2020-2024 projet VALOR – valorisation des biodéchets urbains

Le projet VALOR (novembre 2020 – mars 2024) est soutenu par l’ADEME (appel à projet GRAINE).

Cette recherche, pilotée par l’ISARA de Lyon en partenariat avec Lyon 3 et EVS pour la partie sciences sociales, étudie les filières de gestion des biodéchets des ménages dans un contexte d’obligation pour les collectivités territoriales compétentes de proposer aux citoyens des solutions de tri à la source des biodéchets au 1er janvier 2024.

Elle comporte deux volets : un volet centré sur les enjeux agronomiques, visant à comparer les propriétés des différentes formes de compostage, notamment le vermicompostage et le compostage « simple » ; un volet territorial confié à l’équipe EVS – Lyon 3 qui vise à comparer différentes filières de compostage à l’échelle métropolitaine.

Cette recherche s’intéresse aux différentes filières de traitement des biodéchets, c’est-à-dire à la chaîne qui va du tri à la valorisation des produits issus des biodéchets (compost) en passant par la collecte et le processus de compostage. Elle s’intéresse en particulier aux enjeux de déploiement d’une filière à l’échelle urbaine et compare différents modes de gestion des biodéchets.

Elle s’inscrit notamment dans une perspective de métabolisme territorial et d’économie territoriale en proposant une grille d’analyse qui rend compte de la circulation de flux de matières dans un territoire. Cela permet d’étudier les différentes filières de gestion des biodéchets à l’aune d’objectifs d’économie circulaire : quels sont les flux de biodéchets collectés ? quels sont les jeux d’acteurs associés ? comment sont-ils traités ? quel est l’usage (notamment agricole et énergétique) des produits issus du traitement des biodéchets ? Il s’agit de maintenir les biodéchets dans l’analyse métabolique en réfléchissant à plusieurs échelles : l’hyper proximité (valorisation des biodéchets et aménités sociales) et l’échelle métropolitaine (construction d’une filière économique de proximité). Si la vision agronomique pense plutôt la circularité « du champ à l’assiette », cette approche métabolique cherche un bouclage plus ambitieux « du champ au champ ». Le processus méthodologique est alimenté par des méthodes d’enquête de terrain (entretien, visite de terrain, collecte de données).

Afin d’étudier la faisabilité des filières et leurs externalités positives et négatives, cette recherche étudie plus particulièrement le cas de la métropole lyonnaise qui bénéficie d’une ancienneté dans ses réflexions sur le sujet et l’expérimentation de vermicompostage dans le quartier des Plaines (QPV) à Givors, comparé à l’expérimentation métropolitaine à Lyon 7, et étendue progressivement à toute la métropole. 

Membres associés au projet

  • L’association Eisenia (vermicompostage, financement d’une thèse CIFFRE (V. Ducasse)
  • L’ISARA Lyon (Joséphine Peigné, coordinatrice et Thomas Lhuillery)
  • L’INRA Avignon (Y. Capowiez, C. Pelosi, chercheur-e-s macrofaune du sol)  

Membres participants de l’Atelier : Muriel Maillefert (professeure aménagement du territoire Université Lyon 3), pilote pour Lyon 3 ; Chantal Berdier (maître de conférence en aménagement du territoire, INSA), Mathilde Girault (post-doctorante, docteure en Géographie et aménagement), Vanessa Bacrot (ATER, docteure en Géographie)

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search