Archives de catégorie : Séminaire d’atelier

31 mai – cartographier l’énergie et l’environnement (outil Terristory, AURA-EE)

@AnnieSpratt@Unsplash

Le dernier séminaire avant l’été de l’Atelier Flux et Circulations se tiendra le vendredi 31 mai au 18 rue Chevreul à Lyon en salle 604 de 10h à 12h. Nous aurons le plaisir d’écouter et d’échanger avec Pierrick Yalamas, le directeur intelligence territoriale et observatoires au sein d’Auvergne Rhône-Alpes Energie Environnement (AURA-EE). Il viendra en particulier présenter l’outil en ligne (et gratuit) Terristory qui donne accès à de nombreuses données énergie-climat et permet de les cartographier de l’échelon communal à l’échelon régional. Si vous ne connaissez pas déjà cet outil, n’hésitez pas à en explorer les fonctionnalités avant la séance et à venir avec vos questions.

Nous vous attendons et espérons nombreux.ses.

Bien cordialement,

L’équipe d’animation de l’Atelier Flux et Circulations de l’UMR EVS

3 mai – séminaire doctoral annuel “Flux et circulations”

Centrale électrique de Martins Creek et Bangor (@martinadams @Unsplash)

L’Atelier organise le vendredi 3 mai une journée de présentation des travaux doctoraux en cours. La journée débutera à 9h30 pour s’achever à 16h30, et se déroulera à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne (Amphitheatre 104, Espace Fauriel, plan d’accès sur https://www.mines-stetienne.fr/plans-dacces/ ). Nous aurons le plaisir d’écouter et de discuter avec Enora Barrau (EMSE), Maïlys Genouel (ENS de Lyon), Romain Guillerm (EMSE), Mathilde Hermelin-Burnol (Lyon3) et Rachel Seillier (EMSE). Une visioconférence sera disponible pour celles et ceux qui ne pourront être présent.es sur place. Le lien sera communiqué par mail sur demande.

Programmes des interventions:

9h30-10h30: Enora Barrau (EMSE) – Trajectoires low-tech de filières de gestion des déchets : positionnement de l’évaluation environnementale par analyse du cycle de vie

10h30-11h30: Maïlys Genouel (ENS) – Quand un risque en cache un autre : les pollutions causées par les inondations urbaines représentent elles un problème pour les gestionnaires québécois et français ?

11h30-12h30: Romain Guillerm (EMSE) – Une méthodologie de construction de scénarios low-tech prospectifs à travers l’étude de filières pain

12h30-14h00: Pause déjeuner

14h-15h: Mathilde Hermelin-Burnol (Lyon 3) – Prévenir les riverains ou se prévenir des riverains ? Gestion locale du risque pesticides et inégalités environnementales

15h-16h: Rachel Seillier (EMSE) – Using bioavailability assessement to better diagnose the contamination potential of industrial territories

16h-16h30: conclusion du séminaire et point sur les actualités de l’Atelier Flux et Circulations

5 avril – Analyse des dynamiques de filières et de marché pour la valorisation des déchets-ressources en France

Le prochain séminaire d’atelier “Flux et Circulations”, qui aura lieu le 5 avril, aura pour thème “Analyse des dynamiques de filières et de marché pour la valorisation des déchets-ressources en France”. Il présentera les questions de recherche et premiers résultats d’un projet de 15 mois financé par le réseau RECORD (https://record-net.org/), porté par Mines Saint-Etienne (Audrey Tanguy), impliquant plusieurs membres de l’atelier dont Pierre Desvaux, Romain Garcier et Valérie Laforest.

Dans un contexte marqué par une intensification et une multiplication des exutoires cherchant à donner une valeur économique aux déchets, ce projet a pour but d’identifier les dynamiques de compétitions à l’œuvre dans le déploiement de filières de valorisation des déchets en France, et d’évaluer leurs conséquences économiques, environnementales et sociales. Plusieurs gisements sont à l’étude, dont les biodéchets, les déchets plastiques (PET/PE), les terres excavées, les déchets papiers-cartons, le bois B et les déchets textiles. Une fois terminée (en fin d’année 2024), l’analyse s’appuiera sur une trentaine d’entretiens menés auprès de différents acteurs (donneurs d’ordre, entreprises de collecte/traitement, représentants de fédérations professionnelles, éco-organismes, experts indépendants).

Lors du séminaire du 5 avril, Audrey Tanguy, Pierre Desvaux, Romain Garcier aborderont en particulier les dynamiques de compétitions déjà identifiées et le rôle plus spécifique des filières REP dans l’émergence de ces dynamiques.

Horaire et lieu: 10h à 12h, en salle 301 au 18 rue Chevreul à Lyon. Une visio est prévue pour celles et ceux qui ne peuvent pas se déplacer –> https://zoom.us/j/97390697471

Au plaisir de vous y voir nombreux/ses.

12 avril – séminaire sur la construction de l’action publique environnementale

Nous avons le plaisir de vous convier à un séminaire le vendredi 12 avril de 9h à 12h au cours duquel nous échangerons avec François-Mathieu Poupeau (CNRS, LATTS) et Emmanuel Martinais (ENTPE, EVS). Ils viendront nous présenter deux ouvrages récemment publiés qui rendent compte d’enquêtes menées au sein du ministère de l’environnement et dans lesquels ils décryptent chacun la fabrique des lois, des règlements et des stratégies politiques en matière de prévention des risques industriels pour l’un, et d’énergie-climat pour l’autre. Leurs travaux livrent une description très fine des processus de construction de l’action publique en matière d’environnement en France, depuis les services centralisés ou décentralisés de l’Etat, lors de la rédaction de grands documents cadres stratégiques ou dans la mise à l’épreuve territorialisée de mesures concrètes. Ils abordent des processus de construction de l’action publique conflictuels et décryptent les débats politiques et administratifs qui jalonnent ces conflits et les arbitrages qui sont opérés.

Après un temps de présentation par les auteurs et de discussion avec les participant.es de chacun des livres, la discussion portera sur les enseignements croisés et sur les perspectives de recherche ouvertes par les travaux présentés.

Le séminaire se déroulera au 18 rue Chevreul à Lyon, en salle 302. Une visioconférence pourra être mise en place à la demande des collègues qui ne pourront être présent.es en salle. Nous vous attendons et espérons nombreux.ses.  

  • Poupeau, François-Mathieu, L’Etat en quête d’une stratégie énergie-climat, Paris, Presses des Mines, 2023. L’énergie-climat est devenu un sujet de préoccupation majeur en France, qui interpelle l’État dans sa fonction de stratège. Comment celui-ci se saisit-il de ce nouveau rôle ? Comment construit-il sa vision du futur ? Comment fixe-t-il les grandes orientations censées répondre aux défis de la lutte contre le changement climatique et de la transition énergétique ? Ces interrogations sont au cœur de cet ouvrage, qui se penche sur la rédaction, de 2017 à 2020, de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). S’appuyant sur une enquête approfondie menée auprès des acteurs qui ont participé à leur élaboration, il offre une contribution inédite à la sociologie de l’administration et de la décision publiques, dans un domaine encore peu étudié. Il permet aussi d’identifier une facette méconnue de l’inaction de l’État en matière climatique : l’impuissance dans laquelle est placée, en France, l’administration en charge de cette question. Reléguée à un rang périphérique dans le champ bureaucratique, disposant d’effectifs et de moyens limités, dénuée de réels leviers d’action, peu soutenue par les politiques, celle-ci peine à insuffler les dynamiques de transformation nécessaires à l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone en 2050.
  • Martinais, Emmanuel, La fabrique administrative des lois et règlements, Lausanne, Peter Lang, 2024. De façon surprenante, la sociologie de l’État et de l’administration a tendance à ignorer les corps intermédiaires de fonctionnaires qui représentent pourtant le gros des effectifs ministériels et des rouages essentiels de l’action étatique. En France notamment, les analyses se limitent le plus souvent aux deux extrémités des structures bureaucratiques, laissant systématiquement dans l’ombre tous les acteurs administratifs du milieu, qui ne sont ni des hauts-fonctionnaires ni des street level bureaucrats. Qui sont ces fonctionnaires du milieu ? A quoi servent-ils exactement ? Que font-ils concrètement ? Dans quels espaces évoluent-ils ? Comment travaillent-ils ? De quoi décident-ils ? C’est à ces différentes questions que ce livre propose de répondre, en suivant pas à pas le processus de réforme de la politique publique de prévention des risques industriels engagé il y a presque vingt ans suite à la catastrophe d’AZF de septembre 2001.

Flux commerciaux en Afrique: une analyse par les régimes de circulation (12 janvier 2024)

L’atelier Flux et Circulations invite Hélène Blaszkiewicz dans le cadre de son séminaire à venir présenter ses recherches issues de ses terrains doctoraux et postdoctoraux le vendredi 12 janvier entre 10h et 12h30.

Sa présentation est intitulée: “Analyser la complexité et la variabilité des flux commerciaux: les régimes de circulation”. Elle nous présentera en particulier des résultats de recherche issus de terrains de recherche menés dans la Copperbelt, en particulier à la frontière entre la Zambie et la République Démocratique du Congo. Elle interroge en particulier la manière dont les marchandises, selon leur nature et leur statut, traversent les frontières et circulent en Afrique.

Sa présentation s’appuie notamment sur son ouvrage récemment publié “Toujours plus vite? Logistique et capitalisme dans l’Afrique minière” (2023) et un article publié dans Transactions of the Institute of British Geographers intitulé “Using the flox regimes framework to de-hierarchise the analysis of commercial movements: case studies from the central african copperbelt” (2021).

1er décembre matin – Séminaire “Analyses de Flux de Matière et pensée des métabolismes territoriaux”

On va parler flux de bois… Crédits: @Unsplash @Alexandre Jaquetoni
Cher.es collègues,
Nous aurons le plaisir d’accueillir Jean-Yves Courtonne pour la prochaine séance de l’Atelier Flux et Circulations le vendredi 1er décembre de 10h à 12h30 en salle 411 au 18 rue Chevreul à Lyon.
Jean-Yves est chercheur dans l’équipe STEEP de l’Inria Grenoble (Soutenabilité, Transition, Environnement, Economie biophysique et Politique locales). Il y anime l’axe “Alternatives Socio-Techniques” qui se donne pour objectif d’aider différents types acteurs à produire des narratifs cohérents d’un point de vue biophysique et à identifier les compromis à trancher dans un monde de plus en plus contraint.
 
Titre : Analyses de Flux de Matière et applications à différentes échelles pour l’analyse de filières

Résumé : L’Analyse de Flux de Matière (AFM) est une famille de méthodes très utilisée dans les communautés de l’écologie industrielle et de l’économie écologique. Elle est en particulier au coeur des approches socio-métaboliques. La présentation fera tout d’abord le point sur les différents types d’AFM en termes de sources de données, de questions traitées et de limites de mise en oeuvre. Les AFM de filières de production (par exemple, les filières agricoles et la filière bois) seront abordées plus en détail, notamment à travers le logiciel OpenSankey développé par la coopérative TerriFlux issue de l’équipe STEEP. La seconde partie de l’exposé sera consacrée à un panorama de cas d’études réalisés à différentes échelles géographiques (nationale, régionale, locale) à la croisée de questions de modélisation quantitative, de lien avec les SHS, et d’approches participatives.
 
Pour celles et ceux qui ne pourront être présents physiquement avec nous, le lien de visioconférence sera communiqué sur la mailing list de l’Atelier Flux et Circulations, ou doit être demandée à antoine.fontaine@cnrs.fr
 
En espérant vous retrouver nombreux.

Séminaire doctoral 2023 de l’Atelier “Flux et circulations” – 28 avril de 10h à 16h30 à l’EMSE

Crédit photographique: Byeong woo Kang via Unsplash

Nous avons le plaisir de vous inviter au séminaire doctoral annuel de l’Atelier “Flux et circulations”. Il se déroulera le vendredi 28 avril de 10h à 16h30 à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne. Nous échangerons à cette occasion autour de plusieurs thématiques centrales de l’Atelier à partir des présentations de cinq doctorant.es. Voici le programme:

10h-11h : Yann Brunet (EVS – Université Lyon 2): « Les crises énergétiques des années 1970 et leurs effets à long terme sur la gestion des déchets ménagers dans l’agglomération lyonnaise »

11h-12h : Quentin Dassibat (EVS – EMSE – ENTPE): « Éléments de réflexion pour appliquer une “limite planétaire” sur un territoire : le cas du cycle de l’eau douce sur le territoire du Sud-Loire »

13h30-14h30 : Clément Dillenseger (EVS – Université Lyon 3 – ENS): « Sensibilités métaboliques. Percevoir la propreté, connaître les flux de l’urbanisation »

14h30-15h30 : Melissa Escobar (EVS – EMSE): « Sensibilisation à la soutenabilité forte en conception : une expérience pédagogique »

15h30-16h30 : Nicolas Lepin (EVS – Université Lyon 3): « Diffusion et changements d’échelles des initiatives coopératives de la chaleur renouvelable »

Pour se rendre sur place: le séminaire se tiendra à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne au sein de l’amphi 104 à l’Espace Fauriel, 29 rue Ponchardier,  GPS  45° 25’ 40″ N / 04° 24’ 14″ E ,  Bus n° 6, arrêt “Centre de congrès”  (plan d’accès sur https://www.mines-stetienne.fr/plans-dacces/ ).

Pour celles et ceux qui souhaitent suivre et participer aux échanges à distance, merci de demander le lien de visioconférence à antoine.fontaine(at)cnrs.fr

Séminaire – La responsabilité élargie des producteurs, un instrument à usage unique ? – séance du 24 mars déplacée au 2 juin

Déchets électroniques @LicenceLibre Unsplash.

Cher Atelier,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la date et le programme de notre prochain séminaire.
Initialement prévu le 24 mars, la séance est déplacée le vendredi 2 juin de 10h à midi en salle 604 au 18 rue Chevreul. Nous accueillerons Vincent Jourdain qui viendra nous présenter sa recherche doctorale, en sociologie au sein du laboratoire PACTE sous la co-direction de Peggy Zwolinsky et de Thomas Reverdy, qu’il soutiendra ensuite la semaine suivante.

Titre de la présentation : “La responsabilité élargie des producteurs, un instrument à usage unique ?” 
Résumé : “Cette présentation vise à délivrer les principaux résultats de ma thèse, qui porte sur la « responsabilité élargie des producteurs » (REP) en France. Cet instrument d’action publique fait contribuer les producteurs de biens neufs à la gestion des déchets issus de ces produits arrivés en fin de vie. 
Dans le même temps, la gestion des déchets comme secteur d’action publique évolue : alors que la valorisation (recyclage et incinération) était perçue à la fin du XXème siècle une solution technique viable et légitime, sa domination s’efface au profit de la prévention et du réemploi des déchets. Promus à travers le concept d’économie circulaire, ces modes de gestion des déchets (et, de manière extensive, des ressources) remettent en cause le modèle économique et juridique dominant. 
Dans ce cadre, la REP constitue une double exception : à l’économie circulaire, puisqu’elle contribue essentiellement à la valorisation des déchets plutôt qu’à leur prévention ou leur réemploi, mais aussi au libéralisme économique, puisqu’elle oblige les producteurs au nom de la protection de l’environnement. A partir d’une étude longitudinale de l’instrument, j’ai tenté de montrer que cette double exception repose sur des mécanismes politiques et sociaux propres à l’instrumentation de l’action publique, qui créé et entretien son public et une forme particulière de rationalité “.

Séminaire d’Atelier – Mesurer et problématiser les pollutions aux microplastiques – 24 février matin

Microplastiques. Crédit @Fly:D sous licence gratuite Unsplash

Nous avons le plaisir de vous convier à notre second séminaire de l’année portant sur les pollutions aux microplastiques, co-organisé avec le Studio Métabolisme du Labex IMU. Il s’agira au cours de cette séance de croiser plusieurs contributions issues des sciences de l’ingénieur et des sciences humaines et sociales afin d’interroger la nature des pollutions aux microplastiques, les démarches engagées pour les mesurer et les manières de les problématiser. Nous aurons le plaisir d’écouter et d’échanger avec Myra Hird, Professeure en études environnementales et spécialiste des déchets à l’université du Queens au Canada, avec Zoé Iannuzzi qui démarre une thèse sur les pollutions aux microplastiques dans les hydrosystèmes à l’INSA de Lyon. Nous attendons par ailleurs la confirmation d’une contribution de la part d’un.e représentant.e du laboratoire d’Ingénierie des Matériaux Polymères de Saint-Etienne sur le sujet des réponses apportées par les industriels, notamment sur la question des plastiques biosourcés. 

Ce séminaire se tiendra le vendredi 24 février de 9h à midi à Lyon dans la salle D8 003 à l’Institut Français de l’Education au 19 allée de Fontenay, sur le site Descartes de l’ENS de Lyon. Il sera également possible de participer au séminaire en visioconférence, il vous sera transmis sur demande à adresser à antoine.fontaine@cnrs.fr

Résumé des interventions:

Myra Hird (Queen’s University)- The Wicked Problem of Microplastics and What We Can Do About It
 
Wicked problems are difficult to solve because their multi-dimensional complexity means that solutions are often contradictory; solving one aspect of a wicked problem may well open up a different problem or problems.  Plastics waste, as this presentation will show, is a wicked problem that presses us to confront the environmental, political, economic, symbolic and cultural dimensions of contemporary global society. Even if we drastically reduce our consumption (itself a contradiction in capitalist growth economies), we are left with a profound (in its scale and toxicity) waste legacy that will endure for an unknown number of future generations. This presentation will address the health and environmental problems that (micro)plastics create, and how we might resolve the wicked problems they create.
 
Zoé Iannuzzi (INSA Lyon)
 
Les travaux de recherche concernant les microplastiques (abrégés MP) sont très récents. Après s’être intéressées au milieu marin, les études tendent à tracer cette pollution à travers les eaux continentales (fleuves, lacs, étangs). Mon travail s’inscrit dans cette démarche d’identification des sources en étudiant un objet de contamination majeure : les eaux urbaines. A travers l’étude des bassins de rétention, considérés comme lieux de stockage des microplastiques présents dans les eaux pluviales, le développement d’une méthodologie complète a permis d’extraire les microplastiques des sédiments. Dix bassins de retenue de la Métropole de Lyon ont été sélectionnés selon la typologie des bassins versants (urbaine, industrielle et commerciale, agricole). Les concentrations mesurées sont comprises entre 1 800 et 612 000 MP/kg de sédiments poids secs. Entre 3 et 10 types de polymères sont observés, avec en majorité du polyéthylène (PE), polypropylène (PP) et du polystyrène (PS). Les résultats de l’étude tendent à confirmer que les microplastiques se stockent en quantité importante dans ces ouvrages. A l’aide de la délimitation du bassin versant, il a été possible de relier l’occupation des sols avec la concentration microplastique mesurée.  Les résultats indiquent aussi des liens significatifs entre les caractéristiques de la matrice sédimentaire, l’occupation des sols et les caractéristiques des microplastiques.

Séminaire d’équipe: bilan 2022 et programmation 2023 – Vendredi 16 décembre après-midi

La plateforme chimique de Pont-de-Claix (France)
Notre prochain séminaire aura lieu le 16 décembre prochain, en salle 604 au 18 rue de Chevreul et par visioconférence (le lien sera partagé une semaine avant). Il sera consacré à une présentation des projets de recherche menés au sein de l’atelier et achevés cette année, ainsi qu’à une discussion prospective sur la programmation de l’atelier pour l’année à venir. Le programme est le suivant :
 
12h30-14h : déjeuner 
14h-16h : Présentation et discussion de projets qui viennent de s’achever (programme non définitif):
  • METROPOLITIN – MÉTROlogie POLITique des déchets industriels en Europe : produire et utiliser de l’INformation sur les déchets (Romain Garcier)
  • RECUPERTE – Les énergies de récupération, une ressource territoriale. Optimiser la valorisation urbaine de la chaleur fatale (Laurence Rocher, Antoine Fontaine)
  • Colloque “Metabolism Studies: materiality and relationality in the Anthropocene” – Juin 2022 à Lyon (Pierre Desvaux, Laëtitia Mongeard)
  • ” La coopération territoriale et industrielle, une réponse adaptée pour la construction d’un paradigme alternatif plus soutenable.” (Charlène Bouchot)
16h-17h: présentation et discussion du programme de l’année 2023
17h-23h30: POT pour fêter l’HDR d’Emmanuel Martinais 😉
 
Pour nous aider à gérer la logistique, merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur https://evento.renater.fr/survey/participation-au-sem…-gnv8th5h

Présentation des travaux de thèse d’Enora Barrau, doctorante invitée de l’ETS Montréal

Enora Barrau, doctorante au sein de l’Ecole de Technologie Supérieure (ETS) de Montréal, invitée au sein d’EVS présentera ses travaux de thèse le 20 juin 2022, de 11h à 12h, en amphi 104, à l’Espace Fauriel / Mines Saint-Etienne. (une rediffusion visio pourra être possible, vérifier vos emails de la liste “atelier2”)

Le projet de recherche d’Enora porte sur l’identification et l’analyse des caractéristiques structurelles des symbioses industrielles, afin de les mettre en regard de leurs performances environnementales. Pour ce faire, une démarche biomimétique est adoptée, en utilisant des outils d’analyse de réseaux écologiques pour évaluer l’organisation des réseaux industriels. L’aspect environnemental est quant à lui évalué à l’aide d’outils plus classiques, comme l’approche « cycle de vie ». Le croisement de ces deux dimensions permet une analyse multidimensionnelle des symbioses et enrichit le regard porté sur la capacité de ces réseaux à répondre aux enjeux liés aux changements environnementaux. Plus spécifiquement, le projet s’attache à l’implantation territoriale des symbioses industrielles et à la manière dont celles-ci peuvent supporter une forme de circularité locale.

Séminaire d’atelier : Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?

 

 

Jeudi 5 mai matin, aura lieu en amphi 104 , un séminaire sur “Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?”. Une rediffusion en visio sera prévue et sera partagée avec la liste interne de l’atelier “Flux-circulation”.

Ce séminaire permettra de croiser les recherches menées par 3 chercheuses travaillant, dans des disciplines différentes, sur ce thème.

Muriel Maillefert est professeure à l’Université Lyon 3 et chercheure à EVS UMR 5600. Après avoir travaillé sur la question des institutions et des politiques publiques dans le domaine du travail et de l’emploi, elle s’intéresse depuis une quinzaine d’années aux thématiques autour du développement durable territorial. Elle travaille plus spécifiquement sur la question des jeux d’acteurs, de l’action collective territoriale et des enjeux autour de la construction par les acteurs de projets territoriaux.
L’idée est d’identifier les formes de légitimité auxquelles se réfèrent les acteurs, ce qui permet de qualifier l’action et les univers d’action collective ainsi que leurs formes de gouvernance. Différents terrains ont été explorés, allant du terrain organisationnel (RSE), territorial (écologie industrielle et territoriale, nouveaux modèles économiques), aux politiques publiques (autour des services écosystémiques, ou des politiques de durabilité).


Lise Serra est maître de conférences à l’université de la Réunion, au département Génie-civil où elle enseigne l’urbanisme. Architecte de formation, elle s’intéresse à la fabrique concrète de la ville avec le chantier comme terrain d’étude privilégié. Son approche, orientée acteurs, prend ses racines dans une première expérience d’architecte salariée puis une thèse CIFRE, où elle construit une posture de
recherche en collaboration étroite avec les acteurs de la fabrique urbaine. Par ses enseignements et ses recherches, elle ouvre plusieurs territoires de recherche, sur la concertation et les relations
habitants/projet urbain/acteurs à La Réunion et sur la circulation des matériaux de construction.


Audrey Tanguy est maître-assistante à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne au sein du département Génie de l’Environnement et des Organisations, rattaché au laboratoire EVS (Environnement ville société) (UMR 5600). Sa thèse, terminée en 2017, portait sur le développement d’une approche
territoriale pour la planification de filières de valorisation des déchets urbains. Sa recherche concerne la régionalisation de méthodes dédiées à la planification et à l’évaluation environnementale (notamment par Analyse de Cycle de Vie) de stratégies d’écologie industrielle et territoriale (en France et au Québec). Ses travaux multidisciplinaires l’ont aussi menée à s’intéresser à la dimension multiscalaire du métabolisme territorial sur les filières déchets et énergie.


Proposition :
Le métabolisme des territoires est dominé depuis le XIXième siècle par les grands réseaux (matières, énergie et, dans une moindre mesure, déchets) qui, en permettant l’essor économique de la société
industrielle, ont également contribué à sa linéarisation et à une consommation toujours plus accrue et externalisée des ressources (Coutard & Rutherford, 2015; Kim & Barles, 2012). La nécessaire
dématérialisation de l’économie invite à questionner l’empreinte spatiale de ce métabolisme et d’envisager une relocalisation, au moins partielle, des flux et activités.
Néanmoins, les modalités, l’étendue et les impacts de cette relocalisation souhaitée pour les territoires ne sont pas encore bien définis et plusieurs interrogations demeurent. Par exemple, comment cette
relocalisation se fait-elle actuellement et à quelle(s) échelle(s) ? Comment les défenseurs d’une relocalisation des flux (collectifs, associations, acteurs économiques) prennent-ils en compte la
dimension mondiale encore actuelle de l’économie ? Comment aiguiller les décideurs et identifier les échelles appropriées d’approvisionnement et d’exutoires des activités en fonction des territoires, qui
sont caractérisés par un contexte géographique, socio-démographique, des infrastructures, des normes, des lois, des usages? En particulier, quelles sont ces échelles en tenant compte de plusieurs critères (impacts environnementaux, sociaux, économiques) ?
Adoptant une approche multidisciplinaire, ce séminaire souhaite donc aborder ces questionnements pour le secteur de la construction, secteur consommateur important de matière première (Augiseau & Barles, 2017) et pour lequel les solutions exclusivement locales restent encore marginales. Les solutions de relocalisation sont multiples. Elles peuvent concerner aussi bien la filière amont (l’approvisionnement en matières) que la filière aval (traitement, valorisation et utilisation des déchets
comme ressources). Au total, il s’agira de comprendre et d’analyser les enjeux de non circularité du secteur, notamment en milieu urbain, et de réfléchir à des formes innovantes de relocalisation et de circularisation des flux.


Ce séminaire aura comme objectif de présenter certains enjeux et de construire collectivement un ensemble de problématiques transversale qui seront abordées dans des séminaires suivants.


Organisation du séminaire

  • Présentation Lise Serra : utilisation de matériaux locaux et circulation mondiale des matières premières, les impensés de la conception architecturale
  • Présentation Audrey Tanguy : Des filières de valorisation des déchets multi-échelle : quels enjeux pour les outils d’aide à la décision
  • discussion
  •  Présentation Muriel Maillefert : les enjeux d’usage dans la filière de la construction
  •  Présentation Sylvain Bissonnier : cas d’illustration : portage d’un projet de logement en autopromotion)
  •  discussion
  •  Table ronde / discussion et synthèse (animation Laetitia Mongeard). Ecriture collective d’un projet de séminaires

Séminaire doctoral. Tamara Gouel : Mesurer la part verte des portefeuilles. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Le 29 mars 2022, de 16h à 18h, Tamara Gouel, doctorante RIVES/EVS nous présentera un chapitre de sa thèse sous la forme d’un séminaire doctoral. Le séminaire, accessible à tous, sera réalisé en hybride (présenciel à Lyon (salle 604, 18 rue de Chevreul) et visio sur https://zoom.us/j/91285490286 ). Le résumé de son intervention est ci-dessous.

Mesurer la part verte des portefeuille. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Il s’agit de présenter ici des résultats issus d’une enquête de terrain auprès des acteurs financiers qui revendiquent le caractère “vert” de leur stratégie d’investissement dans le cadre du financement d’infrastructures d’énergies renouvelables. L’objectif est ici d’étudier comment, dans leurs pratiques de gestion, les assets managers mobilisent différents types et méthodes de quantifications pour légitimer leur “verdissement” : à quel moment interviennent ces quantification au cours de la construction du portefeuille ? Comment et par qui sont-elles élaborées ? A quelles attentes des investisseurs répondent-elles ? Les premiers éléments de l’enquête de terrain présentés ici permettront donc de questionner la manière dont des professionnels de la finance peuvent mobiliser une certaine forme d’expertise environnementale et ce que cela révèlent des modalités et de la mise en œuvre du financement de la transition énergétique.   

Séminaire : “Mécanique de rue et filières de traitement des voitures de seconde main”, 1er mars, S. Jacquot, M. Morelle


Le 1er mars, de 16 à 18h, Sébastien Jacquot et Marie Morelle viendront évoquer leur travail sur la mécanique de rue et les flux de voitures et de pièces d’occasion.

Le séminaire se tiendra rue Chevreul mais sera également accessible en distanciel.

Pour vous inscrire et obtenir le lien de visio, merci d’écrire à : romain.garcier(_a_)ens-lyon.fr

De la mécanique de rue aux filières de traitement de la voiture de seconde main, parcours d’enquêtes
S. Jacquot, M. Morelle

De la mécanique de rue aux activités de recyclage des pièces et matières issues des véhicules hors d’usage, c’est l’économie formelle et informelle liée aux voitures de seconde main qui sera l’objet de notre présentation. Après plusieurs années d’enquête auprès des mécaniciens de rue dans plusieurs friches et QPV d’Ile-de-France, relevant d’une économie populaire de la voiture, nous enquêtons sur les modes de valorisation des véhicules hors d’usage, dans le contexte des économies du recyclage, interrogeant les relations et porosités entre formel et informel, à diverses échelles, dans le cadre de l’ANR GlobalCar.

Jacquot Sébastien, Morelle Marie, « La mécanique de rue n’est pas « sauvage » ! », Revue Projet, 2020/3 (N° 376), p. 30-31. DOI : 10.3917/pro.376.0030. URL : https://www.cairn.info/revue-projet-2020-3-page-30.htm

NUCLÉAIRE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Journée d’étude – 25 janvier 2022 – 9h à 16h

En présentiel salle 604 du 18 rue Chevreul (Lyon 7) et à distance en visioconférence

Place du nucléaire au regard du changement climatique, risques pour la sûreté liés aux aléas extrêmes… Depuis plusieurs années et plus encore depuis quelques mois, le nucléaire est au cœur d’importants débats politiques, techniques et scientifiques sur le changement climatique. En croisant le regard des sciences humaines et sociales et de spécialistes du domaine, cette journée d’étude se propose de questionner le lien entre nucléaire et changement climatique avec des prismes d’analyse variés.

La journée aura lieu en présentiel et visioconférence. Merci de vous inscrire auprès de michaelmangeon@gmail.com pour valider votre participation. Un lien sera prochainement transmis aux inscrits souhaitant participer à distance.

Matin (9h-12h) – Sûreté nucléaire et changement climatique

Michaël Mangeon, chercheur associé EVS. Penser les crises à venir avec des cas historiques :  enjeux et organisation du sauvetage de la centrale de Kozloduy (Bulgarie) en plein effondrement de l’URSS.

Claire-Marie Duluc, adjointe au chef de service de caractérisation des sites et des aléas naturels (SCAN) de l’IRSN. L’impact des changements climatiques sur les niveaux d’aléas retenus en sûreté nucléaire.

Olivier Chanton, chercheur au Laboratoire de Sciences Humaines et Sociales (LSHS) de l’IRSN. Réguler les risques du temps, le temps de la régulation.

Après-midi (14-16h) – Enjeux socio-politiques du nucléaire et changement climatique

Teva Meyer, maître de conférence en géopolitique et géographie de l’Université de Haute-Alsace, CRESAT. Identifier les conditions de possibilité politiques de la « climatisation » des débats sur l’énergie nucléaire : regards croisés entre la France et la Suède.

Yves Marignac, chef du pôle énergies nucléaires et fossiles de l’Institut négaWatt. Titre à venir