Archives de catégorie : Position

Séminaire INTER-ATELIER sur la LPPR

Les ateliers de l’UMR EVS s’associent pour ouvrir un espace de parole et de recherche sur la LPPR et ses implications dans la recherche et pour les métiers de la recherche

On reste sur le pont pour débattre ?  Nous sommes nombreuses et nombreux à souhaiter que l’UMR soit aussi un espace de parole et de solidarité. Pour cela, nous proposons un séminaire inter-atelier permettant une réflexion commune et transversale qui dépasse nos spécialisations.

Nous affirmons ainsi à quel point la recherche est plus riche quand elle est collaborative, construite collectivement en respectant les apports des différentes disciplines et des différents métiers, en particulier l’importance des administrateur.rice.s et des ingénieur.e.s essentiels pour mener toute recherche.
Nous affirmons également notre inquiétude face à la difficulté grandissante des jeunes chercheur.e.s à trouver un emploi stable. Soumis à une compétition intensive, nous souhaitons leur ouvrir un espace d’expression de leurs inquiétudes au sein de l’UMR.           
Enfin, nous voudrions analyser l’effet des différentes injonctions sur 1) les charges croissantes des enseignant.e.s-chercheur.e.s, 2) sur leur capacité à assurer une activité de recherche et 3) sur leurs possibilités à travailler dans des conditions favorables.

Quelle contribution pouvons-nous avoir à l’échelle des UMR ? Les 8 ateliers proposent de se rencontrer autour d’un seul séminaire en croisant les différentes questions qui pourraient les animer à ce sujet ! Ensemble et sans compétition !

  1. La LPPR rime-t-elle avec la fin de la liberté et du bien-être des enseignants-chercheurs, chercheurs et des personnels d’appui à la recherche ?
  2. Flux, circulations et carrières : conserver l’énergie de faire la recherche
  3. Métropolisation, concentration, concurrence : la LPPR comme nouvel avatar ?
  4. Quelles ressources pour des recherches indépendantes face aux lobbys et financeurs ?
  5. Pour un environnement non darwinien dans la Recherche
  6. Comment « faire société » dans un modèle de compétition ?
  7. Espaces critiques : « Réformes universitaires, mouvements de contestation syndicale et Résistances des précaires » : en mai 2020, nous accueillons Mathieu Uhel, Université de Caen, pour nous présenter les implications de la fusion des universités dans l’ouest de la France.
  8. Comment un mouvement social se donne à voir spatialement: cartographies contributives et cartographies critiques – réflexions à partir des mouvements sociaux récents

Le séminaire inter-atelier sera programmé courant février-mars afin de nous saisir dès à présent des questionnements partagés dans ce contexte

Circulations

Informé par la géographie, les sciences de l’ingénieur et de l’environnement, ce carnet porte sur les flux et les circulations spatiales de matières et d’objets.

Alors que la mondialisation contemporaine repose sur la mobilité croissante des capitaux, des informations, des individus et des choses, les circulations matérielles (c’est-à-dire les circonstances concrètes de la mobilité des objets dans l’espace) restent un objet peu étudié en tant que tel. Elles posent pourtant des questions à la fois scientifiques (comment mesurer la mobilité des choses ? Comment la représenter ? Comment les circulations se déploient-elles concrètement ? Qu’est-ce qui les motive ou les fait émerger ?); et politiques (comment réguler des choses de plus en plus mobiles ?).

Le carnet est animé par un groupe de chercheurs appartenant à l’UMR 5600 CNRS (Lyon Saint-Etienne). Il s’intéresse à des objets divers (produits alimentaires, matériaux technologiques ou de construction, déchets, énergie et matériaux énergétiques, polluants) et à des formes de circulations variées : le commerce et les échanges (par exemple, les circuits courts), la diffusion des polluants, le recyclage et l’économie circulaire, etc. Son entrée se veut territoriale : il s’agit bien de comprendre comment les circulations des choses informent et influencent les territoires eux-mêmes.