Tous les articles par RjG

Séminaire INTER-ATELIER sur la LPPR

Les ateliers de l’UMR EVS s’associent pour ouvrir un espace de parole et de recherche sur la LPPR et ses implications dans la recherche et pour les métiers de la recherche

On reste sur le pont pour débattre ?  Nous sommes nombreuses et nombreux à souhaiter que l’UMR soit aussi un espace de parole et de solidarité. Pour cela, nous proposons un séminaire inter-atelier permettant une réflexion commune et transversale qui dépasse nos spécialisations.

Nous affirmons ainsi à quel point la recherche est plus riche quand elle est collaborative, construite collectivement en respectant les apports des différentes disciplines et des différents métiers, en particulier l’importance des administrateur.rice.s et des ingénieur.e.s essentiels pour mener toute recherche.
Nous affirmons également notre inquiétude face à la difficulté grandissante des jeunes chercheur.e.s à trouver un emploi stable. Soumis à une compétition intensive, nous souhaitons leur ouvrir un espace d’expression de leurs inquiétudes au sein de l’UMR.           
Enfin, nous voudrions analyser l’effet des différentes injonctions sur 1) les charges croissantes des enseignant.e.s-chercheur.e.s, 2) sur leur capacité à assurer une activité de recherche et 3) sur leurs possibilités à travailler dans des conditions favorables.

Quelle contribution pouvons-nous avoir à l’échelle des UMR ? Les 8 ateliers proposent de se rencontrer autour d’un seul séminaire en croisant les différentes questions qui pourraient les animer à ce sujet ! Ensemble et sans compétition !

  1. La LPPR rime-t-elle avec la fin de la liberté et du bien-être des enseignants-chercheurs, chercheurs et des personnels d’appui à la recherche ?
  2. Flux, circulations et carrières : conserver l’énergie de faire la recherche
  3. Métropolisation, concentration, concurrence : la LPPR comme nouvel avatar ?
  4. Quelles ressources pour des recherches indépendantes face aux lobbys et financeurs ?
  5. Pour un environnement non darwinien dans la Recherche
  6. Comment « faire société » dans un modèle de compétition ?
  7. Espaces critiques : « Réformes universitaires, mouvements de contestation syndicale et Résistances des précaires » : en mai 2020, nous accueillons Mathieu Uhel, Université de Caen, pour nous présenter les implications de la fusion des universités dans l’ouest de la France.
  8. Comment un mouvement social se donne à voir spatialement: cartographies contributives et cartographies critiques – réflexions à partir des mouvements sociaux récents

Le séminaire inter-atelier sera programmé courant février-mars afin de nous saisir dès à présent des questionnements partagés dans ce contexte

Soutenance de thèse. La circulation des marchandises dans la Copperbelt d’Afrique Australe. Hélène Blaszkiewicz. 15 novembre 2019 à Lyon

Hélène Blaszkiewicz soutiendra sa thèse, intitulée « Économie politique des circulations de marchandises transfrontalières en Afrique australe. Les régimes de circulations dans les Copperbelts »

le 15 novembre 2019, 14h

Salle 410 de la MILC,

35 rue Raulin, 69007 Lyon

Jury
Karine Bennafla, directrice de thèse (Université Lyon 3)
Giorgio Blundo, rapporteur (EHESS et IRD)
Romain Garcier, examinateur (ENS de Lyon)
Béatrice Hibou, rapporteure (CNRS)
Sylvy Jaglin, examinatrice (Université Paris Est)
Benjamin Rubbers, examinateur (Université de Liège)

Cette thèse analyse les circulations commerciales transfrontalières grâce au concept de régimes de circulations. Les régimes sont des articulations durables d’idéologies, de politiques, d’acteurs, d’infrastructures matérielles et immatérielles, des éléments sociaux et techniques qui permettent ou empêchent les circulations des marchandises. Basé sur une méthode ethnographique menée dans les Copperbelts (Zambie et République démocratique du Congo), ce travail a permis de caractériser trois régimes de circulations :

le régime de direction assistée, fondé sur un ensemble de technologies et de valeurs partagées qui permettent aux marchandises d’être déplacées rapidement ; la vitesse représentant la valeur positive principale que les acteurs mobilisent. Ce régime se base sur des infrastructures extraverties dont le schéma principal date de la colonisation européenne en Afrique australe.

le régime de roue de secours se déploie quant à lui en contexte d’urgence fiscale, devenu permanent avec l’application des politiques néolibérales. Ce régime est basé sur des infrastructures au rôle ambigu, à travers lesquelles le gouvernement tente de trouver un équilibre entre la promotion du libre-échange, qu’il se doit de respecter au vu de ses engagements internationaux, et le développement de politiques néo-mercantilistes.

le régime hors-piste se distingue, lui, par sa modularité : ses caractéristiques rendent ardues sa détection et sa comptabilisation pour les infrastructures classiques de contrôle. Les circulations bénéficient de ce fait d’une plus grande flexibilité dans leur utilisation des routes, et peuvent contribuer à la réorganisation de l’espace du commerce par l’utilisation pionnière de nouveaux itinéraires.

La catégorisation par régime permet d’analyser plus spécifiquement l’utilisation différenciée du réseau d’infrastructures créé pendant la colonisation pour faciliter l’exportation toujours plus rapide de minerais, ainsi que le rôle des acteurs publics et privés dans la bureaucratisation du commerce.

Soutenance de thèse : « Des gravats dans la ville. Pour une approche matérielle de la démolition », 12 décembre 2018

Laetitia Mongeard soutiendra sa thèse de doctorat en géographie le 12 décembre 2018 à 14h à l’Université Lyon 2, au 16/18 quai Claude Bernard, en salle E132 devant un jury composé de:

Mme Sabine Barles,  Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Rapportrice

M. Pierre Bergel, Professeur des Universités, Université Caen Normandie, Rapporteur

Mme Lydia Coudroy de Lille, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2

Mme Sylwia Kaczmarek, Professeure des Universités, Université de Lodz, Pologne

M. Omar Merabet, Maître de Conférences, INSA de Lyon

M. Vincent Veschambre, 
Professeur des Universités détaché, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, Directeur

Résumé

Tandis que la ville se renouvelle sur elle-même, les opérations inhérentes à ce phénomène produisent des quantités de déchets au moins équivalentes à celles des déchets ménagers dans le cas français. Parmi ces déchets figurent les gravats, visibles tantôt sous forme de montagnes sur les chantiers emblématiques, tantôt en tas informes en dépôt sauvage. L’enjeu du devenir de ces pondéreux est pris en compte par un cadre réglementaire qui impose leur valorisation. Du côté de la construction urbaine, ces déchets sont de plus en plus appréhendés comme gisement potentiel constituant une alternative aux ressources naturelles, dans des approches en termes de métabolisme territorial et d’économie circulaire. À travers le cas de l’agglomération lyonnaise, cette thèse considère le processus de production de ces gravats constitués comme matières premières secondaires. La démolition – objet principalement des sciences de l’ingénieur et en creux des sciences humaines et sociales dont la géographie – est appréhendée par sa matérialité, par le biais du suivi des gravats à partir d’un échantillon de chantiers. Considérant tour à tour la production des gravats, leur circulation et l’organisation et le fonctionnement du système en jeu, la thèse interroge les modalités et conditions de la participation de ces matériaux à la construction urbaine. Loin de faire l’objet, comme d’autres déchets, de filières de traitement institutionnalisées pour répondre au cadre réglementaire, les gravats relèvent d’un statut de déchet faible parce que potentiel et leur valorisation dépend de pratiques,tant techniques que spatiales – essentiellement de proximité – dès le début du chantier de démolition. La démolition, garante du devenir de ses matériaux,apparaît alors comme déterminante, menée aujourd’hui par un secteur entier dédié à la « déconstruction » et soumis à de forts enjeux d’adaptation à un contexte économique global pour une activité ancienne très ancrée dans son territoire. La participation des gravats à la construction urbaine passe par ailleurs par des valorisations basées sur une forte logique de proximité spatiale mais relevant d’enjeux distincts et potentiellement concurrents rendant nécessaire une structuration et hiérarchisation des matériaux comme des usages qui peuvent en être faits. Enfin, le système de transformation des gravats en matières premières secondaires se constitue actuellement, présentant alors l’aspect d’une filière dont l’enjeu sera probablement de coordonner les acteurs et pratiques existantes.

Soutenance de thèse : « La prison chevillée au corps. Pour une approche géographique du placement sous surveillance électronique », 30 novembre 2018

Franck Ollivon (Université Lumière – Lyon 2) soutiendra sa thèse de doctorat de géographie le 30 novembre à 9h30 en salle de la Rotonde (6e étage) au 18 rue Chevreul à Lyon devant un jury composé de :

  • Marie-Sophie DEVRESSE, Professeur, Université Catholique de Louvain, rapporteure
  • Isabelle LEFORT, Professeur, Université Lumière Lyon 2, directrice
  • Michel LUSSAULT, Professeur, Ecole Normale Supérieure de Lyon
  • Olivier MILHAUD, Maître de conférences, Université Paris Sorbonne
  • Marie MORELLE, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteure

Résumé

Utilisé de façon croissante comme alternative à la détention, le placement sous surveillance électronique (PSE), plus connu sous l’appellation «bracelet électronique», repose sur l’assignation domiciliaire des condamnés, qui purgent leur peine en milieu ouvert. Ce dispositif pénal rompt ainsi avec l’enfermement carcéral, et pose alors la question des représentations et des usages punitifs de l’espace ordinaire. A partir d’une étude menée au sein de deux services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) et d’entretiens semi- directifs réalisés auprès de placés sous surveillance électronique ainsi que de magistrats et de fonctionnaires du Ministère de la justice, la présente thèse interroge les modalités du contrôle spatial que suppose l’externalisation de l’espace de détention. Parce qu’il assigne une fonction pénitentiaire à l’espace quotidien, le PSE implique une adaptation de l’espace de la peine à la diversité des situations individuelles, rompant avec la relative standardisation de l’espace carcéral. Toutefois, tant dans sa conception par l’institution que dans le vécu des placés, l’espace d’assignation reste largement pensé sur le modèle carcéral. Cette «prison à domicile » est même parfois rapprochée du Panoptique foucaldien, notamment du fait du pouvoir de surveillance ubiquitaire attribué à la technologie. Or le sentiment d’enfermement des placés ne découle pas tant de l’efficacité technique du dispositif pour le contrôle de leurs spatialités que du pouvoir contraignant du droit et de sa mise en discours par les agents de l’institution comme par les placés eux-mêmes.


Mots-clefs : Bracelet électronique, Aménagement de peine, Milieu ouvert, Territorialité, Discontinuité, Technologie, Enfermement, Discours, France

Parution Géocarrefour : « La mise en politique des flux et des circulations »

La revue Géocarrefour a publié fin 2017 un dossier coordonné par l’atelier 2 (Romain Garcier, Emmanuel Martinais, Laurence Rocher). Intitulé « La mise en politique des flux et des circulations », le numéro comporte 11 articles, issus pour la plupart d’une journée d’étude organisée par l’atelier en 2016. L’ensemble est accessible en OpenAccess sur la plateforme Revues.org.

Le numéro aborde les modalités concrètes de désignation, de quantification et de régulation des mouvements des choses et des personnes pour tenter de comprendre comment elles contribuent à animer des dynamiques politiques, à alimenter des préoccupations sociales et/ou à façonner des espaces, et ce à plusieurs échelles (du local au continental).

Une chercheuse invitée au mois d’octobre 2017 : Myra Hird

Pr. Myra Hird
Pr. Myra Hird

Myra Hird, professeure de sociologie à l’université Queens de Kingston (Canada), est invitée par l’Atelier 2 pour un mois en octobre 2017. Elle sera accueillie à l’ENS de Lyon.

Membre de la Société Royale du Canada et directrice du programme-cadre de recherches interdisciplinaires Canada’s Waste Flow, Myra Hird a publié neuf ouvrages et plus de soixante-dix articles sur la sociologie des sciences.

À Lyon, elle donnera un séminaire le 20 octobre et travaillera avec les membres de l’atelier au développement d’un projet franco-canadien sur les questions éthiques posées par la gestion des déchets.

Plus d’informations :

Journée d’étude du 21 octobre 2016 : Nouveaux modèles territoriaux autour de l’écologie industrielle, l’économie de fonctionnalité, l’économie circulaire et l’écologie territoriale

Cette journée d’étude vise à interroger les organisations territoriales appelées par les modalités nouvelles d’usage et de circulation des matières et des déchets. Elle est organisée par Muriel Maillefert.

Date et horaire : le vendredi 21 octobre 2016 de 9h45 à 18h

Lieu : UMR 5600, 18 rue Chevreul 69007 Lyon, salle 604

Programme

9h45 : Introduction (M. Maillefert)

10h : N. Buclet (Université de Grenoble et PACT) « Ecologie territoriale : un chantier ouvert pour une interdisciplinarité radicale » ?

11 h : J-B. Bahers (EME, et ESO) et M. Durand (Université du Maine et ESO), « Vers une économie circulaire… de proximité? Métabolisme urbain, empreinte spatiale et mise en territoire des déchets »

12h : G. Junqua (Ecoles des Mines d’Alès et LGEI), « ACV territoriale et nouveaux modèles économiques »

13h15- 14h15 : Pause déjeuner

14h30 : P Marty (UTT et CREIDD), « l’apport de l’écologie territoriale pour comprendre les relations ville-agriculture de la 2nde moitié du XXème siècle aux années 2010 »

15h30: S. Ogé (EVS, Lyon 3 et Strane Innovation), « Articulation des différentes échelles territoriales dans la mise en œuvre d’une synergie éco-industrielle. Du site industriel à l’Union Européenne. Cas d’étude sur le traitement mutualisé de métaux issus d’industries lourdes »

16h30 : M. Maillefert (EVS et Lyon 3) et I. Robert (Lille Nord de France et MERCUR), « Nouveaux modèles économiques et valeur territoriale »

Rapporteurs : V. Laforest (EMSE) et Th. Zanetti (EVS et Lyon 3)

Télécharger le programme

Nouveau projet ANR de l’atelier

Le 1er août, nous avons appris que le projet METROPOLITIN (Métrologie politique des déchets industriels en Europe) a été retenu par l’ANR pour financement sur les investissements d’avenir accordés à l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (ANDRA).

D’une durée de 36 mois, le projet implique plusieurs membres de l’atelier (Romain Garcier, Emmanuel Martinais, Laurence Rocher) et des collègues sociologues du LAMES (Aix-Marseille), historiens (CNAM) et métrologues (Subatech, Nantes).

Le projet se propose d’analyser la production et la circulation de l’information sur les déchets de démantèlement des centrales nucléaires. Il se situe dans une perspective comparative avec d’autres filières de déchets industriels, et avec différents contextes nationaux (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Suède).

Pour plus d’informations, contacter Romain Garcier (ENS de Lyon).

Séminaire « Cartographier les flux », 17 juin 2016

En collaboration avec l’atelier 8 de l’UMR5600 [Recherches géomatiques], l’atelier 2 organise une séminaire d’une journée  le 17 juin 2016 à l’ENS de Lyon (9h45-16h). Le séminaire portera sur la représentation des flux et accueillera trois intervenants: le sociologue Baptiste Coulmont, la cartographe Françoise Bahoken et un représentant de l’Agence régionale de l’énergie et de l’environnement en Rhône-Alpes, Pierrick Yalamas.

L’après-midi, un atelier pratique animé par Françoise Bahoken, Hélène Mathian et Luc Merchez permettra aux participants de se confronter aux logiciels de représentation des flux.

Le programme détaillé de la journée est disponible ici. Inscriptions obligatoires auprès de Helene.Mathian[a]ens-lyon.fr

L’économie circulaire en une de Nature

CircularLa revue scientifique Nature fait sa une du 23 mars 2016 sur l’économie circulaire, annonçant « un monde sans déchets ».

Trois « commentaires » font une synthèse utile des démarches et des enjeux de l’économie circulaire. On notera en particulier l’article de John A. Mathews et Hao Tan, qui propose une analyse de la situation et des initiatives en Chine.

L’ensemble du dossier est intéressant – à la fois substantiellement et comme démonstration du caractère normatif/prophétique de l’économie circulaire. Les auteurs convergent en effet sur la nécessité de la « faire advenir », sans pour autant interroger ses conditions sociales et économiques de possibilité. Food for thought, comme on dit en anglais!

« La mise en politique des flux et circulations ». Appel à communications — jeunes chercheurs.

Les doctorants et les chercheurs de l’UMR5600 lancent un  appel à communication à destination des doctorants et jeunes chercheurs pour les journées de l’UMR, qui se tiendront les 25 et 26 mai 2016 à Saint-Etienne.

Cette journée d’étude s’intéresse aux modalités concrètes de prise en charge et de régulation des flux et circulations pour tenter de comprendre comment elles contribuent à structurer des dynamiques sociales et/ou façonner des espaces. Différents types d’objets et de terrains pourront être mobilisés pour rendre compte des façons dont les circulations et les flux qui les caractérisent sont contenus ou favorisés, canalisés ou réglementés, gérés par des organisations ou des infrastructures ad hoc ou, au contraire, rendus invisibles pour échapper à toute possibilité de contrôle. On pense par exemple aux déchets, à l’eau, à l’énergie, aux denrées alimentaires, aux matériaux de construction, aux matières premières et plus largement à toutes les ressources qui contribuent au fonctionnement de nos sociétés modernes. On pense également aux personnes qui, prises dans des mobilités temporaires (touristiques ou professionnelles) ou des migrations de long terme (subies ou choisies), forment des flux qui appellent, là aussi, des interventions publiques et des dispositifs spécifiques de régulation et de politique publique.

D’une page maximum, les propositions de communication devront être envoyées avant le 28 février 2016 à l’adresse suivante : laurence.rocher[at]univ‐lyon2.fr. Elles comprendront un titre, les coordonnées du ou des auteurs et un résumé précisant le terrain d’analyse, le matériau empirique utilisé et les apports aux différentes perspectives problématiques suggérées dans l’appel à communication. Les résultats de la sélection effectuée par les organisateurs et une esquisse de programme seront notifiés aux auteurs avant début mars 2016. Les textes des communications (40 000 signes maximum) seront à remettre au plus tard le 4 mai 2016, afin de faciliter le travail des discutants et favoriser la qualité des échanges. Une publication rassemblant les communications présentées est envisagée par les organisateurs.

Séminaire n°2 – 19 janvier 2016. Décrire, analyser et représenter les circulations : approches théoriques, approches professionnelles

Décrire, analyser et représenter les circulations : approches théoriques, approches professionnelles

Date : le 19 janvier 2016, 10h-16h30

Lieu : ENS de Lyon, site Monod (métro : Gerland)

Organisateurs : Laurence Rocher, Romain Garcier, Emmanuel Martinais

Cette seconde séance du séminaire de l’atelier est organisée en deux demi-journées, consacrées respectivement à une discussion théorique sur la base de lectures présentées par des membres de l’atelier, et à un échange avec des acteurs locaux sur les enjeux de l’économie circulaire et de valorisation de l’énergie fatale dans le cadre du projet directeur de la vallée de la chimie lyonnaise.

Programme

10h-12h30. La recherche sur les circulations : quels horizons théoriques ?

  • Emmanuel Martinais. Lecture commentée du livre Governing Environmental Flows : global challenges to social theory, Gert Spaargaren, Arthur P.J. Mol and Frederick H Buttel (dirs.), MIT Press, 2002
  • Romain Garcier. Discussions sur « Le material turn en sciences sociales : signification et agendas de recherche »

14-16h30. La Vallée de la Chimie, territoire d’expérimentation

avec: Frédéric Laroche, Mission « Vallée de la chimie »; Fabien Challéat, Chargé de mission Réseaux de chaleur; et Olivier Morgan, Chef de projet incubateur projets énergie, Mission énergie du Grand Lyon