RECUPERTE – chaleur fatale

Les énergies de récupération, une ressource territoriale. Optimiser la valorisation urbaine de la chaleur fatale

Financement : ANR, 242 k€

2019-2021. Le projet RECUPERTE porte sur la valorisation territoriale de la chaleur produite dans les secteurs de l’industrie, des services urbains et du nucléaire. Il part du constat que cette « chaleur fatale » représente un potentiel énergétique important, reconnu et encouragé par les politiques publiques en France et en Europe, dont la récupération et la distribution sont techniquement réalisables, mais à l’heure actuelle très largement sous-exploité. L’hypothèse de la recherche est que la rencontre entre ces ressources et leurs territoires se heurte à des difficultés sociotechniques. En effet, la valorisation de la chaleur nécessite le rapprochement organisationnel et cognitif de multiples acteurs -les opérateurs de réseau, les collectivités locales et leurs services, les diverses industries et utilisateurs concernés par la production et/ou la consommation…- et se trouve souvent en tension entre des impératifs de proximité (géographique) et de sécurité (juridique, économique).

La recherche repose sur une approche pluridisciplinaire (géographie/aménagement, sciences de l’environnement, énergétique), elle consiste à analyser des cas réels de récupération existante, en projet ou abandonnée dans les domaines :

  • des activités industrielles (chimie, pétrochimie, raffinerie, aciérie) et tertiaires (data centres) ;
  • des services urbains (déchets, eaux usées) ;
  • de la production énergétique nucléaire

Pour cela, des études de terrain seront conduites dans les régions Hauts de France et Auvergne-Rhône-Alpes et mises en comparaison avec le cas de Rotterdam.

L’objectif du projet est de caractériser la « chaîne territoriale de la chaleur » dans son ensemble (de la production à l’utilisation), de comprendre les freins à la constitution de la chaleur comme ressource territoriale et à une récupération plus massive, et au final d’aider à optimiser la valorisation de ce potentiel sous-utilisé et pourtant crucial dans la décarbonation des sociétés urbaines.

Membres participant de l’atelier : Antoine Fontaine, Romain Garcier, Natacha Gondran, Muriel Maillefert, Emmanuel Martinais, Laurence Rocher, Thomas Zanetti

Contact : Laurence Rocher

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations