Archives de catégorie : Journée d’étude

2ème journée d’étude à Rive-de-Gier : le 22 juin 2018

Rive-de-Gier entre passé industriel et projets urbains

Attention CHANGEMENT DE LIEU :Salle Jean Dasté, Place du général Valluy, Centre-ville de Rive-de-Gier

10h-11h30 Le passé industriel de Rive-de-Gier saisi au présent : regards de la Géographie, de la Sociologie, des Sciences des Procédés Industriels et Naturels

• Georges Gay et Christelle Morel-Journel (Univ. Jean Monnet Saint Etienne)
Les accommodements de l’héritage industriel (à Rive-de-Gier) entre dispersion de l’action publique et résilience individuelle.

• Mathilde Legret (Univ. Jean Monnet Saint Etienne)
Etude des représentations sociales du crassier des Etaings : un héritage invisibilisé et innomé.

• Olivier Faure (Ecole des Mines de Saint Etienne)
Hydrométallurgie et phytomanagement pour la gestion durable des laitiers sidérurgiques

11h45-13h Une ville en projet qui redécouvre sa rivière

• Georges Gay et Stéphanie Vukelic (Univ. Jean Monnet, Saint Etienne)
La ville et la rivière dans la commune de Rive-de-Gier: entre opposition et co-construction des espaces naturels et urbains dans un contexte de mutation socio-technique (XIXème-XXIème siècle)

• Hugues Chalet (Directeur Général des Services, Ville de Rive-de-Gier) et Pierre Malandrin (chef du projet PRIR, Ville de Rive-de-Gier)
Le Projet de rénovation urbaine du centre-ville de Rive-de-Gier : vers une découverture de la rivière ?

13h-15h Repas au restaurant le Croqu’In (55 rue Cl. Drivon)

15h Visite (sous réserve de la météo)
Une lecture historique et souterraine de la ville depuis la voûte du Gier, accompagnée par Catherine Morellon (archiviste municipale, Ville de Rive-de-Gier).

Organisation

Inscription auprès de laurence.rocher@univ-lyon2.fr avant le 15 juin

PREVOIR DES BOTTES et une LAMPE pour la visite

Vue sur l’aciérie visitée

JOURNÉE D’ÉCHANGE – 4 AVRIL 2018. LES POPULATIONS FACE AUX RISQUES ET CONTAMINATIONS

Hasan Ali – flickr

 

Mercredi 4 avril – 10h à 16h

Salle Caillemer –  Université Lyon 3 – 15 quai Claude Bernard (Lyon 7e)

Cette journée d’échange, qui met à contribution des chercheurs travaillant sur des terrains brésiliens et français, vise à jeter les bases d’une approche comparative sur les risques et pollutions liés à des environnements dégradés résultant de la présence passée et/ou actuelle d’activités industrielles et/ou minières. Son objectif est de confronter des expériences de recherche qui ont toutes en commun de s’intéresser à la question des habitants dans leur rapport aux risques et pollutions, mais en mobilisant des techniques d’investigation assez différentes dans leurs principes.

Les deux présentations du matin rendront ainsi compte de recherches participatives menées sur des terrains caractérisés par une forte concentration industrielle : une recherche pluridisciplinaire, inspirée des community-based participatory research américaines, qui vise à impliquer les populations locales dans l’évaluation des contaminations qu’elles subissent ; une recherche expérimentale recourant à diverses méthodes de gestion partenariale des risques et pollutions (théâtre-forum, atelier d’écriture, atelier de réactivation photographique, protocoles de communication hybridant expertise scientifique et profane). Poursuivant dans cette logique d’exploration méthodologique, les deux présentations de l’après-midi rendront compte de travaux qui s’intéressent aux sols légués par d’anciennes activités polluantes, en mobilisant des approches par les controverses et l’analyse de discours d’une part, des enquêtes par entretien selon une technique de photo-élicitation d’autre part.

Matin (10h – 12h30) – Impliquer les habitants pour dire et gérer les risques

Yolaine Ferrier (EHESS) – Répondre aux questions de santé environnementale des habitants du front industriel de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône : une approche fortement participative (FOS EPSEAL)

Jacques Lolive (PACTE) et Cintia Okamura (CETESB – Estado de São Paulo) – Quelques expérimentations pragmatiques et participatives pour impliquer les publics dans la gestion des situations de risque dans la métropole de São Paulo

Déjeuner libre (12h30 – 14h)

Après-midi (14h – 16h) – Élucider le problème des pollutions léguées par d’anciennes activités

Christelle Morel Journel (EVS) – Oubli ou accommodation ? La question de la pollution des sols héritée en région stéphanoise [télécharger la présentation en PDF]

Patrick Chardon (LPC – Subatech) et Romain Garcier (EVS) – Rythmes et motifs des controverses sur le réaménagement des mines d’uranium françaises

Contact et inscription : emmanuel.martinais@entpe.fr

Journée doctorale d’échanges « Urban logistics planning and management : pluridisciplinary visions »

Dans le cadre de la clôture du projet ANNONA (ANR VBD 2013), du projet DEMOSDUM (Math AmSud 2016) et des activités du labex IMU (Intelligences des mondes urbains), l’UMR 5600 organise une journée d’échanges sur la thématique de la logistique urbaine dans une vision de pluridisciplinarité. La journée prévoit un ensemble de présentations de doctorants et jeunes chercheurs de différents pays (Allemagne, Italie, France, Equateur, entre autres) ainsi que l’intervention d’enseignants chercheurs confirmés d’Amérique Latine. Des visions à la fois quantitatives et qualitatives, analytiques et interprétatives seront abordées, dans un forum d’échange qui vise à créer des relations et collaborations à long terme. Les principaux sujets traités sont les suivants :

  • Approvisionnement de la restauration collective, circuits courts et production locale.
  • Modélisation et optimisation du transport de marchandises en ville.
  • Estimation de la demande et des flux de la logistique urbaine.
  • Evaluation économique et environnementale de la logistique urbaine.

Le principe de la journée est de laisser à chaque doctorant un temps d’échange plus important par rapport aux conférences et ateliers classiques. En effet, les doctorants disposeront de 20’ de présentation et 20’ de discussion avec un public composé à la fois de chercheurs (juniors et séniors) et de praticiens. A ces interventions viendront se joindre une communication introductive de Fernando Sandoya (Escuela Politécnica del Litoral, Equateur) en début de journée et une communication de Jorge Vargas (Pontificia Universidad Católica del Perú) pour clôturer la journée.

La journée aura lieu à l’ENS Lyon le 8 novembre de 9h à 17h15. Inscription et contact : jesus.gonzalez-feliu@emse.fr

English version

As part of the final event of the ANNONA project (ANR VBD 2013), the DEMOSDUM project (Math AmSud 2016) and the labex IMU activities (Intelligences of the urban worlds), the UMR 5600 organizes a workshop for exchanging on the subject of city/urban logistics in a multidisciplinary vision. The day includes a set of presentations by PhD students and young researchers from different countries (Germany, Italy, France, Ecuador, among others) as well as the intervention of experienced Latin American researchers. Quantitative and qualitative, analytical and interpretative visions will be discussed in an exchange forum that aims to create long-term relationships and collaborations. The main topics are:

  • Collective restauration supply, short circuits and local production.
  • Modeling and optimization of freight transport in the city.
  • Estimation of urban logistics demand and flows.
  • Economic and environmental evaluation of urban logistics.

The principle of the day is to leave each doctoral student a longer exchange time compared to conventional conferences and workshops. Indeed, doctoral students will have 20 ‘presentation and 20’ discussion with a public composed of both researchers (juniors and seniors) and practitioners. To these interventions will be joined an introductory paper by Fernando Sandoya (Escuela Politécnica del Litoral, Ecuador) at the beginning of the day and a communication by Jorge Vargas (Pontificia Universidad Católica del Perú) to close the day.
The workshop will take place at ENS Lyon on November 8 from 9h to 17h15. Registration and contact: jesus.gonzalez-feliu@emse.fr

RETOUR SUR LES JOURNÉES D’ÉTUDE « LES POLLUTIONS EN HÉRITAGE »

Ces deux journées d’étude, qui se sont tenues les 30 et 31 mars 2017 à Saint-Étienne, avaient pour objectif de saisir les dynamiques de recomposition des territoires (post)-industriels marqués par des pollutions importantes, faisant peser des contraintes diverses sur les sociétés locales. Dans des contextes fragiles, l’existence de pollutions liées au passé industriel affecte en effet très directement les territoires sur le plan environnemental avec la dégradation de la qualité des sols et, encore parfois, des eaux. Cette affectation des sols n’est jamais déconnectée d’enjeux sociaux (systèmes d’acteurs, capacités de mobilisation, inégalités sociales d’exposition aux nuisances et pollutions, etc.), d’enjeux politiques (mise à l’agenda, «niveaux» de gestion des pollutions, formes d’expertise, etc.) ou encore d’enjeux symboliques (image persistante et stigmatisante de territoires déshérités). La pollution des sols fait encore l’objet d’un processus lent de problématisation et de mise en visibilité. Elle interroge les capacités de résilience des sociétés locales, entendues ici au sens large (habitants, élus locaux, praticiens…).

Le programme des journées

La synthèse des journées

Pour plus d’information, contacter Christelle Morel Journel (EVS) : christelle.morel.journel@univ-st-etienne.fr

Journée d’étude du 21 octobre 2016 : Nouveaux modèles territoriaux autour de l’écologie industrielle, l’économie de fonctionnalité, l’économie circulaire et l’écologie territoriale

Cette journée d’étude vise à interroger les organisations territoriales appelées par les modalités nouvelles d’usage et de circulation des matières et des déchets. Elle est organisée par Muriel Maillefert.

Date et horaire : le vendredi 21 octobre 2016 de 9h45 à 18h

Lieu : UMR 5600, 18 rue Chevreul 69007 Lyon, salle 604

Programme

9h45 : Introduction (M. Maillefert)

10h : N. Buclet (Université de Grenoble et PACT) « Ecologie territoriale : un chantier ouvert pour une interdisciplinarité radicale » ?

11 h : J-B. Bahers (EME, et ESO) et M. Durand (Université du Maine et ESO), « Vers une économie circulaire… de proximité? Métabolisme urbain, empreinte spatiale et mise en territoire des déchets »

12h : G. Junqua (Ecoles des Mines d’Alès et LGEI), « ACV territoriale et nouveaux modèles économiques »

13h15- 14h15 : Pause déjeuner

14h30 : P Marty (UTT et CREIDD), « l’apport de l’écologie territoriale pour comprendre les relations ville-agriculture de la 2nde moitié du XXème siècle aux années 2010 »

15h30: S. Ogé (EVS, Lyon 3 et Strane Innovation), « Articulation des différentes échelles territoriales dans la mise en œuvre d’une synergie éco-industrielle. Du site industriel à l’Union Européenne. Cas d’étude sur le traitement mutualisé de métaux issus d’industries lourdes »

16h30 : M. Maillefert (EVS et Lyon 3) et I. Robert (Lille Nord de France et MERCUR), « Nouveaux modèles économiques et valeur territoriale »

Rapporteurs : V. Laforest (EMSE) et Th. Zanetti (EVS et Lyon 3)

Télécharger le programme

Journée d’études EVS & Triangle – 24 mai 2016 : la mise en politique des flux et circulations

Cette journée d’étude s’intéresse aux modalités concrètes de prise en charge et de régulation des flux et circulations pour tenter de comprendre comment elles contribuent à structurer des dynamiques sociales et/ou façonner des espaces. Différents types d’objets et de terrains seront mobilisés pour rendre compte des façons dont les circulations et les flux qui les caractérisent sont contenus ou favorisés, canalisés ou réglementés, gérés par des organisations ou des infrastructures ad hoc ou, au contraire, rendus invisibles pour échapper à toute possibilité de contrôle.

Organisées en trois sessions, les communications porteront successivement sur l’instrumentation et la mesure des flux et circulations, les politiques de régulation des flux et circulations et enfin, les flux et circulations comme analyseurs des pouvoirs locaux : programme de la journée.

Date : 24 mai 2016, 9h30 – 18h00

Lieu : ENS de Lyon (site Descartes), salle F08

Inscription obligatoire : laurence.rocher@univ-lyon2.fr

Crédits photos: David Tran, Flickr. Licence CC

« La mise en politique des flux et circulations ». Appel à communications — jeunes chercheurs.

Les doctorants et les chercheurs de l’UMR5600 lancent un  appel à communication à destination des doctorants et jeunes chercheurs pour les journées de l’UMR, qui se tiendront les 25 et 26 mai 2016 à Saint-Etienne.

Cette journée d’étude s’intéresse aux modalités concrètes de prise en charge et de régulation des flux et circulations pour tenter de comprendre comment elles contribuent à structurer des dynamiques sociales et/ou façonner des espaces. Différents types d’objets et de terrains pourront être mobilisés pour rendre compte des façons dont les circulations et les flux qui les caractérisent sont contenus ou favorisés, canalisés ou réglementés, gérés par des organisations ou des infrastructures ad hoc ou, au contraire, rendus invisibles pour échapper à toute possibilité de contrôle. On pense par exemple aux déchets, à l’eau, à l’énergie, aux denrées alimentaires, aux matériaux de construction, aux matières premières et plus largement à toutes les ressources qui contribuent au fonctionnement de nos sociétés modernes. On pense également aux personnes qui, prises dans des mobilités temporaires (touristiques ou professionnelles) ou des migrations de long terme (subies ou choisies), forment des flux qui appellent, là aussi, des interventions publiques et des dispositifs spécifiques de régulation et de politique publique.

D’une page maximum, les propositions de communication devront être envoyées avant le 28 février 2016 à l’adresse suivante : laurence.rocher[at]univ‐lyon2.fr. Elles comprendront un titre, les coordonnées du ou des auteurs et un résumé précisant le terrain d’analyse, le matériau empirique utilisé et les apports aux différentes perspectives problématiques suggérées dans l’appel à communication. Les résultats de la sélection effectuée par les organisateurs et une esquisse de programme seront notifiés aux auteurs avant début mars 2016. Les textes des communications (40 000 signes maximum) seront à remettre au plus tard le 4 mai 2016, afin de faciliter le travail des discutants et favoriser la qualité des échanges. Une publication rassemblant les communications présentées est envisagée par les organisateurs.