RETOUR SUR LES JOURNÉES D’ÉTUDE « LES POLLUTIONS EN HÉRITAGE »

Ces deux journées d’étude, qui se sont tenues les 30 et 31 mars 2017 à Saint-Étienne, avaient pour objectif de saisir les dynamiques de recomposition des territoires (post)-industriels marqués par des pollutions importantes, faisant peser des contraintes diverses sur les sociétés locales. Dans des contextes fragiles, l’existence de pollutions liées au passé industriel affecte en effet très directement les territoires sur le plan environnemental avec la dégradation de la qualité des sols et, encore parfois, des eaux. Cette affectation des sols n’est jamais déconnectée d’enjeux sociaux (systèmes d’acteurs, capacités de mobilisation, inégalités sociales d’exposition aux nuisances et pollutions, etc.), d’enjeux politiques (mise à l’agenda, «niveaux» de gestion des pollutions, formes d’expertise, etc.) ou encore d’enjeux symboliques (image persistante et stigmatisante de territoires déshérités). La pollution des sols fait encore l’objet d’un processus lent de problématisation et de mise en visibilité. Elle interroge les capacités de résilience des sociétés locales, entendues ici au sens large (habitants, élus locaux, praticiens…).

Le programme des journées

La synthèse des journées

Pour plus d’information, contacter Christelle Morel Journel (EVS) : christelle.morel.journel@univ-st-etienne.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *