Archives de catégorie : Soutenance

Soutenance de thèse sur mobilité et évaluation environnementale

Cyrille François soutiendra sa thèse sur le sujet de l’Évaluation Environnementale Stratégique de la mobilité quotidienne des personnes d’une aire urbaine : Couplage entre modèle Transport-Urbanisme et Analyse de Cycle de Vie, le 2 avril 2019, à 14h , à l’ENTPE à Vaulx-en-Velin.

RESUME :

                Cette thèse a pour objectif de développer une méthodologie d’évaluation environnementale de la mobilité quotidienne des personnes en prenant en compte ses dimensions sociales et spatiales mais également technologiques. La circulation des personnes, comme celle des marchandises, s’est énormément développée ces dernières décennies. L’automobile s’est imposée comme le mode de transport dominant, alimentant de nombreuses controverses du fait de son impact sur l’environnement ainsi que sur l’aménagement du territoire, les modes de vie, l’économie … L’évaluation environnementale de la mobilité quotidienne de personnes nécessite donc une approche intégrée représentant le système de transport, mais aussi le système urbain dans lequel elle s’insère.

            Pour ce faire, cette thèse propose une méthodologie reposant sur deux outils développés dans deux champs disciplinaires distincts, l’aménagement du territoire et les sciences de l’environnement, avec la modélisation des interactions transport-urbanisme et l’Analyse du Cycle de Vie. Couplés, ces outils permettent de représenter l’ensemble des processus technologiques impliqués pour la mobilité quotidienne ainsi que les différentes interactions entre les acteurs et les territoires.             Tout au long de cette thèse, le cadre d’évaluation adopté est stratégique, s’intéressant aux mobilités réalisées au sein d’un territoire étendu à travers des indicateurs environnementaux globaux et locaux ainsi qu’aux différentes alternatives envisageables à moyen et long termes. La deuxième partie de la thèse met en œuvre la méthode SIMBAD-ACV, reposant sur le couplage entre un modèle LUTI existant, SIMBAD, et une ACV pour évaluer les impacts environnementaux de la mobilité quotidienne des habitants de l’aire urbaine de Lyon. Cette application a pour but d’illustrer la capacité d’analyse de la méthodologie à travers, d’une part, une approche multicritère et désagrégée au niveau des ménages et des territoires et, d’autre part, en estimant les impacts de scénarios contrastés représentant des alternatives variées. Finalement, grâce à la méthode SIMBAD-ACV, les effets sur les impacts environnementaux associés à la mobilité des paramètres technologiques, de la forme urbaine et des caractéristiques socio-économiques ont pu être comparés et discutés

Les membres du jury seront :

Jean-Philippe ANTONI , professeur, Université de Bourgogne Franche-Comté

Adélaïde FERAILLE-FRESNET, chercheure, ENPC

Michel ANDRE, directeur de recherche, IFSTTAR

Florence PAULHIAC, professeure, Université du Québec à Montréal

Natacha GONDRAN, maître assistante, ENMSE, Co-Directrice de thèse

Jean-Pierre NICOLAS, chargé de recherche, CNRS, Université de Lyon, Co-directeur de thèse

Niveaux d’émissions de GES par habitant associés au scénario mobilité verte

Soutenance de thèse : “Des gravats dans la ville. Pour une approche matérielle de la démolition”, 12 décembre 2018

Laetitia Mongeard soutiendra sa thèse de doctorat en géographie le 12 décembre 2018 à 14h à l’Université Lyon 2, au 16/18 quai Claude Bernard, en salle E132 devant un jury composé de:

Mme Sabine Barles,  Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Rapportrice

M. Pierre Bergel, Professeur des Universités, Université Caen Normandie, Rapporteur

Mme Lydia Coudroy de Lille, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2

Mme Sylwia Kaczmarek, Professeure des Universités, Université de Lodz, Pologne

M. Omar Merabet, Maître de Conférences, INSA de Lyon

M. Vincent Veschambre, 
Professeur des Universités détaché, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, Directeur

Résumé

Tandis que la ville se renouvelle sur elle-même, les opérations inhérentes à ce phénomène produisent des quantités de déchets au moins équivalentes à celles des déchets ménagers dans le cas français. Parmi ces déchets figurent les gravats, visibles tantôt sous forme de montagnes sur les chantiers emblématiques, tantôt en tas informes en dépôt sauvage. L’enjeu du devenir de ces pondéreux est pris en compte par un cadre réglementaire qui impose leur valorisation. Du côté de la construction urbaine, ces déchets sont de plus en plus appréhendés comme gisement potentiel constituant une alternative aux ressources naturelles, dans des approches en termes de métabolisme territorial et d’économie circulaire. À travers le cas de l’agglomération lyonnaise, cette thèse considère le processus de production de ces gravats constitués comme matières premières secondaires. La démolition – objet principalement des sciences de l’ingénieur et en creux des sciences humaines et sociales dont la géographie – est appréhendée par sa matérialité, par le biais du suivi des gravats à partir d’un échantillon de chantiers. Considérant tour à tour la production des gravats, leur circulation et l’organisation et le fonctionnement du système en jeu, la thèse interroge les modalités et conditions de la participation de ces matériaux à la construction urbaine. Loin de faire l’objet, comme d’autres déchets, de filières de traitement institutionnalisées pour répondre au cadre réglementaire, les gravats relèvent d’un statut de déchet faible parce que potentiel et leur valorisation dépend de pratiques,tant techniques que spatiales – essentiellement de proximité – dès le début du chantier de démolition. La démolition, garante du devenir de ses matériaux,apparaît alors comme déterminante, menée aujourd’hui par un secteur entier dédié à la « déconstruction » et soumis à de forts enjeux d’adaptation à un contexte économique global pour une activité ancienne très ancrée dans son territoire. La participation des gravats à la construction urbaine passe par ailleurs par des valorisations basées sur une forte logique de proximité spatiale mais relevant d’enjeux distincts et potentiellement concurrents rendant nécessaire une structuration et hiérarchisation des matériaux comme des usages qui peuvent en être faits. Enfin, le système de transformation des gravats en matières premières secondaires se constitue actuellement, présentant alors l’aspect d’une filière dont l’enjeu sera probablement de coordonner les acteurs et pratiques existantes.

Soutenance de thèse : « La prison chevillée au corps. Pour une approche géographique du placement sous surveillance électronique », 30 novembre 2018

Franck Ollivon (Université Lumière – Lyon 2) soutiendra sa thèse de doctorat de géographie le 30 novembre à 9h30 en salle de la Rotonde (6e étage) au 18 rue Chevreul à Lyon devant un jury composé de :

  • Marie-Sophie DEVRESSE, Professeur, Université Catholique de Louvain, rapporteure
  • Isabelle LEFORT, Professeur, Université Lumière Lyon 2, directrice
  • Michel LUSSAULT, Professeur, Ecole Normale Supérieure de Lyon
  • Olivier MILHAUD, Maître de conférences, Université Paris Sorbonne
  • Marie MORELLE, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteure

Résumé

Utilisé de façon croissante comme alternative à la détention, le placement sous surveillance électronique (PSE), plus connu sous l’appellation «bracelet électronique», repose sur l’assignation domiciliaire des condamnés, qui purgent leur peine en milieu ouvert. Ce dispositif pénal rompt ainsi avec l’enfermement carcéral, et pose alors la question des représentations et des usages punitifs de l’espace ordinaire. A partir d’une étude menée au sein de deux services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) et d’entretiens semi- directifs réalisés auprès de placés sous surveillance électronique ainsi que de magistrats et de fonctionnaires du Ministère de la justice, la présente thèse interroge les modalités du contrôle spatial que suppose l’externalisation de l’espace de détention. Parce qu’il assigne une fonction pénitentiaire à l’espace quotidien, le PSE implique une adaptation de l’espace de la peine à la diversité des situations individuelles, rompant avec la relative standardisation de l’espace carcéral. Toutefois, tant dans sa conception par l’institution que dans le vécu des placés, l’espace d’assignation reste largement pensé sur le modèle carcéral. Cette «prison à domicile » est même parfois rapprochée du Panoptique foucaldien, notamment du fait du pouvoir de surveillance ubiquitaire attribué à la technologie. Or le sentiment d’enfermement des placés ne découle pas tant de l’efficacité technique du dispositif pour le contrôle de leurs spatialités que du pouvoir contraignant du droit et de sa mise en discours par les agents de l’institution comme par les placés eux-mêmes.


Mots-clefs : Bracelet électronique, Aménagement de peine, Milieu ouvert, Territorialité, Discontinuité, Technologie, Enfermement, Discours, France