L’économie circulaire en une de Nature

CircularLa revue scientifique Nature fait sa une du 23 mars 2016 sur l’économie circulaire, annonçant « un monde sans déchets ».

Trois « commentaires » font une synthèse utile des démarches et des enjeux de l’économie circulaire. On notera en particulier l’article de John A. Mathews et Hao Tan, qui propose une analyse de la situation et des initiatives en Chine.

L’ensemble du dossier est intéressant – à la fois substantiellement et comme démonstration du caractère normatif/prophétique de l’économie circulaire. Les auteurs convergent en effet sur la nécessité de la « faire advenir », sans pour autant interroger ses conditions sociales et économiques de possibilité. Food for thought, comme on dit en anglais!

Séminaire n°3 – 8 mars 2016. Evaluation environnementale et labélisation verte des projets de logistique urbaine : l’exemple du « centre de distribution urbaine » de Saint-Etienne

8 mars, Lyon, 9h30- 13h,

Salle R20 sur le site Descartes de l’ENS de Lyon (métro Debourg)

Atelier proposé par Fabrice Bardet, Natacha Gondran, Jesus Gonzalez-Feliu avec la participation d’élus et de professionnels intéressés par l’évaluation environnementale : Béatrice Vessiller (Vice-Présidente du Grand Lyon, en charge de la rénovation thermique des logements et des Programmes d’intérêt général (PIG) énergétiques), Agathe Devaux-Spatarakis (spécialiste en évaluation des politiques publiques, chargée de mission pour l’évaluation de l’impact de la recherche agronomique pour le développement au CIRAD), Bertrand Durin (chargé de mission à la DREAL RAA en charge de l’établissement du PPA de l’agglomération lyonnaise)

9h30 – 9h50 – Accueil et cadrage rapide de la problématique et des objectifs de l’atelier (Fabrice Bardet et Jesus Gonzalez)

Sur chacun des trois thèmes ci-dessous, une rapide présentation du cas de la mise en place du centre de distribution urbain (CDU) de Saint-Etienne sera réalisée (à partir d’une série d’entretiens menés en 2015), puis les participants à l’atelier seront invités à nous faire part de leur vision du sujet abordé en fonction de leurs diverses expériences. Un CDU est une plate-forme spécifique d’Espaces Logistiques Urbains qui vise la mutualisation des transports des marchandises à destination de la ville.
9h50 – 10h20. Les conditions d’émergence de projets de lutte contre le changement climatique (Quelle genèse des problèmes ? Quelle formulation des solutions ? Quelle mise en œuvre des projets proposés ?)

10 h 20 – 10h50. Quelle place pour l’évaluation environnementale ? Quelles méthodes d’évaluation environnementale ? Quels indicateurs ? Qui fait le choix de ces méthodes et indicateurs ?

11h – 11h30. Place du projet ayant un « label vert » dans l’émergence de dynamiques politiques métropolitaine (quelles conséquences directes et indirectes à la mise en place de projets ayant un « label vert » ? Quelle « exemplarité » et visibilité des projets : « marketing territorial » ou mise en place des conditions de généralisation de nouveaux modes de faire ?)

pause 20′ (pour permettre à la personne ou aux personnes faisant la synthèse de préparer leur synthèse)

12h – 12h30. Synthèse finale (à plusieurs voix : Laurence Rocher + Romain Garcier + Fabrice Bardet)

Séminaire de la composante EVS/Mines Saint-Etienne – 5 avril 2016

La composante EVS/EMSE organisera un séminaire doctoral autour des thèmes de l’atelier 2 de l’UMR 5600 (Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations) le 5 avril 2016, à 14h, en salle 528 de l’Espace Fauriel, partie Ecole des Mines, à Saint-Etienne .

Les présentations suivantes sont prévues :

–    Marilys Pradel (IRSTEA) : Développement d’une méthodologie d’évaluation des performances environnementales des filières de production de produits à valeur ajoutée issus de déchets organiques par l’Analyse du Cycle de Vie – application aux boues d’épuration urbaines

Olivier Faure, Frédéric Paran, Jordan Ré-Bahuaud (Mines Saint-Etienne) : « Approche interdisciplinaire pour la réduction de la vulnérabilité et des risques liés aux sites pollués :  exemple d’un crassier métallurgique « 

Résumé
La réduction des risques de contamination et de pollution liés aux anciens crassiers métallurgiques nécessitent des travaux interdisciplinaires puisqu’on doit s’intéresser à une double interface : 1) air-plante-sol/crassier et 2) sol/crassier-aquifère-rivière. Les crassiers métallurgiques non végétalisés et constitués de matériaux filtrants soumis à l’action du vent et de la pluie facilitent la migration et le transfert de contaminants dans l’atmosphère et les hydrosystèmes. La dépollution des sols/crassiers étant très coûteuse, il convient donc de mettre en œuvre des techniques moins onéreuses dont on aura au préalable mesuré et démontré  l’efficacité en termes de réduction de la vulnérabilité et des risques.

« La mise en politique des flux et circulations ». Appel à communications — jeunes chercheurs.

Les doctorants et les chercheurs de l’UMR5600 lancent un  appel à communication à destination des doctorants et jeunes chercheurs pour les journées de l’UMR, qui se tiendront les 25 et 26 mai 2016 à Saint-Etienne.

Cette journée d’étude s’intéresse aux modalités concrètes de prise en charge et de régulation des flux et circulations pour tenter de comprendre comment elles contribuent à structurer des dynamiques sociales et/ou façonner des espaces. Différents types d’objets et de terrains pourront être mobilisés pour rendre compte des façons dont les circulations et les flux qui les caractérisent sont contenus ou favorisés, canalisés ou réglementés, gérés par des organisations ou des infrastructures ad hoc ou, au contraire, rendus invisibles pour échapper à toute possibilité de contrôle. On pense par exemple aux déchets, à l’eau, à l’énergie, aux denrées alimentaires, aux matériaux de construction, aux matières premières et plus largement à toutes les ressources qui contribuent au fonctionnement de nos sociétés modernes. On pense également aux personnes qui, prises dans des mobilités temporaires (touristiques ou professionnelles) ou des migrations de long terme (subies ou choisies), forment des flux qui appellent, là aussi, des interventions publiques et des dispositifs spécifiques de régulation et de politique publique.

D’une page maximum, les propositions de communication devront être envoyées avant le 28 février 2016 à l’adresse suivante : laurence.rocher[at]univ‐lyon2.fr. Elles comprendront un titre, les coordonnées du ou des auteurs et un résumé précisant le terrain d’analyse, le matériau empirique utilisé et les apports aux différentes perspectives problématiques suggérées dans l’appel à communication. Les résultats de la sélection effectuée par les organisateurs et une esquisse de programme seront notifiés aux auteurs avant début mars 2016. Les textes des communications (40 000 signes maximum) seront à remettre au plus tard le 4 mai 2016, afin de faciliter le travail des discutants et favoriser la qualité des échanges. Une publication rassemblant les communications présentées est envisagée par les organisateurs.

A noter: atelier d’écologie territoriale du Plateau de Saclay du 23 au 26 mai 2016

Le LabEx BASC (Projet phare 4), la FIRE et Terre et Cité co-organisent un

Atelier d’écologie territoriale du Plateau de Saclay du 23 au 26 mai 2016 (lieu : sur le Plateau, à préciser)
L’écologie territoriale se définit comme l’étude des flux de matière et d’énergie qui sont échangés entre la société et la biosphère ; elle analyse les territoires à travers le prisme de leur consommation de matière et d’énergie et de la circulation de ces flux au sein de ces territoires. Cette approche constitue une suite naturelle de certains travaux de recherche déjà engagés dans le LabEx BASC.

Sur 4 jours, des chercheurs experts dans des domaines différents vont réfléchir et interagir de manière originale autour d’un thème commun : définir les agro et écosystèmes, leurs interactions et imaginer des scénarios d’évolution d’un territoire. En l’étudiant sous ses différents aspects (consommation de matière et d’énergie, relation entre activités humaines et écosystèmes, enjeux et relations humaines autour du territoire, création de richesses et ressources, opportunités et contraintes futures), cet atelier va permettre de développer une vision innovante du territoire et de fournir des pistes d’actions pour les acteurs du Plateau de Saclay.

Vous trouverez également plus d’informations sur l’atelier sur le site internet dédié [1].
INSCRIPTION ((GRATUITE – LIMITÉE À 25 PERSONNES) : contacter Yoann Verger (yoann.verger@grignon.inra.fr ), ou rendez-vous sur: https://workshop.inra.fr/ateliersaclay

Séminaire n°2 – 19 janvier 2016. Décrire, analyser et représenter les circulations : approches théoriques, approches professionnelles

Décrire, analyser et représenter les circulations : approches théoriques, approches professionnelles

Date : le 19 janvier 2016, 10h-16h30

Lieu : ENS de Lyon, site Monod (métro : Gerland)

Organisateurs : Laurence Rocher, Romain Garcier, Emmanuel Martinais

Cette seconde séance du séminaire de l’atelier est organisée en deux demi-journées, consacrées respectivement à une discussion théorique sur la base de lectures présentées par des membres de l’atelier, et à un échange avec des acteurs locaux sur les enjeux de l’économie circulaire et de valorisation de l’énergie fatale dans le cadre du projet directeur de la vallée de la chimie lyonnaise.

Programme

10h-12h30. La recherche sur les circulations : quels horizons théoriques ?

  • Emmanuel Martinais. Lecture commentée du livre Governing Environmental Flows : global challenges to social theory, Gert Spaargaren, Arthur P.J. Mol and Frederick H Buttel (dirs.), MIT Press, 2002
  • Romain Garcier. Discussions sur « Le material turn en sciences sociales : signification et agendas de recherche »

14-16h30. La Vallée de la Chimie, territoire d’expérimentation

avec: Frédéric Laroche, Mission « Vallée de la chimie »; Fabien Challéat, Chargé de mission Réseaux de chaleur; et Olivier Morgan, Chef de projet incubateur projets énergie, Mission énergie du Grand Lyon

Séminaire n°1 – 17 novembre 2015. Flux et territoires : approches empiriques, recherches en cours

L’atelier tiendra sa première séance de séminaire de l’année le 17 novembre 2015, sur le site de l’ENS de Lyon (Ifé) de 10 à 16h.

La séance portera sur « Flux et territoires : approches empiriques, recherches en cours« . Nous aurons le plaisir d’entendre et de discuter avec cinq chercheurs.

  • Muriel Maillefert, UMR EVSÉcologie industrielle territoriale: des jeux d’acteurs au développement territorial
  • Christelle Morel Journel et Georges Gay, UMR EVS – Mobilité / immobilité de la pollution des sols et de ses représentations : recherches au Chambon-Feugerolles (42)
  • Gilles Billen, UMR SisypheL’aire d’approvisionnement alimentaire de l’agglomération parisienne: passé, présent, avenir
  • Jonathan Everts, Université de Dresde – Circulating anxieties: a Geography of Nowhere

Circulations

Informé par la géographie, les sciences de l’ingénieur et de l’environnement, ce carnet porte sur les flux et les circulations spatiales de matières et d’objets.

Alors que la mondialisation contemporaine repose sur la mobilité croissante des capitaux, des informations, des individus et des choses, les circulations matérielles (c’est-à-dire les circonstances concrètes de la mobilité des objets dans l’espace) restent un objet peu étudié en tant que tel. Elles posent pourtant des questions à la fois scientifiques (comment mesurer la mobilité des choses ? Comment la représenter ? Comment les circulations se déploient-elles concrètement ? Qu’est-ce qui les motive ou les fait émerger ?); et politiques (comment réguler des choses de plus en plus mobiles ?).

Le carnet est animé par un groupe de chercheurs appartenant à l’UMR 5600 CNRS (Lyon Saint-Etienne). Il s’intéresse à des objets divers (produits alimentaires, matériaux technologiques ou de construction, déchets, énergie et matériaux énergétiques, polluants) et à des formes de circulations variées : le commerce et les échanges (par exemple, les circuits courts), la diffusion des polluants, le recyclage et l’économie circulaire, etc. Son entrée se veut territoriale : il s’agit bien de comprendre comment les circulations des choses informent et influencent les territoires eux-mêmes.

Matières, énergie, déchets, territoires – flux et circulations