h, Tamara Gouel, doctorante RIVES/EVS nous présentera un chapitre de sa thèse sous la forme d’un séminaire doctoral. Le séminaire, accessible à tous, sera réalisé en hybride (présenciel à Lyon (salle 604, 18 rue de Chevreul) et visio sur https://zoom.us/j/91285490286 ). Le résumé de son intervention est ci-dessous.

Mesurer la part verte des portefeuille. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Il s’agit de présenter ici des résultats issus d’une enquête de terrain auprès des acteurs financiers qui revendiquent le caractère “vert” de leur stratégie d’investissement dans le cadre du financement d’infrastructures d’énergies renouvelables. L’objectif est ici d’étudier comment, dans leurs pratiques de gestion, les assets managers mobilisent différents types et méthodes de quantifications pour légitimer leur “verdissement” : à quel moment interviennent ces quantification au cours de la construction du portefeuille ? Comment et par qui sont-elles élaborées ? A quelles attentes des investisseurs répondent-elles ? Les premiers éléments de l’enquête de terrain présentés ici permettront donc de questionner la manière dont des professionnels de la finance peuvent mobiliser une certaine forme d’expertise environnementale et ce que cela révèlent des modalités et de la mise en œuvre du financement de la transition énergétique.   

Séminaire : “Mécanique de rue et filières de traitement des voitures de seconde main”, 1er mars, S. Jacquot, M. Morelle


Le 1er mars, de 16 à 18h, Sébastien Jacquot et Marie Morelle viendront évoquer leur travail sur la mécanique de rue et les flux de voitures et de pièces d’occasion.

Le séminaire se tiendra rue Chevreul mais sera également accessible en distanciel.

Pour vous inscrire et obtenir le lien de visio, merci d’écrire à : romain.garcier(_a_)ens-lyon.fr

De la mécanique de rue aux filières de traitement de la voiture de seconde main, parcours d’enquêtes
S. Jacquot, M. Morelle

De la mécanique de rue aux activités de recyclage des pièces et matières issues des véhicules hors d’usage, c’est l’économie formelle et informelle liée aux voitures de seconde main qui sera l’objet de notre présentation. Après plusieurs années d’enquête auprès des mécaniciens de rue dans plusieurs friches et QPV d’Ile-de-France, relevant d’une économie populaire de la voiture, nous enquêtons sur les modes de valorisation des véhicules hors d’usage, dans le contexte des économies du recyclage, interrogeant les relations et porosités entre formel et informel, à diverses échelles, dans le cadre de l’ANR GlobalCar.

Jacquot Sébastien, Morelle Marie, « La mécanique de rue n’est pas « sauvage » ! », Revue Projet, 2020/3 (N° 376), p. 30-31. DOI : 10.3917/pro.376.0030. URL : https://www.cairn.info/revue-projet-2020-3-page-30.htm

NUCLÉAIRE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Journée d’étude – 25 janvier 2022 – 9h à 16h

En présentiel salle 604 du 18 rue Chevreul (Lyon 7) et à distance en visioconférence

Place du nucléaire au regard du changement climatique, risques pour la sûreté liés aux aléas extrêmes… Depuis plusieurs années et plus encore depuis quelques mois, le nucléaire est au cœur d’importants débats politiques, techniques et scientifiques sur le changement climatique. En croisant le regard des sciences humaines et sociales et de spécialistes du domaine, cette journée d’étude se propose de questionner le lien entre nucléaire et changement climatique avec des prismes d’analyse variés.

La journée aura lieu en présentiel et visioconférence. Merci de vous inscrire auprès de michaelmangeon@gmail.com pour valider votre participation. Un lien sera prochainement transmis aux inscrits souhaitant participer à distance.

Matin (9h-12h) – Sûreté nucléaire et changement climatique

Michaël Mangeon, chercheur associé EVS. Penser les crises à venir avec des cas historiques :  enjeux et organisation du sauvetage de la centrale de Kozloduy (Bulgarie) en plein effondrement de l’URSS.

Claire-Marie Duluc, adjointe au chef de service de caractérisation des sites et des aléas naturels (SCAN) de l’IRSN. L’impact des changements climatiques sur les niveaux d’aléas retenus en sûreté nucléaire.

Olivier Chanton, chercheur au Laboratoire de Sciences Humaines et Sociales (LSHS) de l’IRSN. Réguler les risques du temps, le temps de la régulation.

Après-midi (14-16h) – Enjeux socio-politiques du nucléaire et changement climatique

Teva Meyer, maître de conférence en géopolitique et géographie de l’Université de Haute-Alsace, CRESAT. Identifier les conditions de possibilité politiques de la « climatisation » des débats sur l’énergie nucléaire : regards croisés entre la France et la Suède.

Yves Marignac, chef du pôle énergies nucléaires et fossiles de l’Institut négaWatt. Titre à venir

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles, Michael Chétry – 4 janvier 2022

Pour ouvrir l’année en beauté et dans l’ouverture internationale avec le Brésil, l’atelier flux circulation vous propose le séminaire suivant :
 
4 Janvier 2021, de 16h à 18h, en salle 604 à EVS au 18 rue de Chevreul (avec possibilité de retransmission en visio), Michael Chetry, maître de conférences en géographie à l’Université fédérale de Fluminense (Brésil) à Angra dos Reis, invité au sein d’EVS/RIVES, présentera ses travaux de recherches sur
 

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles  

 La communication vise à présenter, dans un premier temps, une réflexion sur la valeur des territoires à partir du cas des favelas en se focalisant notamment sur les différentes formes de valeur et les différents acteurs qui agissent sur/dans ces territoires. Dans un second temps, en lien avec le Projet de Recherche Internacional Anthropocène, il s’agit de proposer des pistes de recherche afin d’étendre cette analyse à d’autres territoires, les communautés traditionnelles (indigènes, pêcheurs, descendants d’esclaves) situées dans la région de Angra dos Reis au sud de Rio de Janeiro, une région marquée par d’intenses conflits autour de l’occupation de l’espace aussi bien d’ordre économique, politique ou environnemental.

Soutenance de thèse de Simon Nadeau : Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire

Simon Nadeau, doctorant EVS/EMSE, soutiendra sa thèse, lundi le 8 novembre à 15h00 (heure de France) sur le sujet “Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire.”

Celle-ci sera accessible en vidéoconférence via le lien ci-dessous :

Lien de diffusion Web

Elle sera diffusée depuis l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue à compter de 9 h (heure locale) au local 5024 du campus d’Amos, Québec, Canada.

Composition du jury :

Ian D. Clark, Professeur, Université d’Ottawa                         Rapporteur

Jean-Jacques Delannoy, Professeur, Université de Savoie, Rapporteur

Valérie Laforest, Directrice de recherche, EMSE     Examinatrice

Annie DesRochers, Professeur, UQAT                                Examinatrice

Didier Graillot, Professeur, EMSE                               Directeur de thèse

Éric Rosa, Professeur, UQAT                                          Directeur de thèse

Vincent Cloutier, Professeur, UQAT                         Codirecteur de thèse

Frédéric Paran, Ingénieur de recherche, EMSE – Codirecteur de thèse

Résumé :

Quantifier la ressource en eau stockée dans les aquifères peu profonds et déterminer ses interactions avec l’eau de surface est complexe sur de vastes territoires éloignés où les données préexistantes sont rares et limitées. Cette étude se concentre sur l’acquisition de ces informations par l’utilisation d’approches d’analyse adaptées aux grands territoires. La zone d’étude couvre 185 000 km2 englobant des bassins versants boréaux du Bouclier canadien s’écoulant dans la Baie-James (Canada). En premier lieu, une analyse spatiale multicritères, basée sur des données géologiques et hydrogéologiques, a été couplée à des calculs géométriques afin de délimiter les principaux aquifères granulaires peu profonds. Des données satellitaires et des modèles spatiaux combinés à des mesures de débit et à la composition géochimique de l’eau (isotopes stables [δ2H-δ18O] et conductivité électrique) ont ensuite permis de quantifier les composantes du cycle de l’eau. Enfin, la stabilité de l’indice de sécheresse Température-Végétation établie à partir de 290 images thermiques satellitaires a été utilisée pour déterminer le potentiel d’occurrence d’écosystèmes dépendant des eaux souterraines (POEDES). Les résultats ont révélé que les aquifères potentiels les plus imposants sont principalement associés à des formations fluvioglaciaires et contiennent environ 40 ± 4 km3 d’eau sur 7 % du territoire. Sur une base annuelle, la contribution annuelle des eaux souterraines au débit des rivières est généralement stable et inférieure à 12 % des précipitations du bassin versant, ce qui correspond à 2,3 km3/an pour l’ensemble du territoire. Les données suggèrent aussi une recharge préférentielle de la nappe peu de temps après la fonte des neiges et à l’automne. Ces caractéristiques hydrogéologiques et le POEDES calculés sur les bassins versants à l’étude montrent une cohérence significative qui permet notamment de hiérarchiser les secteurs où une vigilance accrue est nécessaire pour préserver la ressource en eau souterraine et la biodiversité qui en dépend.

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search