Archives de catégorie : Journée d’étude

RETOUR SUR LES JOURNÉES D’ÉTUDE « LES POLLUTIONS EN HÉRITAGE »

Ces deux journées d’étude, qui se sont tenues les 30 et 31 mars 2017 à Saint-Étienne, avaient pour objectif de saisir les dynamiques de recomposition des territoires (post)-industriels marqués par des pollutions importantes, faisant peser des contraintes diverses sur les sociétés locales. Dans des contextes fragiles, l’existence de pollutions liées au passé industriel affecte en effet très directement les territoires sur le plan environnemental avec la dégradation de la qualité des sols et, encore parfois, des eaux. Cette affectation des sols n’est jamais déconnectée d’enjeux sociaux (systèmes d’acteurs, capacités de mobilisation, inégalités sociales d’exposition aux nuisances et pollutions, etc.), d’enjeux politiques (mise à l’agenda, «niveaux» de gestion des pollutions, formes d’expertise, etc.) ou encore d’enjeux symboliques (image persistante et stigmatisante de territoires déshérités). La pollution des sols fait encore l’objet d’un processus lent de problématisation et de mise en visibilité. Elle interroge les capacités de résilience des sociétés locales, entendues ici au sens large (habitants, élus locaux, praticiens…).

Le programme des journées

La synthèse des journées

Pour plus d’information, contacter Christelle Morel Journel (EVS) : christelle.morel.journel@univ-st-etienne.fr

Journée d’étude du 21 octobre 2016 : Nouveaux modèles territoriaux autour de l’écologie industrielle, l’économie de fonctionnalité, l’économie circulaire et l’écologie territoriale

Cette journée d’étude vise à interroger les organisations territoriales appelées par les modalités nouvelles d’usage et de circulation des matières et des déchets. Elle est organisée par Muriel Maillefert.

Date et horaire : le vendredi 21 octobre 2016 de 9h45 à 18h

Lieu : UMR 5600, 18 rue Chevreul 69007 Lyon, salle 604

Programme

9h45 : Introduction (M. Maillefert)

10h : N. Buclet (Université de Grenoble et PACT) « Ecologie territoriale : un chantier ouvert pour une interdisciplinarité radicale » ?

11 h : J-B. Bahers (EME, et ESO) et M. Durand (Université du Maine et ESO), « Vers une économie circulaire… de proximité? Métabolisme urbain, empreinte spatiale et mise en territoire des déchets »

12h : G. Junqua (Ecoles des Mines d’Alès et LGEI), « ACV territoriale et nouveaux modèles économiques »

13h15- 14h15 : Pause déjeuner

14h30 : P Marty (UTT et CREIDD), « l’apport de l’écologie territoriale pour comprendre les relations ville-agriculture de la 2nde moitié du XXème siècle aux années 2010 »

15h30: S. Ogé (EVS, Lyon 3 et Strane Innovation), « Articulation des différentes échelles territoriales dans la mise en œuvre d’une synergie éco-industrielle. Du site industriel à l’Union Européenne. Cas d’étude sur le traitement mutualisé de métaux issus d’industries lourdes »

16h30 : M. Maillefert (EVS et Lyon 3) et I. Robert (Lille Nord de France et MERCUR), « Nouveaux modèles économiques et valeur territoriale »

Rapporteurs : V. Laforest (EMSE) et Th. Zanetti (EVS et Lyon 3)

Télécharger le programme

Journée d’études EVS & Triangle – 24 mai 2016 : la mise en politique des flux et circulations

Cette journée d’étude s’intéresse aux modalités concrètes de prise en charge et de régulation des flux et circulations pour tenter de comprendre comment elles contribuent à structurer des dynamiques sociales et/ou façonner des espaces. Différents types d’objets et de terrains seront mobilisés pour rendre compte des façons dont les circulations et les flux qui les caractérisent sont contenus ou favorisés, canalisés ou réglementés, gérés par des organisations ou des infrastructures ad hoc ou, au contraire, rendus invisibles pour échapper à toute possibilité de contrôle.

Organisées en trois sessions, les communications porteront successivement sur l’instrumentation et la mesure des flux et circulations, les politiques de régulation des flux et circulations et enfin, les flux et circulations comme analyseurs des pouvoirs locaux : programme de la journée.

Date : 24 mai 2016, 9h30 – 18h00

Lieu : ENS de Lyon (site Descartes), salle F08

Inscription obligatoire : laurence.rocher@univ-lyon2.fr

Crédits photos: David Tran, Flickr. Licence CC

« La mise en politique des flux et circulations ». Appel à communications — jeunes chercheurs.

Les doctorants et les chercheurs de l’UMR5600 lancent un  appel à communication à destination des doctorants et jeunes chercheurs pour les journées de l’UMR, qui se tiendront les 25 et 26 mai 2016 à Saint-Etienne.

Cette journée d’étude s’intéresse aux modalités concrètes de prise en charge et de régulation des flux et circulations pour tenter de comprendre comment elles contribuent à structurer des dynamiques sociales et/ou façonner des espaces. Différents types d’objets et de terrains pourront être mobilisés pour rendre compte des façons dont les circulations et les flux qui les caractérisent sont contenus ou favorisés, canalisés ou réglementés, gérés par des organisations ou des infrastructures ad hoc ou, au contraire, rendus invisibles pour échapper à toute possibilité de contrôle. On pense par exemple aux déchets, à l’eau, à l’énergie, aux denrées alimentaires, aux matériaux de construction, aux matières premières et plus largement à toutes les ressources qui contribuent au fonctionnement de nos sociétés modernes. On pense également aux personnes qui, prises dans des mobilités temporaires (touristiques ou professionnelles) ou des migrations de long terme (subies ou choisies), forment des flux qui appellent, là aussi, des interventions publiques et des dispositifs spécifiques de régulation et de politique publique.

D’une page maximum, les propositions de communication devront être envoyées avant le 28 février 2016 à l’adresse suivante : laurence.rocher[at]univ‐lyon2.fr. Elles comprendront un titre, les coordonnées du ou des auteurs et un résumé précisant le terrain d’analyse, le matériau empirique utilisé et les apports aux différentes perspectives problématiques suggérées dans l’appel à communication. Les résultats de la sélection effectuée par les organisateurs et une esquisse de programme seront notifiés aux auteurs avant début mars 2016. Les textes des communications (40 000 signes maximum) seront à remettre au plus tard le 4 mai 2016, afin de faciliter le travail des discutants et favoriser la qualité des échanges. Une publication rassemblant les communications présentées est envisagée par les organisateurs.