Tous les articles par ngondran

Séminaire de Cosmin Popan, mardi 28 juin

Cosmin Popan (Manchester Metropolitan University) est accueilli au sein de la composante EVS/ENS (biogéophile), d’avril à décembre 2022

Cosmin Popan mène une recherche postdoctorale en Sociologie sur les conditions de travail des livreurs de repas à domicile. Son travail porte, d’une part, sur l’étude des plateformes telles Deliveroo et Uber Eats et la manière dont elles reconfigurent les espaces urbains et, d’autre, part sur l’investigation des enjeux de management, de solidarité et de résistance des livreurs. Cette enquête se déploie sur trois villes européennes : Manchester (Royaume-Uni), Cluj (Roumanie) et Lyon.

 

Son projet de recherche, Doing gig work: Social implications of platform-based food deliveries, inclut un travail ethnographique auprès des livreurs, des questionnaires auprès sur les clients des plateformes, ainsi que des collaborations avec des artistes et des développeurs web pour illustrer des histoires de vie et de travail de ceux qui font des livraisons.

 

Cosmin est accueilli pour 9 mois (d’avril à décembre 2022) au sein de la composante biogéophile de l’UMR. Il présente notamment son travail le mardi 28 juin dans le cadre du séminaire Mobilités quotidiennes et études urbaines. Les informations sur le séminaire sont sur https://mc.hypotheses.org/99

 

Pour plus des détails, vous pouvez consulter son projet interactif multimédia GigWork.City.

Crédit illustration : Alin Tămășan

école d’été « Green Futures»

Le Projet de recherche internationale (IRP) du CNRS « Anthropocène Métropolisation Sociétés » VALUATERRA, lancé par notre laboratoire et coordonné par Fabrice Bardet, organise cette année son école d’été “Green Futures” du 27 au 29 juin prochains.

Ces trois jours de conférences et débats seront consacrés aux thématiques de l’IRP : les processus sociaux de valorisation des territoires dans un contexte de financiarisation et d’urgence écologique planétaire.

L’IRP Valua Terra est en effet dédié à la compréhension des transformations de l’habitation humaine de la planète à l’heure de l’entrée dans l’ère “anthropocène” dans laquelle les activités humaines engagent un bouleversement de l’écosystème planétaire.

La “valeur” des territoires et ses recompositions constituent le fil conducteur thématique et problématique de ce projet international. Elle est saisie de manière très différente par les deux grands champs disciplinaires qui structurent le projet : les sciences de l’environnement et les sciences sociales.

Du côté des sciences de l’environnement, la notion de valeur renvoie à des activités d’évaluation environnementale qui sont centrales dans ces disciplines académiques.

Du côté des sciences sociales, la question de la valeur fait l’objet de critiques et de débats qui alimentent justement les dynamiques de l’IRP. De ce côté du champ scientifique, la notion de “valeur” a longtemps souffert d’une image associée à une science économique arrogante et normative. L’IRP aborde cette question de front, en profitant du regain que les approches matérialistes des sociétés urbaines connaissent depuis quelques années, qui remettent au cœur des enjeux la question des “valeurs d’usage” des territoires, pour discuter précisément les processus marchands qui imposent des valeurs d’échange parfois sans lien avec l’habitation des populations.

Le programme de l’école d’été « Green Futures » est le fruit du rassemblement d’une somme de communications proposées par des chercheurs brésiliens, étasuniens, suisses, anglais et français spécialistes de ces questions qui donneront lieu à des débats qui favoriseront le croisement entre ces deux communautés académiques et l’ouverture vers les étudiants ainsi que vers les professionnels de l’immobilier et de l’aménagement.

L’école d’été « Green Futures » a été labélisée par l’ED 483.

L’inscription à ces trois journées est libre mais nécessaire : https://www.valuaterra.org/actualites/ecole-ete-green-futures

Présentation des travaux de thèse d’Enora Barrau, doctorante invitée de l’ETS Montréal

Enora Barrau, doctorante au sein de l’Ecole de Technologie Supérieure (ETS) de Montréal, invitée au sein d’EVS présentera ses travaux de thèse le 20 juin 2022, de 11h à 12h, en amphi 104, à l’Espace Fauriel / Mines Saint-Etienne. (une rediffusion visio pourra être possible, vérifier vos emails de la liste “atelier2”)

Le projet de recherche d’Enora porte sur l’identification et l’analyse des caractéristiques structurelles des symbioses industrielles, afin de les mettre en regard de leurs performances environnementales. Pour ce faire, une démarche biomimétique est adoptée, en utilisant des outils d’analyse de réseaux écologiques pour évaluer l’organisation des réseaux industriels. L’aspect environnemental est quant à lui évalué à l’aide d’outils plus classiques, comme l’approche « cycle de vie ». Le croisement de ces deux dimensions permet une analyse multidimensionnelle des symbioses et enrichit le regard porté sur la capacité de ces réseaux à répondre aux enjeux liés aux changements environnementaux. Plus spécifiquement, le projet s’attache à l’implantation territoriale des symbioses industrielles et à la manière dont celles-ci peuvent supporter une forme de circularité locale.

Séminaire d’atelier : Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?

 

 

Jeudi 5 mai matin, aura lieu en amphi 104 , un séminaire sur “Relocalisation des flux et des activités dans un contexte de transition vers une économie circulaire: quels enjeux ? quelles échelles ? quels impacts ?”. Une rediffusion en visio sera prévue et sera partagée avec la liste interne de l’atelier “Flux-circulation”.

Ce séminaire permettra de croiser les recherches menées par 3 chercheuses travaillant, dans des disciplines différentes, sur ce thème.

Muriel Maillefert est professeure à l’Université Lyon 3 et chercheure à EVS UMR 5600. Après avoir travaillé sur la question des institutions et des politiques publiques dans le domaine du travail et de l’emploi, elle s’intéresse depuis une quinzaine d’années aux thématiques autour du développement durable territorial. Elle travaille plus spécifiquement sur la question des jeux d’acteurs, de l’action collective territoriale et des enjeux autour de la construction par les acteurs de projets territoriaux.
L’idée est d’identifier les formes de légitimité auxquelles se réfèrent les acteurs, ce qui permet de qualifier l’action et les univers d’action collective ainsi que leurs formes de gouvernance. Différents terrains ont été explorés, allant du terrain organisationnel (RSE), territorial (écologie industrielle et territoriale, nouveaux modèles économiques), aux politiques publiques (autour des services écosystémiques, ou des politiques de durabilité).


Lise Serra est maître de conférences à l’université de la Réunion, au département Génie-civil où elle enseigne l’urbanisme. Architecte de formation, elle s’intéresse à la fabrique concrète de la ville avec le chantier comme terrain d’étude privilégié. Son approche, orientée acteurs, prend ses racines dans une première expérience d’architecte salariée puis une thèse CIFRE, où elle construit une posture de
recherche en collaboration étroite avec les acteurs de la fabrique urbaine. Par ses enseignements et ses recherches, elle ouvre plusieurs territoires de recherche, sur la concertation et les relations
habitants/projet urbain/acteurs à La Réunion et sur la circulation des matériaux de construction.


Audrey Tanguy est maître-assistante à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne au sein du département Génie de l’Environnement et des Organisations, rattaché au laboratoire EVS (Environnement ville société) (UMR 5600). Sa thèse, terminée en 2017, portait sur le développement d’une approche
territoriale pour la planification de filières de valorisation des déchets urbains. Sa recherche concerne la régionalisation de méthodes dédiées à la planification et à l’évaluation environnementale (notamment par Analyse de Cycle de Vie) de stratégies d’écologie industrielle et territoriale (en France et au Québec). Ses travaux multidisciplinaires l’ont aussi menée à s’intéresser à la dimension multiscalaire du métabolisme territorial sur les filières déchets et énergie.


Proposition :
Le métabolisme des territoires est dominé depuis le XIXième siècle par les grands réseaux (matières, énergie et, dans une moindre mesure, déchets) qui, en permettant l’essor économique de la société
industrielle, ont également contribué à sa linéarisation et à une consommation toujours plus accrue et externalisée des ressources (Coutard & Rutherford, 2015; Kim & Barles, 2012). La nécessaire
dématérialisation de l’économie invite à questionner l’empreinte spatiale de ce métabolisme et d’envisager une relocalisation, au moins partielle, des flux et activités.
Néanmoins, les modalités, l’étendue et les impacts de cette relocalisation souhaitée pour les territoires ne sont pas encore bien définis et plusieurs interrogations demeurent. Par exemple, comment cette
relocalisation se fait-elle actuellement et à quelle(s) échelle(s) ? Comment les défenseurs d’une relocalisation des flux (collectifs, associations, acteurs économiques) prennent-ils en compte la
dimension mondiale encore actuelle de l’économie ? Comment aiguiller les décideurs et identifier les échelles appropriées d’approvisionnement et d’exutoires des activités en fonction des territoires, qui
sont caractérisés par un contexte géographique, socio-démographique, des infrastructures, des normes, des lois, des usages? En particulier, quelles sont ces échelles en tenant compte de plusieurs critères (impacts environnementaux, sociaux, économiques) ?
Adoptant une approche multidisciplinaire, ce séminaire souhaite donc aborder ces questionnements pour le secteur de la construction, secteur consommateur important de matière première (Augiseau & Barles, 2017) et pour lequel les solutions exclusivement locales restent encore marginales. Les solutions de relocalisation sont multiples. Elles peuvent concerner aussi bien la filière amont (l’approvisionnement en matières) que la filière aval (traitement, valorisation et utilisation des déchets
comme ressources). Au total, il s’agira de comprendre et d’analyser les enjeux de non circularité du secteur, notamment en milieu urbain, et de réfléchir à des formes innovantes de relocalisation et de circularisation des flux.


Ce séminaire aura comme objectif de présenter certains enjeux et de construire collectivement un ensemble de problématiques transversale qui seront abordées dans des séminaires suivants.


Organisation du séminaire

  • Présentation Lise Serra : utilisation de matériaux locaux et circulation mondiale des matières premières, les impensés de la conception architecturale
  • Présentation Audrey Tanguy : Des filières de valorisation des déchets multi-échelle : quels enjeux pour les outils d’aide à la décision
  • discussion
  •  Présentation Muriel Maillefert : les enjeux d’usage dans la filière de la construction
  •  Présentation Sylvain Bissonnier : cas d’illustration : portage d’un projet de logement en autopromotion)
  •  discussion
  •  Table ronde / discussion et synthèse (animation Laetitia Mongeard). Ecriture collective d’un projet de séminaires

Séminaire doctoral. Tamara Gouel : Mesurer la part verte des portefeuilles. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Le 29 mars 2022, de 16h à 18h, Tamara Gouel, doctorante RIVES/EVS nous présentera un chapitre de sa thèse sous la forme d’un séminaire doctoral. Le séminaire, accessible à tous, sera réalisé en hybride (présenciel à Lyon (salle 604, 18 rue de Chevreul) et visio sur https://zoom.us/j/91285490286 ). Le résumé de son intervention est ci-dessous.

Mesurer la part verte des portefeuille. Quand les financiers comptabilisent le carbone

Il s’agit de présenter ici des résultats issus d’une enquête de terrain auprès des acteurs financiers qui revendiquent le caractère “vert” de leur stratégie d’investissement dans le cadre du financement d’infrastructures d’énergies renouvelables. L’objectif est ici d’étudier comment, dans leurs pratiques de gestion, les assets managers mobilisent différents types et méthodes de quantifications pour légitimer leur “verdissement” : à quel moment interviennent ces quantification au cours de la construction du portefeuille ? Comment et par qui sont-elles élaborées ? A quelles attentes des investisseurs répondent-elles ? Les premiers éléments de l’enquête de terrain présentés ici permettront donc de questionner la manière dont des professionnels de la finance peuvent mobiliser une certaine forme d’expertise environnementale et ce que cela révèlent des modalités et de la mise en œuvre du financement de la transition énergétique.   

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles, Michael Chétry – 4 janvier 2022

Pour ouvrir l’année en beauté et dans l’ouverture internationale avec le Brésil, l’atelier flux circulation vous propose le séminaire suivant :
 
4 Janvier 2021, de 16h à 18h, en salle 604 à EVS au 18 rue de Chevreul (avec possibilité de retransmission en visio), Michael Chetry, maître de conférences en géographie à l’Université fédérale de Fluminense (Brésil) à Angra dos Reis, invité au sein d’EVS/RIVES, présentera ses travaux de recherches sur
 

La valeur des territoires au Brésil : perspectives de recherche à partir des favelas et des communautés traditionnelles  

 La communication vise à présenter, dans un premier temps, une réflexion sur la valeur des territoires à partir du cas des favelas en se focalisant notamment sur les différentes formes de valeur et les différents acteurs qui agissent sur/dans ces territoires. Dans un second temps, en lien avec le Projet de Recherche Internacional Anthropocène, il s’agit de proposer des pistes de recherche afin d’étendre cette analyse à d’autres territoires, les communautés traditionnelles (indigènes, pêcheurs, descendants d’esclaves) situées dans la région de Angra dos Reis au sud de Rio de Janeiro, une région marquée par d’intenses conflits autour de l’occupation de l’espace aussi bien d’ordre économique, politique ou environnemental.

Soutenance de thèse de Simon Nadeau : Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire

Simon Nadeau, doctorant EVS/EMSE, soutiendra sa thèse, lundi le 8 novembre à 15h00 (heure de France) sur le sujet “Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire.”

Celle-ci sera accessible en vidéoconférence via le lien ci-dessous :

Lien de diffusion Web

Elle sera diffusée depuis l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue à compter de 9 h (heure locale) au local 5024 du campus d’Amos, Québec, Canada.

Composition du jury :

Ian D. Clark, Professeur, Université d’Ottawa                         Rapporteur

Jean-Jacques Delannoy, Professeur, Université de Savoie, Rapporteur

Valérie Laforest, Directrice de recherche, EMSE     Examinatrice

Annie DesRochers, Professeur, UQAT                                Examinatrice

Didier Graillot, Professeur, EMSE                               Directeur de thèse

Éric Rosa, Professeur, UQAT                                          Directeur de thèse

Vincent Cloutier, Professeur, UQAT                         Codirecteur de thèse

Frédéric Paran, Ingénieur de recherche, EMSE – Codirecteur de thèse

Résumé :

Quantifier la ressource en eau stockée dans les aquifères peu profonds et déterminer ses interactions avec l’eau de surface est complexe sur de vastes territoires éloignés où les données préexistantes sont rares et limitées. Cette étude se concentre sur l’acquisition de ces informations par l’utilisation d’approches d’analyse adaptées aux grands territoires. La zone d’étude couvre 185 000 km2 englobant des bassins versants boréaux du Bouclier canadien s’écoulant dans la Baie-James (Canada). En premier lieu, une analyse spatiale multicritères, basée sur des données géologiques et hydrogéologiques, a été couplée à des calculs géométriques afin de délimiter les principaux aquifères granulaires peu profonds. Des données satellitaires et des modèles spatiaux combinés à des mesures de débit et à la composition géochimique de l’eau (isotopes stables [δ2H-δ18O] et conductivité électrique) ont ensuite permis de quantifier les composantes du cycle de l’eau. Enfin, la stabilité de l’indice de sécheresse Température-Végétation établie à partir de 290 images thermiques satellitaires a été utilisée pour déterminer le potentiel d’occurrence d’écosystèmes dépendant des eaux souterraines (POEDES). Les résultats ont révélé que les aquifères potentiels les plus imposants sont principalement associés à des formations fluvioglaciaires et contiennent environ 40 ± 4 km3 d’eau sur 7 % du territoire. Sur une base annuelle, la contribution annuelle des eaux souterraines au débit des rivières est généralement stable et inférieure à 12 % des précipitations du bassin versant, ce qui correspond à 2,3 km3/an pour l’ensemble du territoire. Les données suggèrent aussi une recharge préférentielle de la nappe peu de temps après la fonte des neiges et à l’automne. Ces caractéristiques hydrogéologiques et le POEDES calculés sur les bassins versants à l’étude montrent une cohérence significative qui permet notamment de hiérarchiser les secteurs où une vigilance accrue est nécessaire pour préserver la ressource en eau souterraine et la biodiversité qui en dépend.

Forte mobilisation d’EVS à la 3eme édition stéphanoise de la NUIT EUROPÉENNE DES CHERCHEUR·ES !

Belle mobilisation d’EVS pour la 3e édition stéphanoise de la NUIT EUROPÉENNE DES CHERCHEUR·ES, organisée le 24 septembre 2021 par la Rotonde, le Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle de Saint-Etienne  !

9 chercheurs d’EVS participeront à cet événement, accessible gratuitement à toutes et à tous et organisé chaque année dans plusieurs centaines de villes en Europe (dont Saint-Etienne). L’objectif est de permettre des rencontres entre les chercheurs et tous les curieux, petits et grands, dans un cadre convivial et original.

Les 23, 25 et 26 septembre, Léa Ruelle (EVS/Lyon2) participera au “speed searching” national, qui aura lieu sur zoom et permettra à tous ceux qui le souhaitent d’échanger en tête à tête pendant 10 minutes avec des chercheurs de toute la France.

Le 24 septembre, dès 18h, des balades urbaines vont permettre au public de se promener avec Olivier Faure, Frédéric Paran & Steve Peuble (EVS / EMSE) qui proposeront une balade sur le thème des friches industrielles où il sera question de friches, de (dé)pollution des sols et de lieux abandonnés.

Séverine Allegra et Audrey Vanhove (EVS/UJM) proposeront quant à elle une balade sur le thème “Boire et respirer” qui abordera la qualité de l’eau et de l’air.

A 18h30, dans l’amphithéâtre du Centre des Savoirs et de l’Innovation, pour les étudiant·e·s en physique, doctorant·e·s, enseignant·e·s en physique, cher-cheur·e·s et curieux·ses, Bernard Guy (EVS/EMSE) proposera une expérience de pensée illustrant les liens entre espace et temps en soulignant le rôle du mouvement.

A 18h55, Marylise Cottet (EVS/CNRS) et Natacha Gondran (EVS/EMSE) échangeront ensemble sur leurs recherches pendant  15 minutes dans le cadre d’un “Parcours croisé / le vélo” : “un objet, deux chercheur.es de disciplines différentes, et c’est parti pour un échande de 15 minutes”, en ligne sur la chaine youtube de La Rotonde  !

Le programme de toutes ces réjouissances est disponible sur https://www.larotonde-sciences.com/cest-au-programme/nuit-chercheurs-2021/

La Nuit Européenne des Chercheur·e·s est un évènement proposé par Saint-Étienne Métropole et l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur de Saint-Étienne et soutenu par la Commission Européenne dans le cadre du programme HORIZON 2020. Action Marie Curie Sklodowska n°817536.

Une bel engagement d’EVS vers la “science ouverte” pour faire connaitre nos différents sujets de recherche au grand public dans le cadre de cet évènement !

Soutenance de these : Conception de réseaux de chaînes logistique agroalimentaires dans le cadre de politiques de développement durable

Carlos Moreno Camacho soutiendra sa thèse sur “ Conception de réseaux de chaînes logistique agroalimentaires dans le cadre de politiques de développement durable” mardi 29 Juin 2021 à 15h en visio conférence (Lien de zoom, jury et résume ci-dessous).

Cette thèse a été réalisée en cotutelle entre l’Universidad de la Sabana, de Colombie et Mines Saint-Etienne/ UMR 5600 EVS.

La soutenance aura lieu sur https://us02web.zoom.us/j/85184835505

 

Merci de ne pas activer vos microphones ni vos caméras.

Please do not activate your camera or microphone.

 

Composition du jury de thèse / Jury members :

 Ageron, Blandine, Professeur des universités, Université Grenoble Alpes, France

Barbosa-Povóa, Ana, Full Professor, University of Lisbon, Portugal

Sanchez-Díaz, Iván, Associate professor, Chalmers University of Technology, Sweden

Frein, Yannick, Enseignant-Chercheur, Université Grenoble Alpes, France

Gondran, Natacha, Enseignant-Chercheur, Mines Saint-Etienne, France

Jaegler, Anicia, Full Professor, Kedge Business School, France

Montoya-Torres, Jairo, Full Professor, Universidad de La Sabana, Colombia

 

 Résumé :

Cette thèse s’inscrit dans les recherches sur l’aide quantitative à la prise de décision dans la conception de réseaux de chaînes d’approvisionnement durables (SSCND). Dans un premier temps, nous identifions les indicateurs clés communs utilisés dans des publications scientifiques pour évaluer la durabilité dans les applications de conception de chaînes d’approvisionnement. Nous proposons ensuite (i) une approche de modélisation à objectif unique et (ii) une approche de modélisation multi-objectifs pour inclure les critères environnementaux et sociaux dans la conception d’un réseau de chaîne d’approvisionnement du point de vue de l’entreprise. En considérant la perspective plus large de la durabilité dans les chaînes d’approvisionnement, l’unité d’analyse est étendue d’une perspective d’entreprise pour considérer l’ensemble d’une filière au sein des différentes régions d’un pays donné. En particulier, nous étudions les effets de la mise en oeuvre des politiques de développement durable sur la structure du réseau d’approvisionnement pour l’industrie laitière en Colombie.

L’objectif de ce travail est de proposer une procédure efficace d’évaluation conjointe des performances économiques, environnementales et sociales pour la conception ou la reconception d’un réseau de chaînes d’approvisionnement. Une formulation mathématique est présentée, qui tient compte de l’évolution de la chaîne d’approvisionnement et du renforcement des capacités à long terme. Nous proposons une approche d’évaluation ex ante de la durabilité pour comparer les changements dans la structure du réseau de la chaîne d’approvisionnement en vue d’atteindre les objectifs de durabilité. En outre, les indicateurs clés de performance en matière de durabilité sont choisis en tenant compte des défis actuels du secteur en matière de durabilité. La performance du modèle est testée avec une application dans l’industrie laitière d’un pays à économie en développement. Elle illustre l’utilité du modèle pour évaluer les activités nationales d’atténuation et d’adaptation dans la conception des réseaux de chaînes d’approvisionnement. La nécessité de fixer des objectifs pour mesurer la durabilité dans le domaine de la chaîne d’approvisionnement est soulignée. Les résultats offrent une aide à la décision significative aux décideurs politiques dans l’évaluation de la mise en oeuvre des actions et la définition des voies stratégiques vers la durabilité.

 

 

Abstract :

This work addresses the research problem of quantitative support for decision-making in sustainable supply chain network design (SSCND). We first identify the common key indicators utilized to assess sustainability in supply chain design applications. We propose both (i) a single-objective and (ii) multi-objective modeling approaches to deal with environmental and social criteria to the design of a supply chain network from a company perspective. Considering a broader perspective of sustainability in supply chains, the unit of analysis is extended from a company perspective to consider a wide-industry perspective for the sector. We specifically consider the effects of policy application on encompassing the sector towards sustainable development and its impacts on the supply network structure.

The purpose of this work is to propose an efficient assessment procedure for the joint assessment of economic, environmental, and social performance for the design or redesign of the supply chain network. A mathematical formulation considering the evolution of the supply chain and the construction of capacities in the long term is presented. In this regard, we define sustainability objectives according to the current conditions of the sector and the country. We compare the supply chain structure changes over a time horizon following an ex-ante sustainability assessment approach. Moreover, sustainability key performance indicators are chosen considering the current sustainability challenges of the sector. The performance of the model is tested with an application in the dairy industry in a developing-economy country. It illustrates the utility of the model to evaluate national mitigation and adaptation activities in the design of supply chain networks. The need to set targets when measuring sustainability in the supply chain field is highlighted. Results offer meaningful decision support to policymakers in evaluating the implementation of policies and actions and defining strategical paths towards sustainability.

 

Offre d’emploi : post-doc en économie circulaire à IMT/ Mines Saint-Etienne / UMR 5600 EVS

Un contrat post-doctoral de 11 mois est proposé au sein de la composante EMSE de l’UMR 5600 EVS. La travail, basé sur l’économie circulaire, entrera dans le cadre de l’atelier “Flux Circulation Matières”.

Travail proposé : 

Ce projet propose de mettre en commun les forces de l’IMT pour développer un cadre méthodologique permettant d’accompagner des stratégies d’économie circulaire relatifs à un déchet comprenant notamment l’évaluation de son impact environnemental. Les compétences de Mines Saint-Etienne et IMT Mines Alès sur les flux, l’écologie industrielle et territoriale, les jeux d’acteurs, la dynamique territoriale, les démarches d’évaluation environnementale combinées aux approchent déjà menées sur les sédiments à IMT Lille Douai seront les points de départ de cette méthodologie. Ces approches complémentaires permettent de travailler sur différents types de déchets en visant à gérer les flux de déchets et leur métabolisme, tout en s’assurant de l’efficience environnementale au travers de la valorisation et recirculation des flux sur un territoire. En outre, l’étude des jeux d’acteurs et des potentiels territoriaux seront étudiés.

Il est proposé de développer ce cadre méthodologique autour du sujet de la valorisation du Plastique comme matières premières secondaires pour le génie civil, sur lequel de nombreuses compétences complémentaires ont déjà été identifiées au sein de l’IMT.

Le projet visera à s’appuyer sur un cas d’usage concret avec un ancrage territorial (entreprises et collectivités)

Le rôle du/ de la post-doctorant.e sera de :

–          Préciser les questionnements en apportant des éléments de réponses au regard de la bibliographie existante sur le sujet

–          Mener des enquêtes auprès de chercheurs, d’industriels et d’acteurs territoriaux français et étrangers

–          Proposer des premiers éléments de réponses méthodologiques et techniques de la démarche


Profil recherché :

Le.a candidat.e devra avoir obtenu un doctorat dans le domaine du génie de l’environnement/Génie Civil, géographie ou aménagement du territoire ou tout autre domaine en lien avec le sujet.

Il/elle aura des connaissances et compétences en économie circulaire ou en écologie industrielle et territoriale.

Le.a candidat.e doit avoir un niveau de français suffisant pour pouvoir réaliser des enquêtes auprès de chercheurs, d’industriels et d’acteurs territoriaux.


Lieu de réalisation : 

Le poste sera basé à Mines Saint Etienne. A minima, des interactions seront prévues avec les membres de l’atelier Flux circulation matières et les équipes de la thématique IMT EnR2 :  Mines Saint-Etienne, IMT Lille Douai et IMT Mines Alès.
Durée du post-doc : 11 mois avec un démarrage dès que possible.


Modalités de candidature :

L’offre d’emploi est disponible sur https://www.mines-stetienne.fr/recherche/5-centres-de-formation-et-de-recherche/institut-henri-fayol/actualites/2/

Pour toute demande d’information complémentaire, contacter Valérie Laforest laforest@emse.fr

Pour toute candidature, envoyer CV + Lettre de Motivation à Valérie Laforest laforest@emse.fr

Concours de maître-assistant en Evaluation environnementale – Ecologie industrielle

L’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne (Mines Saint-Etienne), École de l’Institut Mines Télécom, recrute un Maître Assistant en Evaluation environnementale et écologie industrielle. Ce poste sera rattaché à notre équipe, Génie de l’Environnement et des Organisations de l’Institut Henri Fayol, ainsi qu’au Laboratoire CNRS UMR 5600 Environnement Ville et Société (EVS). Plus particulièrement, ce futur maître-assistant contribuera à l’atelier “Flux-circulation Matières” pour ses activités de recherche.

Le.la candidat.e devra être titulaire d’un doctorat dans le domaine des Sciences et génie de l’environnement, dans une section cohérente avec le profil décrit (62ème section CNU en priorité, ou d’autres sections telle que la 24ème section CNU).

Les compétences requises pour le poste s’articulent autour des méthodes d’évaluation environnementale telles que l’ACV (connaissances d’outils tels que OpenLCA, GaBi, etc ) et de l’écologie industrielle et territoriale (métabolisme territorial, MFA, etc.).

L’offre de poste et la procédure de candidature sont disponibles sur https://institutminestelecom.recruitee.com/o/concours-maitre-assistant-en-evaluation-environnementale

 

ESPACE FAURIEL A ST ETIENNE

De l’utilité sociale à l’appropriation des ressources minérales

Table ronde de l’atelier 2 – jeudi 29 avril 2021 – 9h-12h

Nous vous proposons une matinée de réflexion autour des rapports entre utilité sociale et appropriation des ressources, qui prendra la forme d’une table-ronde. 

Elle fera intervenir cinq jeunes chercheur.se.s de l’atelier qui ont en commun d’aborder la question des ressources minérales : 

  • Nada Bendahmane, doctorante EMSE travaillant sur l’évaluation de la pression exercée sur les ressources minérales par les activités du Bâtiment dans une approche d’analyse de cycle de vie,
  • Yann Brunet, doctorant LER/EVS dont les travaux sont consacrés à l’étude de la production urbaine (Lyon-Montréal) par le prisme de la gestion des déchets au cours du second XXe siècle,
  • Pauline Massé, doctorante EVS/IRG qui travaille sur la politique de renouveau minier en France métropolitaine et le cas de la réouverture de la mine de Salau en Ariège,
  • Laetitia Mongeard, post doctorante EVS/Ecole Urbaine de Lyon travaillant sur la participation des infrastructures et des matières de construction aux métabolismes territoriaux,
  • Jérémy Rodrigues, postdoctorant EMSE/CETU sur l’évaluation environnementale de la gestion des matériaux excavés et des ressources minérales dans le BTP.

Selon la situation sanitaire du moment, cette séance se fera en visio-conférence ou en présenciel. Un nouveau message sera publié quelques jours avant pour préciser ces conditions et le lien du séminaire.

soutenance de these : phytostabilisation des laitiers d’aciérie

Mathieu Scattolin a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse intitulée :

“La phytostabilisation des laitiers d’aciérie : Rôle du pH, des champgnons mycorhiziens et des bactéries rhizosphériques”

Elle aura lieu le Mardi 15 Décembre à 14h30 et sera accessible librement à distance à l’adresse suivante :

https://webconf.emse.fr/mat-gzt-hu7-ypa
(merci de ne pas activer vos microphones ou caméras)

Le jury sera composé de :
– Michel Mench, Université de Bordeaux (Rapporteur)
– Emile Benizri, Université de Lorraine (Rapporteur)
– Michel Chalot, Université de Bourgogne Franche-Comté (Examinateur)
– Florian Delerue, Université de Bordeaux Montaigne (Examinateur)
– Didier Graillot, Mines Saint-Etienne (Directeur de thèse)
– Olivier Faure, Mines Saint-Etienne (Co-encadrant)
– Fernando Pereira, Mines Saint-Etienne (Co-encadrant)

Résumé :
Les laitiers sont des déchets générés par les industries métallurgiques. Il s’agit de matières minérales artificielles particulièrement riches en métaux. La capacité des procédés de phytostabilisation à réduire les flux de contaminants vers les environnements adjacents est fortement dépendante de l’efficacité avec laquelle le substrat est colonisé par les végétaux. Ainsi, l’installation durable d’un couvert végétal sur les technosols que constituent les dépôts de laitiers sidérurgiques nécessite l’initiation d’une pédogenèse favorable à son développement et à sa résilience. L’utilisation de MIATE (Boues de stations d’épuration compostées avec des déchets verts) en tant qu’amendement constitue en cela une approche prometteuse. En dehors du fait qu’il confère au substrat la capacité de retenir l’eau tout en apportant les éléments nutritifs et la matière organique indispensable au développement des plantes, il permet d’ajuster le pH dans une gamme limitant la mobilité des éléments métalliques toxiques, tout en augmentant celle des macro et des micro-nutriments essentiels. Lorsque cette gamme de pH favorable est atteinte (< 8,6), l’inoculation de la souche d’AMF R. irregularis (DAOM197198) permet d’améliorer la nutrition des plantes rapidement après leur implantation, notamment en abaissant d’autant plus le pH du substrat que par apport de MIATE seul. La bioprospection de PGPB (Plant Growth Promoting Bacteria : bactéries promottrices de la croissance végétale) sur des parcelles de phytostabilisation implantées sur le site d’étude a conduit à l’identification de souches potentiellement utiles pour la conduite de projets de végétalisation de décharges de laitiers d’acier.

Abstract :
Slag is waste generated by the metallurgical industries. They are artificial mineral materials particularly rich in metals. The ability of phytostabilization processes to reduce contaminant flows to surrounding environments is highly dependent on the efficient substrate colonization by plants. Thus, the sustainable installation of a plant cover on the technosols constituted by steel slag deposits requires the initiation of a pedogenesis favourable to its development and resilience. In this respect, the use of CSS (Composted Sludge Sewage) as an amendment is a promising approach. In addition to increase the substrate capacity to retain water and to provide the nutrients and organic matter essential for plant development, it allows the pH to be adjusted within a range that limits the mobility of toxic metallic elements, while increasing the mobility of essential macro and micro-nutrients. When this favourable pH range is reached (< 8.6), the inoculation of the AMF R. irregularis strain (DAOM197198) improves plant nutrition quickly after implantation, particularly by lowering the pH of the substrate even more than by the addition of MIATE alone. Bioprospecting for PGPB (Plant Growth Promoting Bacteria) on phytostabilisation plots located on the study site led to the identification of strains potentially useful for carrying out projects to phytostabilize steel slag landfills.

Soutenance de thèse : methodologie d’evaluation des performances environnementales des installations industrielles au regard des meilleures techniques disponibles (mtd) a l’echelle locale : cas de l’absence de referentiel europeen

Marie Dellise, inscrite en doctorat au sein de l’Ecole Doctorale sciences Ingénierie santé, à Mines Saint-Etienne, soutiendra sa thèse le 3 décembre à 14h00, sur le sujet “Méthodologie d’evaluation des performances environnementales des installations industrielles au regard des meilleures techniques disponibles (mtd) a l’echelle locale : cas de l’absence de referentiel Europeen”

Cette soutenance se fera en visioconférence sur https://webconf.emse.fr/val-mjb-ycq-6jv

Spécialité : Sciences et Génie de l’Environnement

Mots clefs : Meilleures techniques disponibles, performances environnementales, enjeux environnementaux clés (KEI), niveaux d’émissions associés aux MTD

Résumé :

La Directive IED réglemente les impacts environnementaux d’un large éventail d’activités industrielles et agricoles via une approche intégrée de leurs pollutions et consommations. En pratique, cette approche se traduit par l’obligation de mettre en oeuvre les « Meilleures Techniques Disponibles » (MTD) décrites dans des documents de référence européens : les BREF. Cependant, lors de l’élaboration ou de la révision d’un BREF, il n’est pas possible de couvrir chaque activité pour tout ou partie des enjeux environnementaux qu’elle est susceptible de causer. Les exploitations concernées par ces activités sans référence ne sont pas exemptes de mettre en oeuvre les MTD. Pourtant, les enquêtes menées sur l’application des MTD en France montrent que le manque MTD de référence conduit souvent à ce que la mise en oeuvre des MTD ne soit pas effective sur site, et / ou vérifiée par l’autorité compétente. Face à ce constat, une méthodologie permettant aux exploitants d’installations soumises à l’obligation de mise en oeuvre des MTD de démontrer leur conformité aux autorités compétentes en l’absence de référence officielle est proposée. Elle se compose de deux phases visant respectivement à l’identification des enjeux environnementaux majeurs d’une installation et à comparer les performances de celle-ci à celles des MTD pour chacun de ces enjeux. Elle est testée sur deux études de cas issues de secteurs d’activité différents, puis ses avantages et ses limites sont discutés à la lumière du retour d’expérience des exploitants. Enfin des perspectives de travail et de recherche sont proposées.

Cette thèse a été encadrée par Valérie Laforest (Mines Saint-Etienne / UMR 56OO EVS), Jonathan Villot (Mines Saint-Etienne / UMR 56OO EVS), Rodolphe gaucher (INERIS) et Anne AMARDEIL (EDF). Elle a été effectuée en partenariat avec l’INERIS et EDF.

Publication : Les limites planétaires

Aurélien Boutaud, docteur en sciences de la Terre et de l’environnement, consultant indépendant et chercheur associé à l’UMR 5600 Environnement Ville et société du CNRS et Natacha Gondran, professeur au sein de la composante Mines Saint-Etienne de l’UMR 5600 EVS viennent de publier un ouvrage intitulé “Les limites Planétaires”, paru dans la collection Repères des éditions La Découverte.

La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s’imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle ? Face à la multiplication des atteintes portées au « système Terre », la communauté scientifique s’est lancée depuis quelques années dans un projet aussi urgent qu’ambitieux : proposer aux décideurs et au grand public un aperçu des principales variables qui déterminent l’équilibre des écosystèmes à l’échelle planétaire. Au-delà du climat et de la biodiversité, ces travaux abordent également des questions moins connues du grand public, comme le déséquilibre des cycles biogéochimiques, le changement d’affectation des sols, l’introduction de polluants d’origine anthropique dans les écosystèmes ou encore l’acidification des océans. Autant d’enjeux pour lesquels la communauté scientifique essaie aujourd’hui de déterminer des frontières à ne pas dépasser si l’humanité veut éviter les risques d’effondrement.

https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_limites_plan__taires-9782348046230.html

Privilégiez les librairies indépendantes si vous souhaitez vous procurer ce livre (ou les bibliothèques si vous souhaitez le lire !).