Soutenance de thèse de Simon Nadeau : Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire

Simon Nadeau, doctorant EVS/EMSE, soutiendra sa thèse, lundi le 8 novembre à 15h00 (heure de France) sur le sujet “Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire.”

Celle-ci sera accessible en vidéoconférence via le lien ci-dessous :

Lien de diffusion Web

Elle sera diffusée depuis l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue à compter de 9 h (heure locale) au local 5024 du campus d’Amos, Québec, Canada.

Composition du jury :

Ian D. Clark, Professeur, Université d’Ottawa                         Rapporteur

Jean-Jacques Delannoy, Professeur, Université de Savoie, Rapporteur

Valérie Laforest, Directrice de recherche, EMSE     Examinatrice

Annie DesRochers, Professeur, UQAT                                Examinatrice

Didier Graillot, Professeur, EMSE                               Directeur de thèse

Éric Rosa, Professeur, UQAT                                          Directeur de thèse

Vincent Cloutier, Professeur, UQAT                         Codirecteur de thèse

Frédéric Paran, Ingénieur de recherche, EMSE – Codirecteur de thèse

Résumé :

Quantifier la ressource en eau stockée dans les aquifères peu profonds et déterminer ses interactions avec l’eau de surface est complexe sur de vastes territoires éloignés où les données préexistantes sont rares et limitées. Cette étude se concentre sur l’acquisition de ces informations par l’utilisation d’approches d’analyse adaptées aux grands territoires. La zone d’étude couvre 185 000 km2 englobant des bassins versants boréaux du Bouclier canadien s’écoulant dans la Baie-James (Canada). En premier lieu, une analyse spatiale multicritères, basée sur des données géologiques et hydrogéologiques, a été couplée à des calculs géométriques afin de délimiter les principaux aquifères granulaires peu profonds. Des données satellitaires et des modèles spatiaux combinés à des mesures de débit et à la composition géochimique de l’eau (isotopes stables [δ2H-δ18O] et conductivité électrique) ont ensuite permis de quantifier les composantes du cycle de l’eau. Enfin, la stabilité de l’indice de sécheresse Température-Végétation établie à partir de 290 images thermiques satellitaires a été utilisée pour déterminer le potentiel d’occurrence d’écosystèmes dépendant des eaux souterraines (POEDES). Les résultats ont révélé que les aquifères potentiels les plus imposants sont principalement associés à des formations fluvioglaciaires et contiennent environ 40 ± 4 km3 d’eau sur 7 % du territoire. Sur une base annuelle, la contribution annuelle des eaux souterraines au débit des rivières est généralement stable et inférieure à 12 % des précipitations du bassin versant, ce qui correspond à 2,3 km3/an pour l’ensemble du territoire. Les données suggèrent aussi une recharge préférentielle de la nappe peu de temps après la fonte des neiges et à l’automne. Ces caractéristiques hydrogéologiques et le POEDES calculés sur les bassins versants à l’étude montrent une cohérence significative qui permet notamment de hiérarchiser les secteurs où une vigilance accrue est nécessaire pour préserver la ressource en eau souterraine et la biodiversité qui en dépend.



Citer ce billet
ngondran (2021, 2 novembre). Soutenance de thèse de Simon Nadeau : Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire. Circulations. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d255

Une réflexion sur « Soutenance de thèse de Simon Nadeau : Analyse spatiale pour l’hydrogéologie en milieu boréal québécois : bilan hydrologique et gestion du territoire »

Les commentaires sont fermés.