Archives de catégorie : Séminaire d’atelier

Présentation des travaux de thèse d’Enora Barrau, doctorante invitée de l’ETS Montréal

Enora Barrau, doctorante au sein de l’Ecole de Technologie Supérieure (ETS) de Montréal, invitée au sein d’EVS présentera ses travaux de thèse le 20 juin 2022, de 11h à 12h, en amphi 104, à l’Espace Fauriel / Mines Saint-Etienne. (une rediffusion visio pourra être possible, vérifier vos emails de la liste “atelier2”)

Le projet de recherche d’Enora porte sur l’identification et l’analyse des caractéristiques structurelles des symbioses industrielles, afin de les mettre en regard de leurs performances environnementales. Pour ce faire, une démarche biomimétique est adoptée, en utilisant des outils d’analyse de réseaux écologiques pour évaluer l’organisation des réseaux industriels. L’aspect environnemental est quant à lui évalué à l’aide d’outils plus classiques, comme l’approche « cycle de vie ». Le croisement de ces deux dimensions permet une analyse multidimensionnelle des symbioses et enrichit le regard porté sur la capacité de ces réseaux à répondre aux enjeux liés aux changements environnementaux. Plus spécifiquement, le projet s’attache à l’implantation territoriale des symbioses industrielles et à la manière dont celles-ci peuvent supporter une forme de circularité locale.

Séminaire d’atelier : Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?

 

 

Jeudi 5 mai matin, aura lieu en amphi 104 , un séminaire sur “Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?”. Une rediffusion en visio sera prévue et sera partagée avec la liste interne de l’atelier “Flux-circulation”.

Ce séminaire permettra de croiser les recherches menées par 3 chercheuses travaillant, dans des disciplines différentes, sur ce thème.

Muriel Maillefert est professeure à l’Université Lyon 3 et chercheure à EVS UMR 5600. Après avoir travaillé sur la question des institutions et des politiques publiques dans le domaine du travail et de l’emploi, elle s’intéresse depuis une quinzaine d’années aux thématiques autour du développement durable territorial. Elle travaille plus spécifiquement sur la question des jeux d’acteurs, de l’action collective territoriale et des enjeux autour de la construction par les acteurs de projets territoriaux.
L’idée est d’identifier les formes de légitimité auxquelles se réfèrent les acteurs, ce qui permet de qualifier l’action et les univers d’action collective ainsi que leurs formes de gouvernance. Différents terrains ont été explorés, allant du terrain organisationnel (RSE), territorial (écologie industrielle et territoriale, nouveaux modèles économiques), aux politiques publiques (autour des services écosystémiques, ou des politiques de durabilité).


Lise Serra est maître de conférences à l’université de la Réunion, au département Génie-civil où elle enseigne l’urbanisme. Architecte de formation, elle s’intéresse à la fabrique concrète de la ville avec le chantier comme terrain d’étude privilégié. Son approche, orientée acteurs, prend ses racines dans une première expérience d’architecte salariée puis une thèse CIFRE, où elle construit une posture de
recherche en collaboration étroite avec les acteurs de la fabrique urbaine. Par ses enseignements et ses recherches, elle ouvre plusieurs territoires de recherche, sur la concertation et les relations
habitants/projet urbain/acteurs à La Réunion et sur la circulation des matériaux de construction.


Audrey Tanguy est maître-assistante à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne au sein du département Génie de l’Environnement et des Organisations, rattaché au laboratoire EVS (Environnement ville société) (UMR 5600). Sa thèse, terminée en 2017, portait sur le développement d’une approche
territoriale pour la planification de filières de valorisation des déchets urbains. Sa recherche concerne la régionalisation de méthodes dédiées à la planification et à l’évaluation environnementale (notamment par Analyse de Cycle de Vie) de stratégies d’écologie industrielle et territoriale (en France et au Québec). Ses travaux multidisciplinaires l’ont aussi menée à s’intéresser à la dimension multiscalaire du métabolisme territorial sur les filières déchets et énergie.


Proposition :
Le métabolisme des territoires est dominé depuis le XIXième siècle par les grands réseaux (matières, énergie et, dans une moindre mesure, déchets) qui, en permettant l’essor économique de la société
industrielle, ont également contribué à sa linéarisation et à une consommation toujours plus accrue et externalisée des ressources (Coutard & Rutherford, 2015; Kim & Barles, 2012). La nécessaire
dématérialisation de l’économie invite à questionner l’empreinte spatiale de ce métabolisme et d’envisager une relocalisation, au moins partielle, des flux et activités.
Néanmoins, les modalités, l’étendue et les impacts de cette relocalisation souhaitée pour les territoires ne sont pas encore bien définis et plusieurs interrogations demeurent. Par exemple, comment cette
relocalisation se fait-elle actuellement et à quelle(s) échelle(s) ? Comment les défenseurs d’une relocalisation des flux (collectifs, associations, acteurs économiques) prennent-ils en compte la
dimension mondiale encore actuelle de l’économie ? Comment aiguiller les décideurs et identifier les échelles appropriées d’approvisionnement et d’exutoires des activités en fonction des territoires, qui
sont caractérisés par un contexte géographique, socio-démographique, des infrastructures, des normes, des lois, des usages? En particulier, quelles sont ces échelles en tenant compte de plusieurs critères (impacts environnementaux, sociaux, économiques) ?
Adoptant une approche multidisciplinaire, ce séminaire souhaite donc aborder ces questionnements pour le secteur de la construction, secteur consommateur important de matière première (Augiseau & Barles, 2017) et pour lequel les solutions exclusivement locales restent encore marginales. Les solutions de relocalisation sont multiples. Elles peuvent concerner aussi bien la filière amont (l’approvisionnement en matières) que la filière aval (traitement, valorisation et utilisation des déchets
comme ressources). Au total, il s’agira de comprendre et d’analyser les enjeux de non circularité du secteur, notamment en milieu urbain, et de réfléchir à des formes innovantes de relocalisation et de circularisation des flux.


Ce séminaire aura comme objectif de présenter certains enjeux et de construire collectivement un ensemble de problématiques transversale qui seront abordées dans des séminaires suivants.


Organisation du séminaire

  • Présentation Lise Serra : utilisation de matériaux locaux et circulation mondiale des matières premières, les impensés de la conception architecturale
  • Présentation Audrey Tanguy : Des filières de valorisation des déchets multi-échelle : quels enjeux pour les outils d’aide à la décision
  • discussion
  •  Présentation Muriel Maillefert : les enjeux d’usage dans la filière de la construction
  •  Présentation Sylvain Bissonnier : cas d’illustration : portage d’un projet de logement en autopromotion)
  •  discussion
  •  Table ronde / discussion et synthèse (animation Laetitia Mongeard). Ecriture collective d’un projet de séminaires

Séminaire doctoral. Tamara Gouel : Mesurer la part verte des portefeuilles. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Le 29 mars 2022, de 16h à 18h, Tamara Gouel, doctorante RIVES/EVS nous présentera un chapitre de sa thèse sous la forme d’un séminaire doctoral. Le séminaire, accessible à tous, sera réalisé en hybride (présenciel à Lyon (salle 604, 18 rue de Chevreul) et visio sur https://zoom.us/j/91285490286 ). Le résumé de son intervention est ci-dessous.

Mesurer la part verte des portefeuille. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Il s’agit de présenter ici des résultats issus d’une enquête de terrain auprès des acteurs financiers qui revendiquent le caractère “vert” de leur stratégie d’investissement dans le cadre du financement d’infrastructures d’énergies renouvelables. L’objectif est ici d’étudier comment, dans leurs pratiques de gestion, les assets managers mobilisent différents types et méthodes de quantifications pour légitimer leur “verdissement” : à quel moment interviennent ces quantification au cours de la construction du portefeuille ? Comment et par qui sont-elles élaborées ? A quelles attentes des investisseurs répondent-elles ? Les premiers éléments de l’enquête de terrain présentés ici permettront donc de questionner la manière dont des professionnels de la finance peuvent mobiliser une certaine forme d’expertise environnementale et ce que cela révèlent des modalités et de la mise en œuvre du financement de la transition énergétique.   

Séminaire : “Mécanique de rue et filières de traitement des voitures de seconde main”, 1er mars, S. Jacquot, M. Morelle


Le 1er mars, de 16 à 18h, Sébastien Jacquot et Marie Morelle viendront évoquer leur travail sur la mécanique de rue et les flux de voitures et de pièces d’occasion.

Le séminaire se tiendra rue Chevreul mais sera également accessible en distanciel.

Pour vous inscrire et obtenir le lien de visio, merci d’écrire à : romain.garcier(_a_)ens-lyon.fr

De la mécanique de rue aux filières de traitement de la voiture de seconde main, parcours d’enquêtes
S. Jacquot, M. Morelle

De la mécanique de rue aux activités de recyclage des pièces et matières issues des véhicules hors d’usage, c’est l’économie formelle et informelle liée aux voitures de seconde main qui sera l’objet de notre présentation. Après plusieurs années d’enquête auprès des mécaniciens de rue dans plusieurs friches et QPV d’Ile-de-France, relevant d’une économie populaire de la voiture, nous enquêtons sur les modes de valorisation des véhicules hors d’usage, dans le contexte des économies du recyclage, interrogeant les relations et porosités entre formel et informel, à diverses échelles, dans le cadre de l’ANR GlobalCar.

Jacquot Sébastien, Morelle Marie, « La mécanique de rue n’est pas « sauvage » ! », Revue Projet, 2020/3 (N° 376), p. 30-31. DOI : 10.3917/pro.376.0030. URL : https://www.cairn.info/revue-projet-2020-3-page-30.htm

NUCLÉAIRE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Journée d’étude – 25 janvier 2022 – 9h à 16h

En présentiel salle 604 du 18 rue Chevreul (Lyon 7) et à distance en visioconférence

Place du nucléaire au regard du changement climatique, risques pour la sûreté liés aux aléas extrêmes… Depuis plusieurs années et plus encore depuis quelques mois, le nucléaire est au cœur d’importants débats politiques, techniques et scientifiques sur le changement climatique. En croisant le regard des sciences humaines et sociales et de spécialistes du domaine, cette journée d’étude se propose de questionner le lien entre nucléaire et changement climatique avec des prismes d’analyse variés.

La journée aura lieu en présentiel et visioconférence. Merci de vous inscrire auprès de michaelmangeon@gmail.com pour valider votre participation. Un lien sera prochainement transmis aux inscrits souhaitant participer à distance.

Matin (9h-12h) – Sûreté nucléaire et changement climatique

Michaël Mangeon, chercheur associé EVS. Penser les crises à venir avec des cas historiques :  enjeux et organisation du sauvetage de la centrale de Kozloduy (Bulgarie) en plein effondrement de l’URSS.

Claire-Marie Duluc, adjointe au chef de service de caractérisation des sites et des aléas naturels (SCAN) de l’IRSN. L’impact des changements climatiques sur les niveaux d’aléas retenus en sûreté nucléaire.

Olivier Chanton, chercheur au Laboratoire de Sciences Humaines et Sociales (LSHS) de l’IRSN. Réguler les risques du temps, le temps de la régulation.

Après-midi (14-16h) – Enjeux socio-politiques du nucléaire et changement climatique

Teva Meyer, maître de conférence en géopolitique et géographie de l’Université de Haute-Alsace, CRESAT. Identifier les conditions de possibilité politiques de la « climatisation » des débats sur l’énergie nucléaire : regards croisés entre la France et la Suède.

Yves Marignac, chef du pôle énergies nucléaires et fossiles de l’Institut négaWatt. Titre à venir

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles, Michael Chétry – 4 janvier 2022

Pour ouvrir l’année en beauté et dans l’ouverture internationale avec le Brésil, l’atelier flux circulation vous propose le séminaire suivant :
 
4 Janvier 2021, de 16h à 18h, en salle 604 à EVS au 18 rue de Chevreul (avec possibilité de retransmission en visio), Michael Chetry, maître de conférences en géographie à l’Université fédérale de Fluminense (Brésil) à Angra dos Reis, invité au sein d’EVS/RIVES, présentera ses travaux de recherches sur
 

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles  

 La communication vise à présenter, dans un premier temps, une réflexion sur la valeur des territoires à partir du cas des favelas en se focalisant notamment sur les différentes formes de valeur et les différents acteurs qui agissent sur/dans ces territoires. Dans un second temps, en lien avec le Projet de Recherche Internacional Anthropocène, il s’agit de proposer des pistes de recherche afin d’étendre cette analyse à d’autres territoires, les communautés traditionnelles (indigènes, pêcheurs, descendants d’esclaves) situées dans la région de Angra dos Reis au sud de Rio de Janeiro, une région marquée par d’intenses conflits autour de l’occupation de l’espace aussi bien d’ordre économique, politique ou environnemental.

De l’utilité sociale à l’appropriation des ressources minérales

Table ronde de l’atelier 2 – jeudi 29 avril 2021 – 9h-12h

Nous vous proposons une matinée de réflexion autour des rapports entre utilité sociale et appropriation des ressources, qui prendra la forme d’une table-ronde. 

Elle fera intervenir cinq jeunes chercheur.se.s de l’atelier qui ont en commun d’aborder la question des ressources minérales : 

  • Nada Bendahmane, doctorante EMSE travaillant sur l’évaluation de la pression exercée sur les ressources minérales par les activités du Bâtiment dans une approche d’analyse de cycle de vie,
  • Yann Brunet, doctorant LER/EVS dont les travaux sont consacrés à l’étude de la production urbaine (Lyon-Montréal) par le prisme de la gestion des déchets au cours du second XXe siècle,
  • Pauline Massé, doctorante EVS/IRG qui travaille sur la politique de renouveau minier en France métropolitaine et le cas de la réouverture de la mine de Salau en Ariège,
  • Laetitia Mongeard, post doctorante EVS/Ecole Urbaine de Lyon travaillant sur la participation des infrastructures et des matières de construction aux métabolismes territoriaux,
  • Jérémy Rodrigues, postdoctorant EMSE/CETU sur l’évaluation environnementale de la gestion des matériaux excavés et des ressources minérales dans le BTP.

Selon la situation sanitaire du moment, cette séance se fera en visio-conférence ou en présenciel. Un nouveau message sera publié quelques jours avant pour préciser ces conditions et le lien du séminaire.

Programme des séminaires de l’année 2020-2021

Voici la liste des évènements Atelier 2 prévus pour l’année. Cette liste est susceptible d’évoluer!

 

Titre

Date prévue

Organisation

1

Journée Eau et nucléaire

Jeudi 26 novembre 2020, 13h30-16h30

A Fontaine R Garcier

2

Morgan Mouton

“Digitalisation” des services urbains, pouvoirs et métabolismes dans les villes du Sud

16 décembre 2020, 14-15h30 R Garcier, E Martinais, L Rocher

3

Séminaire sol et foncier

à déterminer

M Maillefert

4

Chemical geography. Autour du travail d’Andrew Barry

Début mars 2021

E Santoire et A Fontaine

 5

Journée d’études “Ressources minérales”

29 avril 2021

L Mongeard J Rodrigues N Bendahmane P Massé

6

Ecriture scientifique

Mai 2021

Myra Hird

R Garcier

7

Journée des doctorant-e-s

Mai 2021

Doctorant-e-s + L. Rocher

8

Séminaire Annuel Rive de Gier

Juin 2021

Emm. Martinais

Webinaire “eau et nucléaire” – 26 novembre 2020

Le prochain séminaire de l’Atelier 2 aura lieu le 26 novembre de 13h30 à 16h30 en ligne (lien de connexion ci-dessous) sur la thématique “eau et nucléaire”. Les travaux présentés à cette occasion viendront questionner des évolutions passées, présentes et futures de la filière nucléaire en France à la lumière de ses relations à l’eau, respectivement avec des entrées sur les risques, l’environnement et les usages associés à la production énergétique nucléaire. 

Nuclear power plant after sunset. Dusk landscape with big chimneys.

Quand la sûreté nucléaire sort de son « lit » : Gouverner le risque d’inondation sur le territoire nucléaire du Tricastin (1945-2019)

Michaël Mangeon (Mines ParisTech)

L’inondation est un scénario essentiel à prendre en compte dans le cadre de la sûreté des installations nucléaires. Nous montrerons dans cette communication quels sont, entre 1945 et 2019, les mécanismes de « nucléarisation » et « dénucléarisation » (Pritchard, 2011) à l’œuvre sur le territoire du Tricastin et ses conséquences sur la construction de scénarios d’inondation pour la centrale nucléaire du Tricastin.

Le contrôle des rejets d’effluents liquides radioactifs dans le Rhône : le cas de Marcoule (1953-1980)

Louis Fagon (EHESS)

Les installations nucléaires produisent sans cesse des rejets liquides radioactifs dans le cadre de leur fonctionnement : l’eau pompée dans le Rhône est partie intégrante du “métabolisme” nucléaire. Nous présenterons dans cette communication l’évolution des solutions techniques utilisées pour limiter les effets de la radioactivité, tout d’abord en considérant le fleuve comme une protection naturelle pour les populations, puis comme un environnement à protéger.

Chauffer la France à l’énergie nucléaire. Politiques de la chaleur et reconfiguration d’un système énergétique dans les années 1970

Antoine Fontaine (EVS, Lyon 2)

La décennie 1970 a été marquée par un important débat institutionnel sur les moyens d’utiliser l’énergie générée par les centrales nucléaires en France et sur les modèles techniques, économiques, politiques et spatiaux associés. A partir d’une analyse de plusieurs fonds d’archives, notre travail met en lumière une chronologie originale du développement nucléaire français autour d’une compétition entre trois régimes sociotechniques nucléaires.

Lien de connexion:  https://zoom.us/j/96473038558?pwd=UkN0SmJPMDhtMk5MeENlVG1wVFgvZz09 

ID de réunion : 964 7303 8558
Code secret : 8nkZjV

Séminaire de lecture (2019-2020): “Matérialité et changement”

Un séminaire de lecture est organisé tout au long de l’année universitaire 2019-2020 autour de la thématique “matérialité et changement” au sein de l’Atelier 2. Il se tient sur un cycle mensuel autour de la présentation et la mise en discussion d’auteurs, d’ouvrages ou d’articles. Le sujet de ce séminaire s’appuie sur le constat d’une place croissante accordée au concept de matérialité dans les travaux universitaires et d’une multiplication des sens et définitions qui lui sont attachés. La diversité des disciplines représentées au sein de l’Atelier 2, de nos approches théoriques et des objets étudiés constitue une opportunité pour mettre en discussion ces différentes définitions et créer des liens entre nos différents travaux. Que désignons nous par la « matérialité » ? Au contraire que ne désignons nous pas par ce terme ? Qu’est-ce que le concept apporte à nos recherches, qu’est-ce qu’il nous “fait faire” ? Quelle base théorique retenons-nous lors de nos usages de ce concept ? Quels liens opérons-nous entre le concept de “matérialité” et d’autres concepts centraux de nos recherches (métabolisme, filière, dispositif, agencement…)?

La prochaine séance se tiendra le lundi 2 décembre de 16h à 18h en Salle 604 au 18 rue Chevreul autour d’une présentation de Clément Dillenseger. Il nous propose de réfléchir à la question des “traces” en saisissant la matérialité comme une méthode de recherche en tissant des liens entre trois articles:

Le programme de 2020 est en cours de construction et sera annoncé prochainement. Vous pouvez d’ores et déjà noter les dates des prochaines séances, les lundi 6 janvier, jeudi 6 février et jeudi 5 mars de 16h à 18h en salle 604.

Contact: Antoine Fontaine – antoine.fontaine1@univ-lyon2.fr

 
 

Séminaire annuel sur le terrain à Rive-de-GIer

21 juin 2019 – Salle Aragon de la Médiathèque, 10 square Marcel Paul – Rive-de-Gier

Cette année, quatre thématiques sont au programme du séminaire annuel sur le terrain de l’atelier 2 : les sols, les déchets et l’environnement, l’habiter dans les lotissements des coteaux et, pour finir, la (dé)couverture du Gier que nous évoquerons lors d’une visite de la voûte qui couvre la rivière au droit du centre-ville.

L’entrée du Gier souterrain (photo Thierry Egger)

9h30-10h00 – Accueil café

10h00-11h15 – Les sols

Flux et circulation sur le crassier de Châteauneuf – Michel Depeyre (EVS-ISTHME) et Cyrille Conord (EVS-ISTHME)

Les terres des villes. Proposition de recherche pluridisciplinaire sur les terroirs et les sols urbains – Jean Sébastien Poncet (designer) et Christelle Morel Journel (EVS-ISTHME)

11h15-12h30 – Les déchets et l’environnement

Présentation du plan propreté de la ville de Rive-de-Gier – Hugues Chalet (Directeur Général des Services)

Retour sur quelques observations réalisées dans la cadre de la recherche-action POPSU Territoires Rive-de-Gier – Fanny Verrax (Chercheuse indépendante) et Emmanuel Martinais (EVS-RIVES)

12h30-13h00 – Les lotissements des coteaux

L’habiter dans les lotissements de La Marianne et des Côteaux des Bruyères de Rive-de-Gier – Flora Lecomte (ENS Lyon)

13h00-15h00 – Déjeuner 

15h00-16h30 – Visite du Gier souterrain en compagnie de Catherine Morellon (archiviste municipale, Ville de Rive-de-Gier).

Pour cette visite, il est recommandé de prévoir des bottes et une lampe.

Inscription auprès de emmanuel.martinais@entpe.fr avant le 14 juin

Journée de Valorisation des Travaux de Thèse de l’Atelier 2

Mercredi 15 mai, 10h – 17h15

Salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 LYON

Cette journée est consacrée à la présentation et à la discussion de travaux de thèse en lien avec les thématiques de l’atelier 2.

Matinée (10h -12h)

Yasser Wahyudin (EVS-RIVES) – Gouverner la ville intelligente : la contribution de la Métropole de Lyon à la politique climat-énergie durable d’EDF

Discussion : Laurence Rocher (EVS)

Stéphane Ogé (EVS) – L’évaluation des valeurs économiques, environnementales, sociales et territoriales dans les démarches d’écologie industrielle et territoriale

Discussion : Antoine Fontaine (EVS)

 

Après-midi (14h00-17h15)

Pauline Chavassieux (EVS-ISTHME) – Dé-construire la ville : de la démolition au projet de déconstruction

Discussion : Vincent Veschambre (Rize, EVS-LAURE)

Hélène Blaszkiewicz (EVS) – Analyser les circulations commerciales transfrontalières : les régimes de circulations

Discussion : Eric Verdeil (CERI, Sciences Po Paris)

Agnès Bastin (CERI, Sciences Po Paris) – Valoriser les matières de (dé)construction. Étude de deux initiatives franciliennes : Métabolisme Urbain à Plaine Commune et Cycle Terre à Sevran

Discussion : Romain Garcier (EVS)

 

Contact : emmanuel.martinais@entpe.fr

 

Séminaire atelier 2 : 1er février 2019

Evaluations immobilières financières et qualités des territoires

Vendredi 1er février 2019, à 14h

En salle 604, dans les locaux de l’UMR 5600 EVS, 18 rue Chevreul, 69007 LYON

Séminaire de l’atelier 2 sur le thème “Evaluations immobilières financières et qualités des territoires”

14 à 15h: présentation de Lucia Shimbo (IAU / USP – Brésil)et de Fabrice Bardet (UMR 5600 EVS / ENTPE)sur le thème des évaluations immobilières et financières et le lien de ces évaluations avec la qualité des territoires.

15 à 16h: discussions autour du sujet présenté.

Nous accueillerons à cette occasion Lucia Shimbo, professeur à l’Institut d’architecture et d’urbanisme de l’Université de São Paulo (IAU / USP – Brésil).

Lucia Shimbo est diplômée d’un master et d’un doctorat en architecture et urbanisme de l’Université de São Paulo (USP – Brésil). Elle a publié 8 articles dans des revues à comité de lecture, 3 livres complets et 13 chapitres de livres sur des questions liées aux politiques du logement, à la production de l’espace urbain et au marché immobilier.

Elle effectue actuellement un séjour d’un an en France dans le cadre du  Collegium de Lyon, grâce à la Chaire financée par la Métropole de Lyon et le programme d’Investissements d’avenir au titre du Laboratoire d’excellence RFIEA+.

Droit, environnement, territoire : à propos de la Nouvelle-Calédonie

Le 19 décembre de 9h à 13h

Lieu : 18 rue Chevreul, salle 604

Programme :

Romain Garcier, Laurence Rocher

Introduction

Etudier les déchets en Nouvelle-Calédonie – retour de terrain

Victor David (IRD Nouméa)

A l’ombre de l’Accord de Nouméa, la décolonisation du droit de l’environnement. L’exemple du Code de l’Environnement de la Province des Iles Loyauté

Philippe Billet (IDE, Lyon 3)

La circulation des principes juridiques : l’exemple du droit de l’environnement en Nouvelle-Calédonie

Discussion

SÉMINAIRE N° 6 – 26 AVRIL 2018. APPROCHES MÉTHODOLOGIQUES INTERDISCIPLINAIRES DU SITE DE CHÂTEAUNEUF : UN OBJET “COMMUN” ?

Jeudi 26 avril – 14h à 18h

Université Jean Monnet Saint-Etienne, site Tréfilerie, salle HR8

Le 19 juin 2017, l’atelier 2 réunissait des chercheurs d’origines diverses sur le site industriel de Châteauneuf, usine métallurgique Industeel à Rive-de-Gier. Ce lieu a déjà une longue histoire dans la recherche en tant que site atelier du GIS PILot depuis la fin de la décennie 2000. L’an passé, les responsables de l’atelier ont proposé d’ouvrir le champ disciplinaire, notamment en direction des sciences humaines. C’est dans ce contexte que nous avons décidé d’expérimenter le croisement de deux types de méthodologies qui ont habituellement des préoccupations divergentes. Il s’est agi de dépasser la traditionnelle opposition entre qualitatif et quantitatif. Comment cette démarche est-elle possible ? Sur quoi peut-elle déboucher ?

Le 04 avril 2018, l’atelier 2 a bien illustré comment les pollutions des sols avaient donné lieu à des représentations, à des remédiations et à des interrogations méthodologiques. Ce furent autant d’essais de dépassement des contradictions. Une partie de notre travail prolongera ces analyses et évaluera les possibilités de co-construction méthodologique. Notre conception du dévoilement progressif d’un objet « commun » doit être articulée avec les interrogations posées au sein de l’atelier 4 qui questionne les ambiguïtés de la ressource patrimoniale.

Arbyreed – flickr

 

14h-14h15 – Ouverture : le site Industeel et l’atelier 2

14h15-14h20 – Mode d’emploi : fonctionnement du séminaire et attendus provisoires

14h30-15h30 – Quatre éclairages sur le site : Jean Luc Bouchardon, Mathilde Legret, Cyrille Conord, Michel Depeyre

15h45-17h45 – Mise en commun

Remarques épistémologiques et ouverture par Bernard Guy

Ce temps d’échanges aura un double objectif : d’une part partager les approches et connaissances de divers types portant sur le crassier de Châteauneuf ; d’autre part et dans le même temps, parce que ces approches et connaissances apparaissent si hétérogènes (de la sociologie à la géochimie en passant par l’écophysiologie végétale et la recherche sur le patrimoine), réfléchir à la façon dont nous pouvons les mettre en contact, les confronter voire les agréger. Le fonctionnement même de cet après-midi en sera influencé, en particulier en insistant sur la mise en commun de tous les points de vue, plutôt que sur la menée de débats « libres » qui viseraient à trouver tout de suite un dernier mot ou une conclusion (sans les exclure).