Séminaire n°3 – 8 mars 2016. Evaluation environnementale et labélisation verte des projets de logistique urbaine : l’exemple du « centre de distribution urbaine » de Saint-Etienne

8 mars, Lyon, 9h30- 13h,

Salle R20 sur le site Descartes de l’ENS de Lyon (métro Debourg)

Atelier proposé par Fabrice Bardet, Natacha Gondran, Jesus Gonzalez-Feliu avec la participation d’élus et de professionnels intéressés par l’évaluation environnementale : Béatrice Vessiller (Vice-Présidente du Grand Lyon, en charge de la rénovation thermique des logements et des Programmes d’intérêt général (PIG) énergétiques), Agathe Devaux-Spatarakis (spécialiste en évaluation des politiques publiques, chargée de mission pour l’évaluation de l’impact de la recherche agronomique pour le développement au CIRAD), Bertrand Durin (chargé de mission à la DREAL RAA en charge de l’établissement du PPA de l’agglomération lyonnaise)

9h30 – 9h50 – Accueil et cadrage rapide de la problématique et des objectifs de l’atelier (Fabrice Bardet et Jesus Gonzalez)

Sur chacun des trois thèmes ci-dessous, une rapide présentation du cas de la mise en place du centre de distribution urbain (CDU) de Saint-Etienne sera réalisée (à partir d’une série d’entretiens menés en 2015), puis les participants à l’atelier seront invités à nous faire part de leur vision du sujet abordé en fonction de leurs diverses expériences. Un CDU est une plate-forme spécifique d’Espaces Logistiques Urbains qui vise la mutualisation des transports des marchandises à destination de la ville.
9h50 – 10h20. Les conditions d’émergence de projets de lutte contre le changement climatique (Quelle genèse des problèmes ? Quelle formulation des solutions ? Quelle mise en œuvre des projets proposés ?)

10 h 20 – 10h50. Quelle place pour l’évaluation environnementale ? Quelles méthodes d’évaluation environnementale ? Quels indicateurs ? Qui fait le choix de ces méthodes et indicateurs ?

11h – 11h30. Place du projet ayant un « label vert » dans l’émergence de dynamiques politiques métropolitaine (quelles conséquences directes et indirectes à la mise en place de projets ayant un « label vert » ? Quelle « exemplarité » et visibilité des projets : « marketing territorial » ou mise en place des conditions de généralisation de nouveaux modes de faire ?)

pause 20′ (pour permettre à la personne ou aux personnes faisant la synthèse de préparer leur synthèse)

12h – 12h30. Synthèse finale (à plusieurs voix : Laurence Rocher + Romain Garcier + Fabrice Bardet)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *