Séminaire d’Atelier – Mesurer et problématiser les pollutions aux microplastiques – 24 février matin

Microplastiques. Crédit @Fly:D sous licence gratuite Unsplash

Nous avons le plaisir de vous convier à notre second séminaire de l’année portant sur les pollutions aux microplastiques, co-organisé avec le Studio Métabolisme du Labex IMU. Il s’agira au cours de cette séance de croiser plusieurs contributions issues des sciences de l’ingénieur et des sciences humaines et sociales afin d’interroger la nature des pollutions aux microplastiques, les démarches engagées pour les mesurer et les manières de les problématiser. Nous aurons le plaisir d’écouter et d’échanger avec Myra Hird, Professeure en études environnementales et spécialiste des déchets à l’université du Queens au Canada, avec Zoé Iannuzzi qui démarre une thèse sur les pollutions aux microplastiques dans les hydrosystèmes à l’INSA de Lyon. Nous attendons par ailleurs la confirmation d’une contribution de la part d’un.e représentant.e du laboratoire d’Ingénierie des Matériaux Polymères de Saint-Etienne sur le sujet des réponses apportées par les industriels, notamment sur la question des plastiques biosourcés. 

Ce séminaire se tiendra le vendredi 24 février de 9h à midi à Lyon dans la salle D8 003 à l’Institut Français de l’Education au 19 allée de Fontenay, sur le site Descartes de l’ENS de Lyon. Il sera également possible de participer au séminaire en visioconférence, il vous sera transmis sur demande à adresser à antoine.fontaine@cnrs.fr

Résumé des interventions:

Myra Hird (Queen’s University)- The Wicked Problem of Microplastics and What We Can Do About It
 
Wicked problems are difficult to solve because their multi-dimensional complexity means that solutions are often contradictory; solving one aspect of a wicked problem may well open up a different problem or problems.  Plastics waste, as this presentation will show, is a wicked problem that presses us to confront the environmental, political, economic, symbolic and cultural dimensions of contemporary global society. Even if we drastically reduce our consumption (itself a contradiction in capitalist growth economies), we are left with a profound (in its scale and toxicity) waste legacy that will endure for an unknown number of future generations. This presentation will address the health and environmental problems that (micro)plastics create, and how we might resolve the wicked problems they create.
 
Zoé Iannuzzi (INSA Lyon)
 
Les travaux de recherche concernant les microplastiques (abrégés MP) sont très récents. Après s’être intéressées au milieu marin, les études tendent à tracer cette pollution à travers les eaux continentales (fleuves, lacs, étangs). Mon travail s’inscrit dans cette démarche d’identification des sources en étudiant un objet de contamination majeure : les eaux urbaines. A travers l’étude des bassins de rétention, considérés comme lieux de stockage des microplastiques présents dans les eaux pluviales, le développement d’une méthodologie complète a permis d’extraire les microplastiques des sédiments. Dix bassins de retenue de la Métropole de Lyon ont été sélectionnés selon la typologie des bassins versants (urbaine, industrielle et commerciale, agricole). Les concentrations mesurées sont comprises entre 1 800 et 612 000 MP/kg de sédiments poids secs. Entre 3 et 10 types de polymères sont observés, avec en majorité du polyéthylène (PE), polypropylène (PP) et du polystyrène (PS). Les résultats de l’étude tendent à confirmer que les microplastiques se stockent en quantité importante dans ces ouvrages. A l’aide de la délimitation du bassin versant, il a été possible de relier l’occupation des sols avec la concentration microplastique mesurée.  Les résultats indiquent aussi des liens significatifs entre les caractéristiques de la matrice sédimentaire, l’occupation des sols et les caractéristiques des microplastiques.


Citer ce billet
antoinefontaine (2023, 9 février). Séminaire d’Atelier – Mesurer et problématiser les pollutions aux microplastiques – 24 février matin. Circulations. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d25l