Compte-rendu de l’atelier « Apports de l’économie circulaire pour répondre aux enjeux de transition industrielle et écologique ». Entretiens Jacques Cartier, Montréal, 4-6 novembre 2019

Plusieurs membres de l’atelier 2 étaient présents à la 32ème édition des Entretiens Jacques Cartier, qui s’est concentrée sur 8 thématiques (santé et sciences de la vie ; énergie et DD ; mobilité territoires et smart cities ; enjeux sociaux et économiques ; finance et affaires juridiques ; numérique et technologie ; entreprenariat ; culture, art, performance).

Plus particulièrement, trois membres de l’atelier 2 (Valérie Laforest, Muriel Maillefert et Gilles Neubert) ont organisé au sein de ces journées, l’atelier « Apports de l’économie circulaire pour répondre aux enjeux de transition industrielle et écologique », dans la thématique « énergie et développement durable ». Cette journée s’est déroulée le 6 novembre de 9h30 à 16h à l’ETS de Montréal sous la houlette principale de Mathias Glaus (ETS Montréal), Valérie Laforest (Mines Saint-Etienne, UMR5600EVS) et Gilles Neubert (emlyon business school, UMR5600EVS). Cet atelier a regroupé 103 inscrits et 9 conférenciers.

La conférence a été organisée sous la forme de trois séquences : des conférences plénières, des ateliers et une table ronde.

Un premier cycle de conférences a présenté des enjeux théoriques et pratiques de l’économie circulaire. Une première conférence a brossé un tableau des enjeux de l’EC en France et dans les pays anglo-saxons (M Maillefert, U.Lyon 3, UMR5600EVS). Une seconde intervention a ensuite montré les résultats d’actions d’EIT dans le cadre d’une structure territoriale québécoise (le CTTEI, J Beaulieu). Enfin, le point de vue d’une structure partenaire d’entreprises menant une stratégie d’économie circulaire a été présenté (D Normandin, Institut EDDEC).

Ce trois points de vue ont permis de montrer différents angles et certains enjeux de l’EC, autant dans sa conception que sa mise en œuvre.

L’après-midi a été consacré à deux ateliers et une table ronde.

Le premier atelier a porté sur la question de la mise en œuvre sur des projets particuliers, puis une méthodologie de détection de synergies a été présentée (V Laforest, EMSE, UMR5600EVS), ainsi qu’un exemple sur le métabolisme énergétique de Saint-Nazaire (A Tanguy, U.Sherbrooke). Pour conclure, M Glaus (ETS) a présenté un autre champ d’analyse, le biomimétisme, qui pourrait inspirer les pratiques d’EC.

Le second atelier s’est positionné à l’échelle des entreprises avec une présentation de plusieurs expériences : celle de TC transcontinental (C D Mathieu Poulin, TC), celle des PME de la Métropole de Montréal (Z Nys, PME MTL) et un cas spécifique de recyclage de vêtements par une entreprise française (G Neubert, emLyon, UMR5600EVS).

La journée a été clôturée par une table ronde (animée par M Maillefert) qui a donné la parole à la salle sur les enjeux soulevés par l’EC : ont été alors évoquées les questions de mise en œuvre, les financements, le rôle de la technologie. Globalement, il est apparu qu’un des enjeux principaux des modèles d’EC était leur potentialité à assurer une transformation structurelle des comportements (des entreprises, des habitants et des décideurs publics), allant au-delà d’une simple adaptation qui ne pouvait (même en présence d’actions plus efficaces sur l’usage des ressources) résoudre la question de la non durabilité des systèmes économiques, notamment en raison des effets rebond.

La journée a ainsi tenté de montrer l’intérêt d’une approche systémique, pluridisciplinaire, multi-acteurs et multi échelles pour faire avancer la durabilité des systèmes économiques et sociaux par des pratiques d’économie circulaire.

Table-ronde du 6 novembre, à Montréal

Séminaire de lecture (2019-2020): « Matérialité et changement »

Un séminaire de lecture est organisé tout au long de l’année universitaire 2019-2020 autour de la thématique « matérialité et changement » au sein de l’Atelier 2. Il se tient sur un cycle mensuel autour de la présentation et la mise en discussion d’auteurs, d’ouvrages ou d’articles. Le sujet de ce séminaire s’appuie sur le constat d’une place croissante accordée au concept de matérialité dans les travaux universitaires et d’une multiplication des sens et définitions qui lui sont attachés. La diversité des disciplines représentées au sein de l’Atelier 2, de nos approches théoriques et des objets étudiés constitue une opportunité pour mettre en discussion ces différentes définitions et créer des liens entre nos différents travaux. Que désignons nous par la « matérialité » ? Au contraire que ne désignons nous pas par ce terme ? Qu’est-ce que le concept apporte à nos recherches, qu’est-ce qu’il nous « fait faire » ? Quelle base théorique retenons-nous lors de nos usages de ce concept ? Quels liens opérons-nous entre le concept de « matérialité » et d’autres concepts centraux de nos recherches (métabolisme, filière, dispositif, agencement…)?

La prochaine séance se tiendra le lundi 2 décembre de 16h à 18h en Salle 604 au 18 rue Chevreul autour d’une présentation de Clément Dillenseger. Il nous propose de réfléchir à la question des « traces » en saisissant la matérialité comme une méthode de recherche en tissant des liens entre trois articles:

Le programme de 2020 est en cours de construction et sera annoncé prochainement. Vous pouvez d’ores et déjà noter les dates des prochaines séances, les lundi 6 janvier, jeudi 6 février et jeudi 5 mars de 16h à 18h en salle 604.

Contact: Antoine Fontaine – antoine.fontaine1@univ-lyon2.fr

 
 

Soutenance de these – Cadre méthodologique pour l’analyse de la valeur durable dans la conception collaborative d’offres innovantes. 28 Novembre. Saint-Etienne

Martha Orellano (UMR 5600 EVS / Mines Saint-Etienne) soutiendra, jeudi 28 novembre,  sa thèse intitulée :

« Cadre méthodologique pour l’analyse de la valeur durable dans la conception collaborative d’offres innovantes »

La soutenance aura lieu le Jeudi 28 novembre 2019 à 9h30 à l’Auditorium de l’emlyon (51 Cours Fauriel, Saint-Étienne).
Vous êtes également conviés au pot de thèse au 6eme étage de l’institut Henri Fayol (Espace Fauriel)  après la soutenance.

Le jury de thèse sera composé de :

  • Tim MCALOONE, DTU, Danemark (Rapporteur)
  • Maria Franca NORESE, Politecnico di Torino, Italie (Rapporteuse)
  • Bernard GRABOT, ENIT Tarbes, France (Examinateur)
  • Lilia GZARA, INP Grenoble, France (Examinatrice)
  • Giuditta PEZZOTTA, University of Bergamo, Italie (Examinatrice)
  • Gilles NEUBERT, emlyon, France (Directeur)
  • Khaled MEDINI, Mines Saint- Étienne, France (Co-encadrant)
  • Christine LAMBEY-CHECCHIN, Université Clermont Auvergne, France (Co-encadrante)
  • Geoffroy BILLOT, EDF, France (Invité)

Résumé :

L’augmentation des pressions environnementales et sociales nécessite l’adoption de pratiques plus durables dans l’industrie. Pour les entreprises, cela se traduit par la prise en compte dans le processus d’innovation de nouveaux critères liés a la création
de valeur durable, dans le sens économique, mais aussi environnementale et sociale.
L’objectif principal de ce travail de thèse est de fournir un cadre méthodologique aux entreprises pour l’intégration de critères axés sur le développement durable dans leurs processus d’innovation. La contribution de cette thèse est triple. Tout d’abord, un cadre permettant de conceptualiser la valeur créée par une innovation est proposé. Ce cadre s’appuie sur cinq dimensions de la valeur : les trois dimensions du développement durable, économique, environnementale, sociale, auxquelles s’ajoutent deux dimensions,
relationnelle et fonctionnelle. Deuxièmement, une approche de modélisation des systèmes est adoptée pour analyser le processus d’alignement entre les attentes des clients en termes de création de valeur et les alternatives possibles en termes de propositions de valeur par les fournisseurs. Enfin, compte tenu de la diversité des parties prenantes impliquées et du caractère multidimensionnelle de la valeur durable, une approche d’aide à la décision multicritères et multi-acteurs est adoptée pour évaluer les alternatives réalisables au regard des objectifs de création de valeur. Le cadre propose est alors appliqué à la transformation du système de fourniture de vêtements de sécurité aux employés d’une grande entreprise française (EDF).