Droit, environnement, territoire : à propos de la Nouvelle-Calédonie

Le 19 décembre de 9h à 13h

Lieu : 18 rue Chevreul, salle 604

Programme :

Romain Garcier, Laurence Rocher

Introduction

Etudier les déchets en Nouvelle-Calédonie – retour de terrain

Victor David (IRD Nouméa)

A l’ombre de l’Accord de Nouméa, la décolonisation du droit de l’environnement. L’exemple du Code de l’Environnement de la Province des Iles Loyauté

Philippe Billet (IDE, Lyon 3)

La circulation des principes juridiques : l’exemple du droit de l’environnement en Nouvelle-Calédonie

Discussion

Soutenance de thèse : « Des gravats dans la ville. Pour une approche matérielle de la démolition », 12 décembre 2018

Laetitia Mongeard soutiendra sa thèse de doctorat en géographie le 12 décembre 2018 à 14h à l’Université Lyon 2, au 16/18 quai Claude Bernard, en salle E132 devant un jury composé de:

Mme Sabine Barles,  Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Rapportrice

M. Pierre Bergel, Professeur des Universités, Université Caen Normandie, Rapporteur

Mme Lydia Coudroy de Lille, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2

Mme Sylwia Kaczmarek, Professeure des Universités, Université de Lodz, Pologne

M. Omar Merabet, Maître de Conférences, INSA de Lyon

M. Vincent Veschambre, 
Professeur des Universités détaché, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, Directeur

Résumé

Tandis que la ville se renouvelle sur elle-même, les opérations inhérentes à ce phénomène produisent des quantités de déchets au moins équivalentes à celles des déchets ménagers dans le cas français. Parmi ces déchets figurent les gravats, visibles tantôt sous forme de montagnes sur les chantiers emblématiques, tantôt en tas informes en dépôt sauvage. L’enjeu du devenir de ces pondéreux est pris en compte par un cadre réglementaire qui impose leur valorisation. Du côté de la construction urbaine, ces déchets sont de plus en plus appréhendés comme gisement potentiel constituant une alternative aux ressources naturelles, dans des approches en termes de métabolisme territorial et d’économie circulaire. À travers le cas de l’agglomération lyonnaise, cette thèse considère le processus de production de ces gravats constitués comme matières premières secondaires. La démolition – objet principalement des sciences de l’ingénieur et en creux des sciences humaines et sociales dont la géographie – est appréhendée par sa matérialité, par le biais du suivi des gravats à partir d’un échantillon de chantiers. Considérant tour à tour la production des gravats, leur circulation et l’organisation et le fonctionnement du système en jeu, la thèse interroge les modalités et conditions de la participation de ces matériaux à la construction urbaine. Loin de faire l’objet, comme d’autres déchets, de filières de traitement institutionnalisées pour répondre au cadre réglementaire, les gravats relèvent d’un statut de déchet faible parce que potentiel et leur valorisation dépend de pratiques,tant techniques que spatiales – essentiellement de proximité – dès le début du chantier de démolition. La démolition, garante du devenir de ses matériaux,apparaît alors comme déterminante, menée aujourd’hui par un secteur entier dédié à la « déconstruction » et soumis à de forts enjeux d’adaptation à un contexte économique global pour une activité ancienne très ancrée dans son territoire. La participation des gravats à la construction urbaine passe par ailleurs par des valorisations basées sur une forte logique de proximité spatiale mais relevant d’enjeux distincts et potentiellement concurrents rendant nécessaire une structuration et hiérarchisation des matériaux comme des usages qui peuvent en être faits. Enfin, le système de transformation des gravats en matières premières secondaires se constitue actuellement, présentant alors l’aspect d’une filière dont l’enjeu sera probablement de coordonner les acteurs et pratiques existantes.

Soutenance de thèse : « La prison chevillée au corps. Pour une approche géographique du placement sous surveillance électronique », 30 novembre 2018

Franck Ollivon (Université Lumière – Lyon 2) soutiendra sa thèse de doctorat de géographie le 30 novembre à 9h30 en salle de la Rotonde (6e étage) au 18 rue Chevreul à Lyon devant un jury composé de :

  • Marie-Sophie DEVRESSE, Professeur, Université Catholique de Louvain, rapporteure
  • Isabelle LEFORT, Professeur, Université Lumière Lyon 2, directrice
  • Michel LUSSAULT, Professeur, Ecole Normale Supérieure de Lyon
  • Olivier MILHAUD, Maître de conférences, Université Paris Sorbonne
  • Marie MORELLE, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteure

Résumé

Utilisé de façon croissante comme alternative à la détention, le placement sous surveillance électronique (PSE), plus connu sous l’appellation «bracelet électronique», repose sur l’assignation domiciliaire des condamnés, qui purgent leur peine en milieu ouvert. Ce dispositif pénal rompt ainsi avec l’enfermement carcéral, et pose alors la question des représentations et des usages punitifs de l’espace ordinaire. A partir d’une étude menée au sein de deux services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) et d’entretiens semi- directifs réalisés auprès de placés sous surveillance électronique ainsi que de magistrats et de fonctionnaires du Ministère de la justice, la présente thèse interroge les modalités du contrôle spatial que suppose l’externalisation de l’espace de détention. Parce qu’il assigne une fonction pénitentiaire à l’espace quotidien, le PSE implique une adaptation de l’espace de la peine à la diversité des situations individuelles, rompant avec la relative standardisation de l’espace carcéral. Toutefois, tant dans sa conception par l’institution que dans le vécu des placés, l’espace d’assignation reste largement pensé sur le modèle carcéral. Cette «prison à domicile » est même parfois rapprochée du Panoptique foucaldien, notamment du fait du pouvoir de surveillance ubiquitaire attribué à la technologie. Or le sentiment d’enfermement des placés ne découle pas tant de l’efficacité technique du dispositif pour le contrôle de leurs spatialités que du pouvoir contraignant du droit et de sa mise en discours par les agents de l’institution comme par les placés eux-mêmes.


Mots-clefs : Bracelet électronique, Aménagement de peine, Milieu ouvert, Territorialité, Discontinuité, Technologie, Enfermement, Discours, France

L’ATELIER 2 LAURÉAT DE LA CONSULTATION POPSU TERRITOIRES

Le programme POPSU Territoires soutient des projets de recherche-action en lien avec les petites villes françaises (moins de 20000 habitants). Il vise à comprendre les dynamiques de ces territoires, questionner leurs orientations d’aménagement, nourrir leurs stratégies de développement et renouveler leurs outils d’intervention.

L’atelier 2, par l’intermédiaire de cinq de ses chercheurs, a répondu à la première consultation de ce programme POPSU Territoires du Plan urbanisme construction architecture (PUCA) et proposé un projet intitulé Rive-de-Gier en prospective. Une démarche contributive pour une transition réussie.

Le projet, qui fait partie des six lauréats de la consultation, porte sur Rive-de-Gier, petite ville de la Loire (42) en situation transitoire entre un passé, marqué par un développement industriel précoce puis un processus de désindustrialisation, et un avenir souhaité plus engageant et déjà partiellement engagé, mais dont les contours restent encore à préciser. Le projet consiste, par le biais d’une démarche collaborative et participative, à mieux cerner ces transformations à l’œuvre, à mettre en évidence leurs cohérences et contradictions éventuelles pour enfin, esquisser les formes possibles d’une transition réussie du point de vue des acteurs locaux et des populations concernées.

Rive-de-Gier (photo Thierry Egger)

L’équipe lauréate : Christelle Morel Journel, Emmanuel Martinais, François Duchêne, Georges Gay et Laurence Rocher.

2èmes Rencontres Scientifiques Réhabilitation et valorisation des sites et sols pollués

29 & 30 Octobre 2018

 L’ENISE organise, en étroite collaboration avec les « Groupements d’Intérêt Scientifique » (GIS) « redéploiement Post-Industriel Loire Territoires Urbains » (PILoT) et « Évaluation Environnementale des Déchets, Effluents, Matériaux, sédiments et Sols pollués » (EEDEMS), auquel appartiennent certains membres de l’atelier 2 de l’UMR 5600 EVS, ses 2èmes rencontres scientifiques sous la forme d’un Workshop consacré à la « Réhabilitation et la Valorisation des Sites et Sols pollués » (RV2S) les 29 et 30 octobre 2018.

Les communications orales acceptées seront publiées dans un numéro spécial du journal: Déchets, Sciences & Techniques (DST).

certaines communications peuvent encore être soumises. Plus d’informations sur https://rvss.sciencesconf.org/

2ème journée d’étude à Rive-de-Gier : le 22 juin 2018

Rive-de-Gier entre passé industriel et projets urbains

Attention CHANGEMENT DE LIEU :Salle Jean Dasté, Place du général Valluy, Centre-ville de Rive-de-Gier

10h-11h30 Le passé industriel de Rive-de-Gier saisi au présent : regards de la Géographie, de la Sociologie, des Sciences des Procédés Industriels et Naturels

• Georges Gay et Christelle Morel-Journel (Univ. Jean Monnet Saint Etienne)
Les accommodements de l’héritage industriel (à Rive-de-Gier) entre dispersion de l’action publique et résilience individuelle.

• Mathilde Legret (Univ. Jean Monnet Saint Etienne)
Etude des représentations sociales du crassier des Etaings : un héritage invisibilisé et innomé.

• Olivier Faure (Ecole des Mines de Saint Etienne)
Hydrométallurgie et phytomanagement pour la gestion durable des laitiers sidérurgiques

11h45-13h Une ville en projet qui redécouvre sa rivière

• Georges Gay et Stéphanie Vukelic (Univ. Jean Monnet, Saint Etienne)
La ville et la rivière dans la commune de Rive-de-Gier: entre opposition et co-construction des espaces naturels et urbains dans un contexte de mutation socio-technique (XIXème-XXIème siècle)

• Hugues Chalet (Directeur Général des Services, Ville de Rive-de-Gier) et Pierre Malandrin (chef du projet PRIR, Ville de Rive-de-Gier)
Le Projet de rénovation urbaine du centre-ville de Rive-de-Gier : vers une découverture de la rivière ?

13h-15h Repas au restaurant le Croqu’In (55 rue Cl. Drivon)

15h Visite (sous réserve de la météo)
Une lecture historique et souterraine de la ville depuis la voûte du Gier, accompagnée par Catherine Morellon (archiviste municipale, Ville de Rive-de-Gier).

Organisation

Inscription auprès de laurence.rocher@univ-lyon2.fr avant le 15 juin

PREVOIR DES BOTTES et une LAMPE pour la visite

Vue sur l’aciérie visitée

SÉMINAIRE N° 6 – 26 AVRIL 2018. APPROCHES MÉTHODOLOGIQUES INTERDISCIPLINAIRES DU SITE DE CHÂTEAUNEUF : UN OBJET « COMMUN » ?

Jeudi 26 avril – 14h à 18h

Université Jean Monnet Saint-Etienne, site Tréfilerie, salle HR8

Le 19 juin 2017, l’atelier 2 réunissait des chercheurs d’origines diverses sur le site industriel de Châteauneuf, usine métallurgique Industeel à Rive-de-Gier. Ce lieu a déjà une longue histoire dans la recherche en tant que site atelier du GIS PILot depuis la fin de la décennie 2000. L’an passé, les responsables de l’atelier ont proposé d’ouvrir le champ disciplinaire, notamment en direction des sciences humaines. C’est dans ce contexte que nous avons décidé d’expérimenter le croisement de deux types de méthodologies qui ont habituellement des préoccupations divergentes. Il s’est agi de dépasser la traditionnelle opposition entre qualitatif et quantitatif. Comment cette démarche est-elle possible ? Sur quoi peut-elle déboucher ?

Le 04 avril 2018, l’atelier 2 a bien illustré comment les pollutions des sols avaient donné lieu à des représentations, à des remédiations et à des interrogations méthodologiques. Ce furent autant d’essais de dépassement des contradictions. Une partie de notre travail prolongera ces analyses et évaluera les possibilités de co-construction méthodologique. Notre conception du dévoilement progressif d’un objet « commun » doit être articulée avec les interrogations posées au sein de l’atelier 4 qui questionne les ambiguïtés de la ressource patrimoniale.

Arbyreed – flickr

 

14h-14h15 – Ouverture : le site Industeel et l’atelier 2

14h15-14h20 – Mode d’emploi : fonctionnement du séminaire et attendus provisoires

14h30-15h30 – Quatre éclairages sur le site : Jean Luc Bouchardon, Mathilde Legret, Cyrille Conord, Michel Depeyre

15h45-17h45 – Mise en commun

Remarques épistémologiques et ouverture par Bernard Guy

Ce temps d’échanges aura un double objectif : d’une part partager les approches et connaissances de divers types portant sur le crassier de Châteauneuf ; d’autre part et dans le même temps, parce que ces approches et connaissances apparaissent si hétérogènes (de la sociologie à la géochimie en passant par l’écophysiologie végétale et la recherche sur le patrimoine), réfléchir à la façon dont nous pouvons les mettre en contact, les confronter voire les agréger. Le fonctionnement même de cet après-midi en sera influencé, en particulier en insistant sur la mise en commun de tous les points de vue, plutôt que sur la menée de débats « libres » qui viseraient à trouver tout de suite un dernier mot ou une conclusion (sans les exclure).

JOURNÉE D’ÉCHANGE – 4 AVRIL 2018. LES POPULATIONS FACE AUX RISQUES ET CONTAMINATIONS

Hasan Ali – flickr

 

Mercredi 4 avril – 10h à 16h

Salle Caillemer –  Université Lyon 3 – 15 quai Claude Bernard (Lyon 7e)

Cette journée d’échange, qui met à contribution des chercheurs travaillant sur des terrains brésiliens et français, vise à jeter les bases d’une approche comparative sur les risques et pollutions liés à des environnements dégradés résultant de la présence passée et/ou actuelle d’activités industrielles et/ou minières. Son objectif est de confronter des expériences de recherche qui ont toutes en commun de s’intéresser à la question des habitants dans leur rapport aux risques et pollutions, mais en mobilisant des techniques d’investigation assez différentes dans leurs principes.

Les deux présentations du matin rendront ainsi compte de recherches participatives menées sur des terrains caractérisés par une forte concentration industrielle : une recherche pluridisciplinaire, inspirée des community-based participatory research américaines, qui vise à impliquer les populations locales dans l’évaluation des contaminations qu’elles subissent ; une recherche expérimentale recourant à diverses méthodes de gestion partenariale des risques et pollutions (théâtre-forum, atelier d’écriture, atelier de réactivation photographique, protocoles de communication hybridant expertise scientifique et profane). Poursuivant dans cette logique d’exploration méthodologique, les deux présentations de l’après-midi rendront compte de travaux qui s’intéressent aux sols légués par d’anciennes activités polluantes, en mobilisant des approches par les controverses et l’analyse de discours d’une part, des enquêtes par entretien selon une technique de photo-élicitation d’autre part.

Matin (10h – 12h30) – Impliquer les habitants pour dire et gérer les risques

Yolaine Ferrier (EHESS) – Répondre aux questions de santé environnementale des habitants du front industriel de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône : une approche fortement participative (FOS EPSEAL)

Jacques Lolive (PACTE) et Cintia Okamura (CETESB – Estado de São Paulo) – Quelques expérimentations pragmatiques et participatives pour impliquer les publics dans la gestion des situations de risque dans la métropole de São Paulo

Déjeuner libre (12h30 – 14h)

Après-midi (14h – 16h) – Élucider le problème des pollutions léguées par d’anciennes activités

Christelle Morel Journel (EVS) – Oubli ou accommodation ? La question de la pollution des sols héritée en région stéphanoise [télécharger la présentation en PDF]

Patrick Chardon (LPC – Subatech) et Romain Garcier (EVS) – Rythmes et motifs des controverses sur le réaménagement des mines d’uranium françaises

Contact et inscription : emmanuel.martinais@entpe.fr

SÉMINAIRE N° 5 – 30 MARS 2018. LA VILLE DES FLUX ET CIRCULATIONS

Vendredi 30 mars – 10h à 13h

Bâtiment recherche de l’Université Jean Moulin Lyon 3 – 18 rue Chevreul (Lyon 7e) – Salle 604 (6e étage)

Cette cinquième séance du séminaire 2017-2018 de l’atelier 2 vise à croiser différentes approches de la ville des flux et circulations dans le but de faire émerger des questionnements et des orientations problématiques intéressant les chercheurs d’EVS.

 

Morgan Pallier – flickr

 

Patricia Lejoux (LAET) – Appréhender l’urbain par les flux : récit d’une construction interdisciplinaire

Eric Verdeil (Sciences Po Paris) – Retour critique sur le numéro de Géocarrefour dédié à la mise en politique des flux et circulations

Emmanuel Martinais (EVS) – A propos du numéro de Flux consacré à la circulation des matières et aux économies de la circularité

Anouk Desouches (Métropole de Lyon) – Point de vue d’un grand témoin professionnel

Parution Géocarrefour : « La mise en politique des flux et des circulations »

La revue Géocarrefour a publié fin 2017 un dossier coordonné par l’atelier 2 (Romain Garcier, Emmanuel Martinais, Laurence Rocher). Intitulé « La mise en politique des flux et des circulations », le numéro comporte 11 articles, issus pour la plupart d’une journée d’étude organisée par l’atelier en 2016. L’ensemble est accessible en OpenAccess sur la plateforme Revues.org.

Le numéro aborde les modalités concrètes de désignation, de quantification et de régulation des mouvements des choses et des personnes pour tenter de comprendre comment elles contribuent à animer des dynamiques politiques, à alimenter des préoccupations sociales et/ou à façonner des espaces, et ce à plusieurs échelles (du local au continental).

SÉMINAIRE N° 4 – 26 JANVIER 2018. LES CIRCULATIONS DE TERRE CRUE DANS LE CHAMP DE LA CONSTRUCTION

Vendredi 26 janvier – 14h à 17h

Bâtiment recherche de l’Université Jean Moulin Lyon 3 – 18 rue Chevreul (Lyon 7e) – Salle 604 (6e étage)

Cette quatrième séance du séminaire 2017-2018 de l’Atelier 2 s’intéresse au champ de la construction en terre crue. Les deux présentations, issues de deux thèses en cours, s’attachent à décrire les modes de régulation de ce matériau de construction et les effets induits sur leurs circulations.

 

 

Léa Génis (ENSAG) –Des maillages qui se tissent autour du pisé :  matières à rénover en circulation en Nord Isère.

L’objet de cette première présentation est de suivre les matières à rénover (matériaux, outils, pratiques, savoirs, conseils, documents etc..) qui circulent entre les acteurs de la réhabilitation du bâti ancien en pisé dans le nord de l’Isère, pour montrer comment ces acteurs s’engagent en faveur de cette matière pour en faire un objet d’intervention spécifique.

 

Victor Villain  (EVS) – La régulation de l’espace social de la construction en terre crue en France. Les apports d’une sociologie économique de l’efficience de l’Etat dans l’autonomisation d’un espace social.

Cette deuxième présentation montre que dans le domaine de la construction, les rapports aux matériaux sont loin d’être régulés uniquement par l’offre et la demande. Deux exemples relatifs à la construction en terre crue permettront d’illustrer la façon dont l’Etat participe à la structuration de l’autonomie de ce champ. Le premier exemple permettra de constater que l’action publique a participé, comme pour de nombreux champs, à l’autonomisation de l’espace social de la construction en terre crue. Le second exemple se basera plus spécifiquement sur la perspective ouverte par les enjeux du développement durable où l’Etat tient un rôle de premier plan quant au degré d’autonomisation de cet espace social, tendant dans ce cas précis, comme pour d’autres espaces sociaux, à l’hétéronomiser.

SÉMINAIRE N°2 – 24 NOVEMBRE 2017. L’ÉCOLOGIE TERRITORIALE AU PRISME DE L’ÉCONOMIE

Lycia Walter

 

Vendredi 24 novembre – 14h à 17h

Bâtiment recherche de l’Université Jean Moulin Lyon 3 – 18 rue Chevreul (Lyon 7e) – Salle 604 (6e étage)

Cette deuxième séance du séminaire 2017-2018 de l’Atelier 2 est l’occasion de deux présentations croisées sur la dimension économique de l’écologie territoriale.

« L’écologie territoriale, une nouvelle vision de l’économie » – Nicolas Buclet (PACTE)

« Nouveaux modèles économiques et développement territorial. Vers la caractérisation d’une valeur pour le territoire » – Muriel Maillefert (EVS)
Discussion – Valérie Laforest (EVS)

SÉMINAIRE N°3 – 1er DÉCEMBRE 2017. RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE DES ENTREPRISES

Séminaire de l’atelier 2 de l’UMR 5600 Environnement Ville Société / Institut Fayol de Mines Saint-Etienne

1er décembre 2017, Mines Saint-Etienne, Espace Fauriel, Amphi A022

Responsabilité sociétale des entreprises : quelle méthode de comptabilité et quelles contributions des entreprises à la conservation de la biodiversité ?

9h30 – 11h 30 : quelle comptabilité pour le développement durable ? Présentation de la méthode CARE puis échanges avec Jacques Richard*, professeur émérite à l’Université Paris Dauphine

13h30 -16h30 : « Responsabilité sociétale : quelles contributions des entreprises à la conservation de la biodiversité ? » Soutenance de thèse d’Anastasia Wolff (AgroParisTech, Mines Saint-Etienne)

ESPACE FAURIEL A ST ETIENNE

Présentation du séminaire de la matinée

La méthode CARE a pour objectif d’éviter le clivage entre la gestion financière et la gestion environnementale et sociale. Elle prend pour base la comptabilité en coûts historiques et vise à estimer les coûts de maintien et de restauration des fonctions environnementales sous la contrainte que les trois capitaux – financier, naturel et humain, – soient conservés séparément et non globalement. Ce modèle est basé sur l’idée que l’organisation est tenue de « réparer » la dégradation des capitaux (financier, humain et naturel) dont elle est responsable (Rambaud et Richard, 2013).

* Jacques Richard est professeur de gestion à l’université Paris-Dauphine, Expert-Comptable et Commissaire aux comptes associé au Groupe Alpha spécialisé dans l’aide aux comités d’entreprise, il est membre du Conseil National de la Comptabilité et du Comité de la Réglementation Comptable. Auteur ou coauteur de plus d’une trentaine d’ouvrages, il a publié des livres en Anglais, Allemand,Russe, Japonais, Suisse, Français ; il est notamment l’auteur de Comptabilité Générale (Dunod) qui en est à sa 8ème édition et coauteur de The International Encyclopaedia of Management (Routledge) ainsi que de Comptabilité et développement durable (Economica)

 

Présentation de la Soutenance de thèse de l’après-midi

« Responsabilité sociétale : quelles contributions des entreprises à la conservation de la biodiversité ? »

Le jury de thèse sera composé de :
Nathalie FRASCARIA-LACOSTE, AgroParistech  (Rapporteure)
Pere FULLANA i PALMER, ESCI-UPF  (Rapporteur)
Dominique BOURG, Université de Lausanne (Examinateur)
Audrey COREAU, Agence française pour la biodiversité  (Examinatrice)
Jacques RICHARD, Université Paris Dauphine (Examinateur)
Christian BRODHAG, Mines Saint-Etienne (Directeur de thèse)
Natacha GONDRAN, Mines Saint-Etienne (Co-directrice de thèse)

Résumé :
Alors que nous faisons face à une crise biologique majeure, acteurs institutionnel et ONGs exhortent les entreprises à s’engager pour enrayer cette érosion écologique. L’objectif de la thèse est d’analyser, évaluer et faire évoluer la contribution potentielle des entreprises à la conservation de la biodiversité dans le cadre de leur responsabilité sociétale (RSE).
Un cadre d’analyse est développé pour évaluer la prise en charge par une entreprise de ses responsabilités écologiques en termes de moyens – les initiatives RSE a priori favorables à la biodiversité mises en œuvre – et de résultats – la compatibilité des activités de l’entreprise avec la conservation de la biodiversité. Après avoir caractérisé les initiatives RSE à partir de l’étude de cas des engagements d’entreprises endossés comme contributions à la Stratégie nationale pour la biodiversité, une méthode est proposée pour tester si les activités d’une entreprise sont écologiquement non-durables. Le postulat est que le respect des capacités de charge des écosystèmes est un prérequis à la conservation effective de la biodiversité. Cette méthode, adaptée de l’évaluation environnementale absolue de la durabilité, est appliquée, dans le cadre de deux projets de recherche-intervention, au portfolio alimentaire du Groupe Casino et au cycle de vie de deux installations de stockage de déchets dangereux de SARP Industries. Cette objectivation des performances au regard des contraintes écologiques sert d’appui pour proposer des orientations stratégiques dans la logique de la séquence éviter-réduire-compenser. Soulignant l’importance de renforcer la prise en charge des pressions étendues, cette thèse ouvre plus largement des perspectives pour les secteurs d’activité et les politiques publiques.

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations