A noter: atelier d’écologie territoriale du Plateau de Saclay du 23 au 26 mai 2016

Le LabEx BASC (Projet phare 4), la FIRE et Terre et Cité co-organisent un

Atelier d’écologie territoriale du Plateau de Saclay du 23 au 26 mai 2016 (lieu : sur le Plateau, à préciser)
L’écologie territoriale se définit comme l’étude des flux de matière et d’énergie qui sont échangés entre la société et la biosphère ; elle analyse les territoires à travers le prisme de leur consommation de matière et d’énergie et de la circulation de ces flux au sein de ces territoires. Cette approche constitue une suite naturelle de certains travaux de recherche déjà engagés dans le LabEx BASC.

Sur 4 jours, des chercheurs experts dans des domaines différents vont réfléchir et interagir de manière originale autour d’un thème commun : définir les agro et écosystèmes, leurs interactions et imaginer des scénarios d’évolution d’un territoire. En l’étudiant sous ses différents aspects (consommation de matière et d’énergie, relation entre activités humaines et écosystèmes, enjeux et relations humaines autour du territoire, création de richesses et ressources, opportunités et contraintes futures), cet atelier va permettre de développer une vision innovante du territoire et de fournir des pistes d’actions pour les acteurs du Plateau de Saclay.

Vous trouverez également plus d’informations sur l’atelier sur le site internet dédié [1].
INSCRIPTION ((GRATUITE – LIMITÉE À 25 PERSONNES) : contacter Yoann Verger (yoann.verger@grignon.inra.fr ), ou rendez-vous sur: https://workshop.inra.fr/ateliersaclay

Séminaire n°2 – 19 janvier 2016. Décrire, analyser et représenter les circulations : approches théoriques, approches professionnelles

Décrire, analyser et représenter les circulations : approches théoriques, approches professionnelles

Date : le 19 janvier 2016, 10h-16h30

Lieu : ENS de Lyon, site Monod (métro : Gerland)

Organisateurs : Laurence Rocher, Romain Garcier, Emmanuel Martinais

Cette seconde séance du séminaire de l’atelier est organisée en deux demi-journées, consacrées respectivement à une discussion théorique sur la base de lectures présentées par des membres de l’atelier, et à un échange avec des acteurs locaux sur les enjeux de l’économie circulaire et de valorisation de l’énergie fatale dans le cadre du projet directeur de la vallée de la chimie lyonnaise.

Programme

10h-12h30. La recherche sur les circulations : quels horizons théoriques ?

  • Emmanuel Martinais. Lecture commentée du livre Governing Environmental Flows : global challenges to social theory, Gert Spaargaren, Arthur P.J. Mol and Frederick H Buttel (dirs.), MIT Press, 2002
  • Romain Garcier. Discussions sur « Le material turn en sciences sociales : signification et agendas de recherche »

14-16h30. La Vallée de la Chimie, territoire d’expérimentation

avec: Frédéric Laroche, Mission « Vallée de la chimie »; Fabien Challéat, Chargé de mission Réseaux de chaleur; et Olivier Morgan, Chef de projet incubateur projets énergie, Mission énergie du Grand Lyon

Séminaire n°1 – 17 novembre 2015. Flux et territoires : approches empiriques, recherches en cours

L’atelier tiendra sa première séance de séminaire de l’année le 17 novembre 2015, sur le site de l’ENS de Lyon (Ifé) de 10 à 16h.

La séance portera sur « Flux et territoires : approches empiriques, recherches en cours« . Nous aurons le plaisir d’entendre et de discuter avec cinq chercheurs.

  • Muriel Maillefert, UMR EVSÉcologie industrielle territoriale: des jeux d’acteurs au développement territorial
  • Christelle Morel Journel et Georges Gay, UMR EVS – Mobilité / immobilité de la pollution des sols et de ses représentations : recherches au Chambon-Feugerolles (42)
  • Gilles Billen, UMR SisypheL’aire d’approvisionnement alimentaire de l’agglomération parisienne: passé, présent, avenir
  • Jonathan Everts, Université de Dresde – Circulating anxieties: a Geography of Nowhere

Circulations

Informé par la géographie, les sciences de l’ingénieur et de l’environnement, ce carnet porte sur les flux et les circulations spatiales de matières et d’objets.

Alors que la mondialisation contemporaine repose sur la mobilité croissante des capitaux, des informations, des individus et des choses, les circulations matérielles (c’est-à-dire les circonstances concrètes de la mobilité des objets dans l’espace) restent un objet peu étudié en tant que tel. Elles posent pourtant des questions à la fois scientifiques (comment mesurer la mobilité des choses ? Comment la représenter ? Comment les circulations se déploient-elles concrètement ? Qu’est-ce qui les motive ou les fait émerger ?); et politiques (comment réguler des choses de plus en plus mobiles ?).

Le carnet est animé par un groupe de chercheurs appartenant à l’UMR 5600 CNRS (Lyon Saint-Etienne). Il s’intéresse à des objets divers (produits alimentaires, matériaux technologiques ou de construction, déchets, énergie et matériaux énergétiques, polluants) et à des formes de circulations variées : le commerce et les échanges (par exemple, les circuits courts), la diffusion des polluants, le recyclage et l’économie circulaire, etc. Son entrée se veut territoriale : il s’agit bien de comprendre comment les circulations des choses informent et influencent les territoires eux-mêmes.

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations