Archives de catégorie : Séminaire

Séminaire de Cosmin Popan, mardi 28 juin

Cosmin Popan (Manchester Metropolitan University) est accueilli au sein de la composante EVS/ENS (biogéophile), d’avril à décembre 2022

Cosmin Popan mène une recherche postdoctorale en Sociologie sur les conditions de travail des livreurs de repas à domicile. Son travail porte, d’une part, sur l’étude des plateformes telles Deliveroo et Uber Eats et la manière dont elles reconfigurent les espaces urbains et, d’autre, part sur l’investigation des enjeux de management, de solidarité et de résistance des livreurs. Cette enquête se déploie sur trois villes européennes : Manchester (Royaume-Uni), Cluj (Roumanie) et Lyon.

 

Son projet de recherche, Doing gig work: Social implications of platform-based food deliveries, inclut un travail ethnographique auprès des livreurs, des questionnaires auprès sur les clients des plateformes, ainsi que des collaborations avec des artistes et des développeurs web pour illustrer des histoires de vie et de travail de ceux qui font des livraisons.

 

Cosmin est accueilli pour 9 mois (d’avril à décembre 2022) au sein de la composante biogéophile de l’UMR. Il présente notamment son travail le mardi 28 juin dans le cadre du séminaire Mobilités quotidiennes et études urbaines. Les informations sur le séminaire sont sur https://mc.hypotheses.org/99

 

Pour plus des détails, vous pouvez consulter son projet interactif multimédia GigWork.City.

Crédit illustration : Alin Tămășan

école d’été « Green Futures»

Le Projet de recherche internationale (IRP) du CNRS « Anthropocène Métropolisation Sociétés » VALUATERRA, lancé par notre laboratoire et coordonné par Fabrice Bardet, organise cette année son école d’été “Green Futures” du 27 au 29 juin prochains.

Ces trois jours de conférences et débats seront consacrés aux thématiques de l’IRP : les processus sociaux de valorisation des territoires dans un contexte de financiarisation et d’urgence écologique planétaire.

L’IRP Valua Terra est en effet dédié à la compréhension des transformations de l’habitation humaine de la planète à l’heure de l’entrée dans l’ère “anthropocène” dans laquelle les activités humaines engagent un bouleversement de l’écosystème planétaire.

La “valeur” des territoires et ses recompositions constituent le fil conducteur thématique et problématique de ce projet international. Elle est saisie de manière très différente par les deux grands champs disciplinaires qui structurent le projet : les sciences de l’environnement et les sciences sociales.

Du côté des sciences de l’environnement, la notion de valeur renvoie à des activités d’évaluation environnementale qui sont centrales dans ces disciplines académiques.

Du côté des sciences sociales, la question de la valeur fait l’objet de critiques et de débats qui alimentent justement les dynamiques de l’IRP. De ce côté du champ scientifique, la notion de “valeur” a longtemps souffert d’une image associée à une science économique arrogante et normative. L’IRP aborde cette question de front, en profitant du regain que les approches matérialistes des sociétés urbaines connaissent depuis quelques années, qui remettent au cœur des enjeux la question des “valeurs d’usage” des territoires, pour discuter précisément les processus marchands qui imposent des valeurs d’échange parfois sans lien avec l’habitation des populations.

Le programme de l’école d’été « Green Futures » est le fruit du rassemblement d’une somme de communications proposées par des chercheurs brésiliens, étasuniens, suisses, anglais et français spécialistes de ces questions qui donneront lieu à des débats qui favoriseront le croisement entre ces deux communautés académiques et l’ouverture vers les étudiants ainsi que vers les professionnels de l’immobilier et de l’aménagement.

L’école d’été « Green Futures » a été labélisée par l’ED 483.

L’inscription à ces trois journées est libre mais nécessaire : https://www.valuaterra.org/actualites/ecole-ete-green-futures

Présentation des travaux de thèse d’Enora Barrau, doctorante invitée de l’ETS Montréal

Enora Barrau, doctorante au sein de l’Ecole de Technologie Supérieure (ETS) de Montréal, invitée au sein d’EVS présentera ses travaux de thèse le 20 juin 2022, de 11h à 12h, en amphi 104, à l’Espace Fauriel / Mines Saint-Etienne. (une rediffusion visio pourra être possible, vérifier vos emails de la liste “atelier2”)

Le projet de recherche d’Enora porte sur l’identification et l’analyse des caractéristiques structurelles des symbioses industrielles, afin de les mettre en regard de leurs performances environnementales. Pour ce faire, une démarche biomimétique est adoptée, en utilisant des outils d’analyse de réseaux écologiques pour évaluer l’organisation des réseaux industriels. L’aspect environnemental est quant à lui évalué à l’aide d’outils plus classiques, comme l’approche « cycle de vie ». Le croisement de ces deux dimensions permet une analyse multidimensionnelle des symbioses et enrichit le regard porté sur la capacité de ces réseaux à répondre aux enjeux liés aux changements environnementaux. Plus spécifiquement, le projet s’attache à l’implantation territoriale des symbioses industrielles et à la manière dont celles-ci peuvent supporter une forme de circularité locale.

Séminaire d’atelier : Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?

 

 

Jeudi 5 mai matin, aura lieu en amphi 104 , un séminaire sur “Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?”. Une rediffusion en visio sera prévue et sera partagée avec la liste interne de l’atelier “Flux-circulation”.

Ce séminaire permettra de croiser les recherches menées par 3 chercheuses travaillant, dans des disciplines différentes, sur ce thème.

Muriel Maillefert est professeure à l’Université Lyon 3 et chercheure à EVS UMR 5600. Après avoir travaillé sur la question des institutions et des politiques publiques dans le domaine du travail et de l’emploi, elle s’intéresse depuis une quinzaine d’années aux thématiques autour du développement durable territorial. Elle travaille plus spécifiquement sur la question des jeux d’acteurs, de l’action collective territoriale et des enjeux autour de la construction par les acteurs de projets territoriaux.
L’idée est d’identifier les formes de légitimité auxquelles se réfèrent les acteurs, ce qui permet de qualifier l’action et les univers d’action collective ainsi que leurs formes de gouvernance. Différents terrains ont été explorés, allant du terrain organisationnel (RSE), territorial (écologie industrielle et territoriale, nouveaux modèles économiques), aux politiques publiques (autour des services écosystémiques, ou des politiques de durabilité).


Lise Serra est maître de conférences à l’université de la Réunion, au département Génie-civil où elle enseigne l’urbanisme. Architecte de formation, elle s’intéresse à la fabrique concrète de la ville avec le chantier comme terrain d’étude privilégié. Son approche, orientée acteurs, prend ses racines dans une première expérience d’architecte salariée puis une thèse CIFRE, où elle construit une posture de
recherche en collaboration étroite avec les acteurs de la fabrique urbaine. Par ses enseignements et ses recherches, elle ouvre plusieurs territoires de recherche, sur la concertation et les relations
habitants/projet urbain/acteurs à La Réunion et sur la circulation des matériaux de construction.


Audrey Tanguy est maître-assistante à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne au sein du département Génie de l’Environnement et des Organisations, rattaché au laboratoire EVS (Environnement ville société) (UMR 5600). Sa thèse, terminée en 2017, portait sur le développement d’une approche
territoriale pour la planification de filières de valorisation des déchets urbains. Sa recherche concerne la régionalisation de méthodes dédiées à la planification et à l’évaluation environnementale (notamment par Analyse de Cycle de Vie) de stratégies d’écologie industrielle et territoriale (en France et au Québec). Ses travaux multidisciplinaires l’ont aussi menée à s’intéresser à la dimension multiscalaire du métabolisme territorial sur les filières déchets et énergie.


Proposition :
Le métabolisme des territoires est dominé depuis le XIXième siècle par les grands réseaux (matières, énergie et, dans une moindre mesure, déchets) qui, en permettant l’essor économique de la société
industrielle, ont également contribué à sa linéarisation et à une consommation toujours plus accrue et externalisée des ressources (Coutard & Rutherford, 2015; Kim & Barles, 2012). La nécessaire
dématérialisation de l’économie invite à questionner l’empreinte spatiale de ce métabolisme et d’envisager une relocalisation, au moins partielle, des flux et activités.
Néanmoins, les modalités, l’étendue et les impacts de cette relocalisation souhaitée pour les territoires ne sont pas encore bien définis et plusieurs interrogations demeurent. Par exemple, comment cette
relocalisation se fait-elle actuellement et à quelle(s) échelle(s) ? Comment les défenseurs d’une relocalisation des flux (collectifs, associations, acteurs économiques) prennent-ils en compte la
dimension mondiale encore actuelle de l’économie ? Comment aiguiller les décideurs et identifier les échelles appropriées d’approvisionnement et d’exutoires des activités en fonction des territoires, qui
sont caractérisés par un contexte géographique, socio-démographique, des infrastructures, des normes, des lois, des usages? En particulier, quelles sont ces échelles en tenant compte de plusieurs critères (impacts environnementaux, sociaux, économiques) ?
Adoptant une approche multidisciplinaire, ce séminaire souhaite donc aborder ces questionnements pour le secteur de la construction, secteur consommateur important de matière première (Augiseau & Barles, 2017) et pour lequel les solutions exclusivement locales restent encore marginales. Les solutions de relocalisation sont multiples. Elles peuvent concerner aussi bien la filière amont (l’approvisionnement en matières) que la filière aval (traitement, valorisation et utilisation des déchets
comme ressources). Au total, il s’agira de comprendre et d’analyser les enjeux de non circularité du secteur, notamment en milieu urbain, et de réfléchir à des formes innovantes de relocalisation et de circularisation des flux.


Ce séminaire aura comme objectif de présenter certains enjeux et de construire collectivement un ensemble de problématiques transversale qui seront abordées dans des séminaires suivants.


Organisation du séminaire

  • Présentation Lise Serra : utilisation de matériaux locaux et circulation mondiale des matières premières, les impensés de la conception architecturale
  • Présentation Audrey Tanguy : Des filières de valorisation des déchets multi-échelle : quels enjeux pour les outils d’aide à la décision
  • discussion
  •  Présentation Muriel Maillefert : les enjeux d’usage dans la filière de la construction
  •  Présentation Sylvain Bissonnier : cas d’illustration : portage d’un projet de logement en autopromotion)
  •  discussion
  •  Table ronde / discussion et synthèse (animation Laetitia Mongeard). Ecriture collective d’un projet de séminaires

Séminaire doctoral. Tamara Gouel : Mesurer la part verte des portefeuilles. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Le 29 mars 2022, de 16h à 18h, Tamara Gouel, doctorante RIVES/EVS nous présentera un chapitre de sa thèse sous la forme d’un séminaire doctoral. Le séminaire, accessible à tous, sera réalisé en hybride (présenciel à Lyon (salle 604, 18 rue de Chevreul) et visio sur https://zoom.us/j/91285490286 ). Le résumé de son intervention est ci-dessous.

Mesurer la part verte des portefeuille. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Il s’agit de présenter ici des résultats issus d’une enquête de terrain auprès des acteurs financiers qui revendiquent le caractère “vert” de leur stratégie d’investissement dans le cadre du financement d’infrastructures d’énergies renouvelables. L’objectif est ici d’étudier comment, dans leurs pratiques de gestion, les assets managers mobilisent différents types et méthodes de quantifications pour légitimer leur “verdissement” : à quel moment interviennent ces quantification au cours de la construction du portefeuille ? Comment et par qui sont-elles élaborées ? A quelles attentes des investisseurs répondent-elles ? Les premiers éléments de l’enquête de terrain présentés ici permettront donc de questionner la manière dont des professionnels de la finance peuvent mobiliser une certaine forme d’expertise environnementale et ce que cela révèlent des modalités et de la mise en œuvre du financement de la transition énergétique.   

Séminaire : “Mécanique de rue et filières de traitement des voitures de seconde main”, 1er mars, S. Jacquot, M. Morelle


Le 1er mars, de 16 à 18h, Sébastien Jacquot et Marie Morelle viendront évoquer leur travail sur la mécanique de rue et les flux de voitures et de pièces d’occasion.

Le séminaire se tiendra rue Chevreul mais sera également accessible en distanciel.

Pour vous inscrire et obtenir le lien de visio, merci d’écrire à : romain.garcier(_a_)ens-lyon.fr

De la mécanique de rue aux filières de traitement de la voiture de seconde main, parcours d’enquêtes
S. Jacquot, M. Morelle

De la mécanique de rue aux activités de recyclage des pièces et matières issues des véhicules hors d’usage, c’est l’économie formelle et informelle liée aux voitures de seconde main qui sera l’objet de notre présentation. Après plusieurs années d’enquête auprès des mécaniciens de rue dans plusieurs friches et QPV d’Ile-de-France, relevant d’une économie populaire de la voiture, nous enquêtons sur les modes de valorisation des véhicules hors d’usage, dans le contexte des économies du recyclage, interrogeant les relations et porosités entre formel et informel, à diverses échelles, dans le cadre de l’ANR GlobalCar.

Jacquot Sébastien, Morelle Marie, « La mécanique de rue n’est pas « sauvage » ! », Revue Projet, 2020/3 (N° 376), p. 30-31. DOI : 10.3917/pro.376.0030. URL : https://www.cairn.info/revue-projet-2020-3-page-30.htm

NUCLÉAIRE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Journée d’étude – 25 janvier 2022 – 9h à 16h

En présentiel salle 604 du 18 rue Chevreul (Lyon 7) et à distance en visioconférence

Place du nucléaire au regard du changement climatique, risques pour la sûreté liés aux aléas extrêmes… Depuis plusieurs années et plus encore depuis quelques mois, le nucléaire est au cœur d’importants débats politiques, techniques et scientifiques sur le changement climatique. En croisant le regard des sciences humaines et sociales et de spécialistes du domaine, cette journée d’étude se propose de questionner le lien entre nucléaire et changement climatique avec des prismes d’analyse variés.

La journée aura lieu en présentiel et visioconférence. Merci de vous inscrire auprès de michaelmangeon@gmail.com pour valider votre participation. Un lien sera prochainement transmis aux inscrits souhaitant participer à distance.

Matin (9h-12h) – Sûreté nucléaire et changement climatique

Michaël Mangeon, chercheur associé EVS. Penser les crises à venir avec des cas historiques :  enjeux et organisation du sauvetage de la centrale de Kozloduy (Bulgarie) en plein effondrement de l’URSS.

Claire-Marie Duluc, adjointe au chef de service de caractérisation des sites et des aléas naturels (SCAN) de l’IRSN. L’impact des changements climatiques sur les niveaux d’aléas retenus en sûreté nucléaire.

Olivier Chanton, chercheur au Laboratoire de Sciences Humaines et Sociales (LSHS) de l’IRSN. Réguler les risques du temps, le temps de la régulation.

Après-midi (14-16h) – Enjeux socio-politiques du nucléaire et changement climatique

Teva Meyer, maître de conférence en géopolitique et géographie de l’Université de Haute-Alsace, CRESAT. Identifier les conditions de possibilité politiques de la « climatisation » des débats sur l’énergie nucléaire : regards croisés entre la France et la Suède.

Yves Marignac, chef du pôle énergies nucléaires et fossiles de l’Institut négaWatt. Titre à venir

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles, Michael Chétry – 4 janvier 2022

Pour ouvrir l’année en beauté et dans l’ouverture internationale avec le Brésil, l’atelier flux circulation vous propose le séminaire suivant :
 
4 Janvier 2021, de 16h à 18h, en salle 604 à EVS au 18 rue de Chevreul (avec possibilité de retransmission en visio), Michael Chetry, maître de conférences en géographie à l’Université fédérale de Fluminense (Brésil) à Angra dos Reis, invité au sein d’EVS/RIVES, présentera ses travaux de recherches sur
 

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles  

 La communication vise à présenter, dans un premier temps, une réflexion sur la valeur des territoires à partir du cas des favelas en se focalisant notamment sur les différentes formes de valeur et les différents acteurs qui agissent sur/dans ces territoires. Dans un second temps, en lien avec le Projet de Recherche Internacional Anthropocène, il s’agit de proposer des pistes de recherche afin d’étendre cette analyse à d’autres territoires, les communautés traditionnelles (indigènes, pêcheurs, descendants d’esclaves) situées dans la région de Angra dos Reis au sud de Rio de Janeiro, une région marquée par d’intenses conflits autour de l’occupation de l’espace aussi bien d’ordre économique, politique ou environnemental.

“Faire une place au droit dans un raisonnement géographique sur la transition énergétique : retour d’expérience et grands enjeux.”

jeudi 17 juin 2021, de 12h30 à 14h en visio-conférence
 
Emmanuelle Santoire, doctorante à l’ENS de Lyon, présentera les réflexions issues de sa thèse portant sur l’intervention du droit dans la structuration spatiale des systèmes énergétiques. L’exemple de l’ouverture à la concurrence des concessions de grands barrages hydroélectriques français dans la vallée du Drac sera l’occasion d’échanger sur le rôle des normes dans la structuration spatiale des systèmes énergétiques et sur les enjeux liés à l’intégration du droit dans des raisonnements géographiques sur la transition écologique.
 
https://atelier2.hypotheses.org/files/2021/06/2021-06-Santoire-1.pdf

De l’utilité sociale à l’appropriation des ressources minérales

Table ronde de l’atelier 2 – jeudi 29 avril 2021 – 9h-12h

Nous vous proposons une matinée de réflexion autour des rapports entre utilité sociale et appropriation des ressources, qui prendra la forme d’une table-ronde. 

Elle fera intervenir cinq jeunes chercheur.se.s de l’atelier qui ont en commun d’aborder la question des ressources minérales : 

  • Nada Bendahmane, doctorante EMSE travaillant sur l’évaluation de la pression exercée sur les ressources minérales par les activités du Bâtiment dans une approche d’analyse de cycle de vie,
  • Yann Brunet, doctorant LER/EVS dont les travaux sont consacrés à l’étude de la production urbaine (Lyon-Montréal) par le prisme de la gestion des déchets au cours du second XXe siècle,
  • Pauline Massé, doctorante EVS/IRG qui travaille sur la politique de renouveau minier en France métropolitaine et le cas de la réouverture de la mine de Salau en Ariège,
  • Laetitia Mongeard, post doctorante EVS/Ecole Urbaine de Lyon travaillant sur la participation des infrastructures et des matières de construction aux métabolismes territoriaux,
  • Jérémy Rodrigues, postdoctorant EMSE/CETU sur l’évaluation environnementale de la gestion des matériaux excavés et des ressources minérales dans le BTP.

Selon la situation sanitaire du moment, cette séance se fera en visio-conférence ou en présenciel. Un nouveau message sera publié quelques jours avant pour préciser ces conditions et le lien du séminaire.

Programme des séminaires de l’année 2020-2021

Voici la liste des évènements Atelier 2 prévus pour l’année. Cette liste est susceptible d’évoluer!

 

Titre

Date prévue

Organisation

1

Journée Eau et nucléaire

Jeudi 26 novembre 2020, 13h30-16h30

A Fontaine R Garcier

2

Morgan Mouton

“Digitalisation” des services urbains, pouvoirs et métabolismes dans les villes du Sud

16 décembre 2020, 14-15h30 R Garcier, E Martinais, L Rocher

3

Séminaire sol et foncier

à déterminer

M Maillefert

4

Chemical geography. Autour du travail d’Andrew Barry

Début mars 2021

E Santoire et A Fontaine

 5

Journée d’études “Ressources minérales”

29 avril 2021

L Mongeard J Rodrigues N Bendahmane P Massé

6

Ecriture scientifique

Mai 2021

Myra Hird

R Garcier

7

Journée des doctorant-e-s

Mai 2021

Doctorant-e-s + L. Rocher

8

Séminaire Annuel Rive de Gier

Juin 2021

Emm. Martinais

Webinaire “eau et nucléaire” – 26 novembre 2020

Le prochain séminaire de l’Atelier 2 aura lieu le 26 novembre de 13h30 à 16h30 en ligne (lien de connexion ci-dessous) sur la thématique “eau et nucléaire”. Les travaux présentés à cette occasion viendront questionner des évolutions passées, présentes et futures de la filière nucléaire en France à la lumière de ses relations à l’eau, respectivement avec des entrées sur les risques, l’environnement et les usages associés à la production énergétique nucléaire. 

Nuclear power plant after sunset. Dusk landscape with big chimneys.

Quand la sûreté nucléaire sort de son « lit » : Gouverner le risque d’inondation sur le territoire nucléaire du Tricastin (1945-2019)

Michaël Mangeon (Mines ParisTech)

L’inondation est un scénario essentiel à prendre en compte dans le cadre de la sûreté des installations nucléaires. Nous montrerons dans cette communication quels sont, entre 1945 et 2019, les mécanismes de « nucléarisation » et « dénucléarisation » (Pritchard, 2011) à l’œuvre sur le territoire du Tricastin et ses conséquences sur la construction de scénarios d’inondation pour la centrale nucléaire du Tricastin.

Le contrôle des rejets d’effluents liquides radioactifs dans le Rhône : le cas de Marcoule (1953-1980)

Louis Fagon (EHESS)

Les installations nucléaires produisent sans cesse des rejets liquides radioactifs dans le cadre de leur fonctionnement : l’eau pompée dans le Rhône est partie intégrante du “métabolisme” nucléaire. Nous présenterons dans cette communication l’évolution des solutions techniques utilisées pour limiter les effets de la radioactivité, tout d’abord en considérant le fleuve comme une protection naturelle pour les populations, puis comme un environnement à protéger.

Chauffer la France à l’énergie nucléaire. Politiques de la chaleur et reconfiguration d’un système énergétique dans les années 1970

Antoine Fontaine (EVS, Lyon 2)

La décennie 1970 a été marquée par un important débat institutionnel sur les moyens d’utiliser l’énergie générée par les centrales nucléaires en France et sur les modèles techniques, économiques, politiques et spatiaux associés. A partir d’une analyse de plusieurs fonds d’archives, notre travail met en lumière une chronologie originale du développement nucléaire français autour d’une compétition entre trois régimes sociotechniques nucléaires.

Lien de connexion:  https://zoom.us/j/96473038558?pwd=UkN0SmJPMDhtMk5MeENlVG1wVFgvZz09 

ID de réunion : 964 7303 8558
Code secret : 8nkZjV

Webinaire sur la prise en compte des ressources minerales en ACV

La composante EVS / EMSE organise un petit wébinaire, le 5 juin, de 10h à 10h30 autour du thème de la prise en compte des ressources minérales dans les indicateurs d’analyse de cycle de vie.

Nada Bendahmane présentera son projet de thèse, qu’elle vient de débuter au sein du CSTB sur le thème “Développement d’indicateurs de pressions sur les ressources minérales dans le secteur du bâtiment”. Jackelyn Thollot, en stage de master financé par le GIS EEDEMS, présentera son projet de stage sur le thème de l’identification des niveaux d’extraction et de consommation des principales ressources minérales utilisées dans le secteur du bâtiment.

Si vous souhaitez assister à ce séminaire, merci d’envoyer un message à gondran@emse.fr pour que le lien du webinaire vous soit envoyé.

.

Séminaire commun UMR5600 / LAET – les déchets ménagers et leur mobilité

Dans le cadre du projet SIMODEM (UMR5600 – LAET, financement IMU), qui porte sur la mobilité des déchets en milieu urbain, nous co-organisons un séminaire d’une demi-journée UMR 5600 EVS (atelier 2) / LAET autour du thème des déchets et de leur mobilité.

Ce séminaire aura lieu, le 20 février 2020, au 18 rue de Chevreul, à Lyon, en salle de la Rotonde (6eme étage).

Du producteur à la valorisation finale : quels enjeux logistiques, environnementaux et sociaux pour les déchets ?

Ce séminaire sera structuré autour de trois interventions :

  • 9h30 – Adrien BEZIAT, postdoctorant au LAET (projet SIMODEM) : déterminants sociaux et démographiques de la production de déchets, modélisation des flux logistiques ;
  • 10h – Jérémy RODRIGUES, postdoctorant EVS (projet SIMODEM) : évaluation environnementale des filières de collecte / traitement des déchets, impacts et bénéfices environnementaux liés à leur valorisation (incinération notamment) ;
  • 10h30 – Antoine FONTAINE, postdoctorant EVS (projet RECUPERTE) / Laurence ROCHER, maître de conférence EVS : enjeux sociaux, économiques, institutionnels autour de la valorisation de la chaleur d’incinération.
  • 11h : échanges et discussions sur les enjeux logistiques, environnementaux et sociaux pour les déchets .

POPSU Territoire Rive de gier forum hors les murs

Samedi 14 décembre de 10h à 13h, MJC de Rive de Gier, 25 av Antoine Marrel

La recherche-action POPSU Territoires (Plateforme d’observation des projets et des stratégies urbaines), soutenue par le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture – ministère de la Transition écologique et solidaire) et la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, se déploie à Rive de Gier depuis le début de l’année 2019.

La ville de Rive de Gier, qui rassemble un peu plus de 15 000 habitants, est aujourd’hui en situation transitoire. Son passé a été marqué par un développement précoce puis un profond processus de désindustrialisation, fortement déstabilisant pour la société locale. Son avenir est partiellement engagé par des projets multiples (rénovation du centre-ville, requalification de l’entrée Est, etc.), des dynamiques inter-métropolitaines et des initiatives propres à une société ripagérienne entreprenante. Ce processus de transition offre d’incontestables opportunités mais ne va pas sans tensions ni débats sur le futur souhaité.

La recherche-action POPSU-Territoires a tenté de mieux cerner les opportunités et les contraintes à l’oeuvre, par le biais d’un diagnostic approfondi basé sur une démarche artistique et participative. L’équipe de chercheur.e.s et d’artistes propose aujourd’hui de partager son analyse sous la forme de quatre scénarios à
débattre lors du Forum « hors les murs » du 14 décembre, ouvert à tous les habitantes et habitants de Rive de Gier.

Venez débattre ces 4 scénarios prospectifs qui esquissent des avenirs possibles pour Rive de Gier !

Programme
10h00 – 10h20 Accueil – Présentation du programme POPSU Territoire
Jean-Claude CHARVIN, maire de Rive de Gier
Hélène PESKINE, PUCA, secrétaire permanente du PUCA, programme POPSU-Territoire

10h20 – 10h40 Présentation de l’équipe de recherche POPSUT Rive de Gier et de la démarche
Guillaume BALAŸ (musicien, Berthe et le Barbu), François DUCHENE (chercheur, Ecole nationale des travaux publics de l’Etat, EVS), Georges GAY (professeur émérite, Université Jean Monnet Saint-Etienne, EVS), Laetitia LARDET (musicienne, Berthe et le Barbu), Léa MARCHAND (comédienne, Amadeus Rocket), Emmanuel MARTINAIS (chercheur, Ecole nationale des travaux publics de l’Etat, EVS), Christelle MOREL JOURNEL (enseignante-chercheure, Université Jean Monnet Saint-Etienne, EVS), Laurence ROCHER (enseignante-chercheure, Institut d’urbanisme de Lyon, EVS), Éric VILLEMAIN (photographe, chez Nicéphore)

10h40 – 11h00 Restitution artistique 1 – Berthe et le Barbu (chansons)

11h00 – 11h20 Appropriation des scénarios et photographies

11h20 – 11h40 Présentation des 4 scénarios prospectifs
– Ville éco-citoyenne
– Ville populaire et solidaire
– Ville auxiliaire
– Ville créatrice

11h40 – 12h00 Restitution artistique 2 – Amadeus Rocket (improvisation)

12h00 – 12h45 Discussion des scénarios puis échanges avec l’ensemble des participant.e.s

12h45 – 13h00 Ouverture(s)

13h00 Moment convivial – Poursuite des échanges et visite de
l’exposition photographique (Restitution artistique 3)